Les Anges du jour

Anges

Prière à l’ange du jour Donne-nous toutes les grâces que nous pouvons implorer pour nous, pour l’Église et les hommes. Et demande aussi aux autres Anges qu’ils implorent eux aussi des grâces toutes particulières pour nous en ce jour qui est celui de ta fête.

JANVIER (consacré à la Divine Enfance de Jésus)
01 ALPHAI I Que la lumière soit, ASSAEL II Don de la connaissance
02 PACHAD II Justice dans la Parole, URIM IV Amour de Dieu comme vie, JEBUSIEL IX Ange des étrangers
03 SELAMIEL IX Ange avec le soc de charrue, ASMODEL VI Ange de la clarté
04 HASSARIM V Louange de Dieu, DINAH IX Fidélité secrète
05 GHASEL VI Ange de la maison, JAIRIEL XI Celui qui ouvre la porte
06 JAHWE I Toute-Puissance de Dieu, BIHNAH III Trône de l’Esprit-Saint, JECHUD III Ange de l’Église
07 NICAEL V Ange de Jessé
08 ADMISIEL VII Ange de la discipline
09 BRIAL IX Le fort
10 BETHEL VI Ange du métal
11 SOBRONIEL V Ange de la créativité
12 ABARIEL VII Ange de la ténacité
13 THOLA IX Il plie les jeunes troncs
14 GALAAD IX Ange de la bonne patrie
15 SEMIEL IX Ange d’Abraham
16 VEDAD IV Vérité comme lumière
17 JESSIM III Ange de la mystique
18 MORIEL IV Porte des pierres angulaires
19 ESSAIM IX Ange de la noblesse de cœur
20 AMIEL VII Ange de la vérité de la Foi
21 TIPHERED IV Beauté de la Création
22 ARADIM III Ange de l’ordre et de la régularité
23 JAISOPHITIEL IV « Notre Dieu »Ange des vertus de Marie
24 NATHANAEL V Ange des Docteurs de l’Église
25 GORIBIEL IV Ange à la porte des prêtres
26 VIDIEL V Ange de la force centrifuge
27 RUBIEL V Ange des purs
28 BERJAEL IX Le défenseur
29 ZACHARIEL II Ange de parole pondérée
31 ABARIM IX Celui qui garde les montagnes
31 METHUSIEL VI Ange de la victoire

FÉVRIER (consacré à l'Esprit-Saint et aux douleurs de Marie)
« Ô que triste et affligée fut cette Mère bénie d’un Fils Unique ! Pour les péchés de son peuple, Elle vit Jésus dans les tourments et soumis aux fouets » («Sabat Mater», extraits)
01 GEBURAH IV Ange de la justice
02 ELIONAGRIEL III « Dieu fort »« Force de la lumière divine »
03 ARIGUEL IV Ange à la porte des miséricordieux
04 ESDRAEL IV Ange du jugement (ange du sang)
05 ASSARIM III Juste répartition des dons
06 SABRITIEL VI Ange du calcaire
07 MENIJIM VI Ange de la matière
08 LAZARIEL V Ange du Corps Mystique du Christ
09 DUAL IX Celui qui porte témoignage
10 PASSACHIEL IV Ange avec la coupe de la colère remplie de sang
11 MURIEL II Force de la mission divine, SERAPHIEL V Ange de la force du sacrifice d’intercession
12 NEHEMIEL IV Il scelle l’Amour
13 PITHORMIM V Ange avec les clés de l’Enfer
14 SAMIEL V Ange de la bonne volonté
15 ASRIEL IX « L’Intransigeant »
16 OHRIEL VI Ange de la patience
17 GUNI IX Il se trouve à l’extrême limite
18 OSAEL IV Ange avec la coupe de la colère contenant les guerres
19 NEOPHIM IX « Celui qui se lève à nouveau »
20 HAWE IX Ange de la femme
21 HUSIM IX Il redresse ceux qui ploient sous le joug
22 HENAEL VI Ange de l’Avertissement
23 MARCHIDIEL VII Ange du dépôt de la Foi
24 ANANAI I « Il vous enseigne toute chose »
25 JOCHABED IX Ange de ceux qui sont nés sans patrie
26 AZARIEL VI Il porte le voile de Marie
27 SELPHARED IX Ange de l’encens
28 CEPHONIEL IX Celui qui dirige les chœurs
29 FRUGIEL IX Ange des plus éloignés

MARS (consacré à Saint Joseph)
01 MYRIEL V Ange de l’Appel de Dieu
02 ADUACHIEL VI « Témoignage de Dieu »
03 SERASEL VI Ange de la propriété devant Dieu
04 AVE IX Celui qui sonne la cloche
05 ARAMPHAEL IV Il scelle les portes
06 SHASEL VI Ange du combat en serviteur
07 ANARIM III Force de « Que cela soit ! » pour la Création
08 CHOCHMAH IV Ange de la Sagesse
09 DICHAEL V Ange de l’amour et de l’obéissance
10 CHILOEL VI Ange de la résignation
11 LES ANGES DE LA PASSION Des milliers d’anges au milieu des chœurs autour de SEDERIM (V)
12 EPHASIEL V Ange des Princes de l’Église
13 JOHAR IV Avec la coupe du sacrifice d’expiation
14 HAZEL VI Ange du sel (des larmes)
15 ELIAZIM VI Ange de la grâce
16 UBIEL VI Ange du bois
17 CHESED IV Harmonie de Dieu
18 DIACHIEL VI Ange de l’adoration dans le secret
19 AGLAIPACHAD IIV « Celui qui est tout en Dieu »Ange de la crainte de Dieu
20 OCHOTIEL V Ange de la pesanteur
21 BELOHIM III Ange de la force de l’âme
22 CADIEL VI « Transformation en Dieu »
23 CHASIM VII Ange du cycle de la fête de Pâques
24 GABRIEL VIII « Messager de Dieu »
25 ELOHAMALACHIEL III « Celui qui sait tout »Ange de la clairvoyance sur Dieu
26 TELIEL IX Ange de la nature
27 CHOCHOD VII Anges des temps sacrés
28 BOROMIM IV Amour de Dieu comme Appel
29 RANANIEL VI Ange des plantes et des animaux
30 HONA IX « Sans cesse vous devez prier »
31 GELIEL VII Ange de la force d’âme (espérance)

AVRIL (consacré à Jésus Bon Pasteur)
« Je chercherai les brebis qui étaient perdues, je relèverai celles qui étaient tombées, je banderai les plaies de celles qui étaient blessées » (Ezéchiel, V,16)
01 PASHAEL V Volonté de Dieu pour la Paix
02 PERGAMIM V Ange de la persévérance
03 CHESIM V Il porte la Parole « Arrière ! »
04 BASAMED IX Ange avec le dernier épi de blé
05 ELIGUIEL IX Il compte les trésors des riches
06 EDRAIM IX Celui qui coupe tout ce qui fait obstacle entre Dieu et l’âme
07 DILOIM V « Que cela soit ! »
08 RAHUEL IX Celui qui porte la perle
09 ELIAEL VI Ange de ma maîtrise de soi
10 THAAMA IX Bonté de Dieu
11 IRIEL VI Ange de l’huile de la guérison
12 HELI IX Ange du veuvage
13 NANNAH IX Ange des fleurs (de la grâce)
14 ELIM V Il lie les gerbes de blé
15 MANAIM IX Il ouvre le cœur avec l’épée
16 ARATHIM VII Anges des Lois Divines
17 RIBERIEL IX Ange de ceux qui vivent en cellules
18 PARIM IX Ange du jugement
19 HELACHIEL IX Ange du remerciement
20 AMIRIEL VI Il met en gerbes la moisson pour Dieu
21 EHEIE I Dieu en son essence
22 TAUMATIM IV Il porte le sacrifice sanglant du Christ
23 HARIEL V Il ouvre la porte vers Dieu
24 MESAEL VII Ange de la disponibilité de la Foi
25 ARA II Ange de l’Évangile
26 VEDADGIESI IIIX La Parole qui relie le Créateur à la créatureAnge avec la lumière
27 VIGUEL V Ange des Fondateurs d’Ordre
28 TIPHERED II Beauté de Dieu
29 SILOEL VI Ange de l’énergie
30 ASSALIM III Ange de la solidité

MAI (consacré à la Très Sainte Vierge Marie)
« Oh ! Combien de belles vertus brillent dans sa vie : abnégation, bonté, Foi !Ô Bienheureuse Vierge ! Ô Admirable Mère » (St Augustin)
01 PURIMSADIELL’Échelle du Ciel IVVIII Ange du Jugement DernierAnge de l’ÉgliseLe Trône de Marie
02 HALEOCHIM VII Ange « Marie »
03 JESOPHAR IX La Croix qui sauve
04 ARIEL VIII Ange de la jeunesse
05 CHALED IX Ange du Tabernacle
06 DANAEL IV Ange des âmes de feu
07 ANAEL VI Ange de la pureté
08 REM V Ange de la force au combat
09 CHAJOTH IV Colonne d’angle « Dieu Saint »
10 GEOSED V Ange de la Foi
11 RATIEL IV Ange des martyrs, MAKARIEL V Ange du Sacerdoce
12 GALATHIEL VIII Ange des martyrs, de l’abandon à Dieu
13 LES SAINTS ANGES GARDIENS
14 SEDERIM V Ange de la contradiction
15 EPHTHAEL IX « Ouvre-toi »
16 VIRAGUEL IV Don de l’Esprit-Saint : la Sagesse
17 JACHIM VI Ange de la tempête
18 HALLEL V Ange de l’appel
19 Les Domaines de Marie SADIEL, ARIEL, GABREIL, JOPHIEL, GALATHIEL, RAPHAEL, MICHAEL
20 CHUD VII Ange des églises, des monastères
21 RHASA IX « Ne crains rien »
22 RUGUIEL IX Ange de la défense par Marie
23 JESSAPHAR IV Il porte le sacrifice expiatoire
24 AMENPHARIM IV Roue de feu de la Fin des Temps Il porte la parole « Venez »
25 JESIRACH IV Ange avec la balance
26 EMMANUEL V Ange de la Divine Face
27 Les 12 Anges de service devant le trône de Marie ALPHAI, CHOCHMAH, HAGIEL, GEORAH, HAJIM, ARALIM, ENNETH, TELIEL, MYRRHAEL, AYDIEL, SAHJIEL, OMBAEL.
28 HAJIM VII Ange de l’Église, de la consécration
29 HELIEL V Ange de Josué
30 OSED IX Ange des pauvres
31 BINAHLEVANAEL IIIVI Trône du Père Ange du chant d’amour de Marie

JUIN (consacré au Sacré-Cœur de Jésus)
01 JESU I Il vient en Sauveur
02 GAZAR IV Il porte le sacrifice de louange
03 Les 14 auxiliaires célestes MIRACHIEL, ARIGUEL, DIURIM, EZECHIEL, THAAMIM, SAMALIEL, HAJIM, NITHASIEL, SINAH, MANUEL, HAJIM, SCHEADAR, RAPHAEL, BILAEL, BERUBIEL
04 JOSAPHIM V Ange de la pureté de l’Église
05 AMPHIEL IV Ange des coupes de la colère
06 OPHAJIM III Trône du Saint-Esprit
07 THRUSIEL IX Ange de ceux que le péché a rendu muets
08 AYDIEL VI Ange des travailleurs
09 PHARACHIEL VII Ange de la douceur
10 Les Anges du Tabernacle CHALED, TARAEL, LELAJAH, HAJIM, HABEJAH, FRUGIEL, PHASED
11 ATHASIEL VI Ange des âmes oblatives
12 MUN V Ange de l’abandon secret
13 HOD II « Louange de Dieu »
14 NAZARIEL IX Ange du sacrifice expiatoire
15 MACHANAEL IX Ange de la plainte
16 MIRACHAR VI Ange du printemps
17 Les Anges de l’arc-en-ciel AKABA, ELCHAI, ZAPHKIEL, URIM, ABBAEL, ELIGUEL, THRUSIEL
18 ASSIM III Sagesse de la planification
19 GETHULIEL VII Ange de la simplicité du cœur
20 MERIEL VII Ange de la fidélité
21 MATTATIEL IV Il scelle l’élan vers Dieu
22 SELAMIM VII Ange des moyens de grâce de l’Église
23 KEPHA VI Colonne d’angle : la fidélité
24 JOCHAANAELASHARIEL VIV « Appel qui retentit au loin » Ange avec la coupe de colère de l’obscurcissement
25 ARACHIM V Ange avec le fouet
26 JEROBOEL IX « Lève-toi »
27 SAMALIELJONAEL IIIV L’intercesseurDon de l’Évangile
28 ABBAEL V Ange de la Croix
29 ANARITHAJOPHIEL IVIII « Je veux jeter le feu sur la terre »Ange de la profondeur
30 ALPHARETH IV Ange de la réponse de la Création

JUILLET (consacré au Précieux Sang de Jésus)
01 ESCHBARANAEL IVII « Feu », le Dieu brûlantAnge du repentir
02 JESODTHAEL IIIV Fondement de la ParoleDon de la pitié
03 BARACHIEL VI Ange de la vaillance
04 ARIOCHIM VII Ange de l’Église (des prêtres)
05 NAJIM V Ange de la Résurrection
06 LEVI IX Ange de la tradition
07 JESIM V L’un des sept frères de l’âme
08 NEOSED IX Ange de la constance inlassable
09 GELOMIAH IX Ange de la gratitude
10 GESANNAH IX « Approche ! »
11 RAVANAEL VII Puissance oblative de l’Amour
12 CHATTATIM VII Ange du retentissement de la Pentecôte
13 HAMALIEL VI Ange de la douceur de Dieu
14 MEPHRAIM III « Abandon à Dieu »
15 MANUEL VI Aide en cas de détresse au combat
16 HAGIELZEAEL IIVI Ange du silenceAnge de la sagesse cachée
17 Les Anges de l’envoi en mission URIM, SADDIM, THUMIN, VEHUJAH, JOCHAANAEL, HAJIM, ELOHIM
18 JESOPHIM IV Ange de la moisson
19 LASDAEL V Ange de la magnanimité de Dieu
20 DELIM V Ange de la pauvreté en esprit
21 NEZACH IV Il porte la Toute Puissance de Dieu dans la Création
22 ZARACHIEL IV Ange avec la coupe de la colère du brasier
23 CHOLIM V Ange de l’angoisse de l’âme et des souffrances intérieures
24 PHILOIM V Ange des épreuves
25 SACHAEL IV Anges des pénitents
26 JAPHED IX « Celui qui essuie les larmes »
27 Les Anges de la reddition des comptes HARIEL, SAMALIEL, MICHEL, SEDERIM, GABRIEL, HALEOCHIM, JOPHIEL
28 URSALIM VI Protecteur de Jérusalem (Rome)
29 PHANAEL VII Ange de la prudence de l’Amour
30 JOHAIM IX Il paie le salaire de Dieu
31 RAZAEL II « Sagesse de Dieu »

AOÛT (consacré au Cœur Immaculé de Marie)
« Marie était toute embrasée de l’Amour divin. Ce feu sacré n’avait laissé en Elle que piété et dévouement pour les affections terrestres » (St-Antonin)
01 BATHUEL IV « Ange du repentir d’Amour »
02 CHAMAELTHAAMIM IIV Force d’attraction de DieuAnge du zèle pour Dieu
03 HANAI IX « Il se tient au tournant du chemin «
04 JEHUSALIM III Ange des ordres statiques
05 HAMASIMMEDAD VIX Ange de la force des miracles« Au milieu des frères »
06 JESSIHOD IIV Volonté salvatrice de DieuTriomphe de Dieu
07 OPHEL VI Ange de l’aimant et des minéraux
08 NAHIMPHAR VI Ange de l’été
09 SOREL IV Don de la force d’âme
10 MESSIJIM VI Ange du feu
11 SIM V Ange des zones d’influence
12 JEPHTHA IV Ange du vœu d’obéissance
13 OMBAEL VI Ange de la mission des mères
14 SADDIM IV Il porte l’Amour de Dieu
15 MURIEL II Le compagnon, HANAEL II Les ailes de la colombe, PHAEL IVLes ailes de la colombe
16 SAMMARIEL IV Il porte le fruit
17 ELORNIM V Ange de l’abandon expiatoire
18 MERARI IX « Avec les larmes de la Mère »
19 RECHIEL VII Ange de l’ordre dans l’Amour
20 SEPHAR IV Ange de l’action de grâce
21 JERUMIEL IV Il scelle le devoir
22 CHOCHABIAH II La Parole qui guérit, BINA IV Il porte la mesure
23 ALJOCHIM V Ange avec le grain moulu
24 ROBOEL IV Ange pour ceux qui viennent de loin
25 ANOPHIEL VI Ange de l’incompréhensibilité
26 RHIMA IX « Le charpentier »
27 NEZACH IV Colonne d’angle : Dieu Tout-Puissant
28 CHOCHMAH IV Colonne d’angle : « Dieu Sage »
29 USATIM V Ange de la causalité
30 NARIEL VI Ange de la consolation
31 GERUDIEL VI Ange de la proportion

SEPTEMBRE (consacré à Saint Michel et aux Saints Anges)
« Les Anges, qui sont auprès de Dieu, connaissent les prières que nous lui adressons, afin de pouvoir les Lui offrir et les appuyer de leur intercession » (St Augustin)
01 MYRRHAEL VI Ange des ordres
02 HATHANAEL V Ange du sacrifice (louange)
03 ZAPHKIEL II Ange des lieux de purification, ABDAEL IX Porte-moi
04 HANANI IX « il guérit ce qui est brisé »
05 KEPHARNIM V Force de la tension
06 MATHA IX Il prend soin de la jeunesse
07 THUMIM IV Il porte l’Amour de Dieu
08 HANAEL II Louange de Dieu, JESIM V Fiat Mihi
09 TANAEL VI Ange des enfants
10 LAIRIEL VI Ange des rayonnements
11 KADMIRIEL VII Ange de l’humilité
12 ELOHIM I Force de Dieu envers Marie ARIM III Beauté de l’œuvre de Dieu
13 JEHOD VII Ange des saints états (Église)
14 THELAMIM V Ange de la Foi, PHASED IX Ange des heures canoniales
15 ROPH III Ange de la terre, SABBATIEL IV Ange de la coupe de la colère des catastrophes
16 THADDIM V Ange de l’énergie créatrice
17 ORIPHIEL II Le fouleur au pressoir
18 CHELOIM V Adorateur depuis la profondeur
19 CHAJAH IX Ange avec l’habit nuptial
20 BERAEL VI Ange de la conscience claire
21 MELECH II Ange de l’Évangile
22 KYRIEL VII Ange de la crainte de Dieu
23 SESACHAR VI Ange du jour, de la clarté
24 ADONAI I Seigneur et Roi, MIGUEL IX Amour de Dieu dans la souffrance
25 SICHAEL IX Il rompt le pain
26 DIRACHIEL VI Ange de la Paix
27 PHARASIM V Ange de l’Amour (construction)
28 ORPHAR VI Ange de la nuit, du sommeil
29 MICHEL VIII Vainqueur de Lucifer
30 MACHAANAJIM VII Ange de la structure canonique de l’Église

OCTOBRE (consacré à Marie, Reine du Rosaire)
« Celui qui récitera pieusement mon Rosaire en méditant ses mystères, ne mourra pas de mauvaise mort ; pécheur, il se convertira ; juste il persévérera dans la grâce, et en tous cas, il sera admis à la Vie éternelle » (Promesse de N-D au Bx Alain de la Roche)
01 MIRACHIEL VII Ange de la Foi
02 EZECHIEL VI Le fidèle, LES SAINTS ANGES GARDIENS
03 SCHEMMAJIM IV Ange de la joie nuptiale
04 ARALIM-ENNETH III Ange de la volonté de Dieu sur Lucifer
05 ZURAEL VI Ange des petites choses
06 PACHAD II Ange de la crainte de Dieu
07 AKABA I Bonté de Dieu, SCHEADAR VI Ange de la récolte
08 OREL IV Ange de la Miséricorde
09 LECHITIEL VI Prince des moyens de discernement ; il vient au secours des désespérés
10 BEROEL V Ange de l’alliance avec David
11 JEHOVE I Dieu Créateur, JUDITIEL IX Il accomplit la volonté de Dieu au bon moment
12 NUBIEL IX Ange des malades
13 SENACHAR IV Sacrifice de consécration
14 JOSUEL V Guide vers Dieu
15 ARALIM III Il porte la force de la construction de la création
16 RASDAEL VI Ange du charbon
17 MALACHIM III Trône du Fils dans la Création
18 PARI II Parole de l’Évangile (St Luc)
19 ALJOIM V « Le semeur »
20 GEBURAH IV Colonne d’angle : « Dieu Juste »
21 GEORAH V Ange de la beauté du « Divin Amour »
22 AMMIEL IX « Avec la mesure bien tassée »
23 ONPHRIEL VI Ange du sucre et de l’amidon
24 RAPHAEL VIII « Flèche de l’Amour de Dieu »
25 LES 4 VENGEURS IX HENIM, MICHAJIM, PARIM, PHASIM
26 LES 4 FRÈRES IX EDRAIM, SEFANIM, MACHIRIM, MANAIM
27 HIBERIEL IV Ange à la porte des glaives
28 CHASEL IV Ange à la porte des portefaix
29 HEBEJAH IX Ange de la mission
30 RIDANAEL IX Il porte la joie dans le service de Dieu
31 GEDULAH IV Ange de l’appel et de la réponse de l’amour

NOVEMBRE (consacré aux Âmes du Purgatoire)
« Les âmes des fidèles défunts sont soulagées dans le Purgatoire par les prières ou les aumônes des survivants » (St Augustin)
01 THIRIEL II Lumière de l’Amour Divin
02 SADIEL VIII Ange de l’Église
03 BARABBIEL IX Ange des âmes du Purgatoire
04 NAKURIM V Ange de l’être
05 RAMAEL V Ange d’action de grâces
06 SABA IX Ange des promesses
07 HADAJAH IX Dialogue secret avec Dieu
08 MELCHISIEL V Ange des Patriarches
09 AGARIEL IV « Il lève la main pour la grande Consolation »
10 KETHERIM V Engagement pour Dieu
11 JESOD IV Il porte la loi dans la racine de la Création
12 CASSIEL VI Ange de la détresse des opprimés (5e trompette)
13 PHALIEL VII Ange de la générosité
14 LOADIEL V Ange des pénitents
15 GERIEL VII Ange de l’espérance
16 RASIEL VII Ange de la mesure de l’Amour
17 DIURIM V Ange de la volonté de Dieu pour la Croix
18 HASSIEL VI Ange de la défense
19 EPHODIEL IV Sceau de l’Épouse du Christ
20 MISACHAR IV Il porte le sacrifice
21 JOD I Il porte la notion de Dieu, ZEPHARIM III Désir de la béatitude
22 CHUN IX Ange avec la harpe
23 MORAEL VI Ange des mœurs, de la morale
24 MERUA IV Ange du vœu de pauvreté
25 MALCHIDIEL VI « Dignité de Dieu »
26 NEOMENIEL V Ange de la volonté de Dieu
27 ADVISIEL VII Ange de la confiance
28 ENNED IX Il saisit les âmes avant l’Abîme
29 EPHRAEL IV Ange à la porte des purs
30 MADIM III Ange des béatitudes

DÉCEMBRE (consacré à Jésus naissant)
01 ELIUD IX Ange de la Paix
02 NADAR VI Ange de la préparation de l’Avent
03 GERACHIEL VI Ange des égarés, des incroyants
04 THORAEL IV Il porte la coupe de colère des ulcères
05 NACHUMIEL V Anges des Prophètes
06 PHATIEL VI Ange de la Miséricorde
07 JEPHTHAEL VI Ange de la science
08 ELCHIM I Le Vainqueur, BINNAH III Trône du Fils
09 RAGUEL IX La piécette de la veuve
10 ELCHAI I Douceur de Dieu, BEA IX Ange avec la clochette
11 BARUCHIM V « Le fouleur au pressoir »
12 ACHAR VI Ange de l’hiver
13 BENONI IX « Le petit »
14 GRAPHIEL VI Fil de l’épée de Dieu
15 BAIRIM VI Ange de l’eau
16 GATHA IX Ange avec la pelle
17 ZEPHIRIEL VII Ange de la sobriété de l’amour
18 UPHARIEL V Ange de la volonté de Dieu pour le jugement, ISAEL IX Il donne à Dieu les deux mains
19 SAMSAIM IX Il frappe aux cœurs de pierre
20 THEORAH V Il apporte les fruits de Dieu
21 MASSACHIEL IV Anges de ceux qui sont marqués
22 LELAJAH IX Ange des prêtres, NIDAEL IX Ange avec le flocon de neige
23 SEBASTIM VII Ange du cycle de Noël, SINAH IX Ange de la clairvoyance
24 SCHEMAJIM III Trône du Père, DIMACHIEL V Ange de la naissance
25 REESCH I Ange de la vie, JAH I Dieu dans sa Bonté, NUN IX Ange des tout-petits
26 NACHIE II Ange de la disponibilité, LOPHIRIM III Les bénédictions de l’Église
27 VEHUJAH II Parole de l’Évangile (St Jean), SAHJIEL VI Ange de l’illumination
28 CHESED II Douceur de la Parole de Dieu, MENIM V Ange du rayonnement
29 MASA IV Il porte le vœu de pureté
30 THAMAEL IV Il porte le 7e don du Saint-Esprit
31 EDOMIEL IV Il scelle l’ordre et la mesure

Sainte Mechtilde et les âmes du purgatoire

Mathilde de Hackeborn

Cela se passa en Suisse, à Einsiedeln, un lieu de pèlerinage marial.

C’était en hiver, un jour de semaine, et l’église était presque vide, pendant que Mme Aloisia y priait avec ses parents.

En regardant vers l’autel privilégié, elle remarqua la présence d’une religieuse très âgée, habillée d’un costume religieux fort ancien, datant d’une époque lointaine. Elle alla vers elle, et cette religieuse lui remit un feuillet de prières qu’elle mit machinalement dans sa poche.

Et il se produisit alors quelque chose d’étrange : la porte d’entrée s’ouvrit soudain et, elle vit entrer une immense foule de pèlerins, tous pauvrement vêtus et qui marchaient à pas feutrés, comme des fantômes : un flot de pèlerins d’une longueur presque interminable pénétraient dans l’église, un prêtre se tenait là et leur montrait le chemin.

La paysanne se demandait avec étonnement comment cette foule immense allait-elle trouver assez de place dans l’église. Elle se tourna ensuite sur le côté, pendant un court instant, pour allumer un cierge, et, lorsqu’elle regarda derrière elle, l’église était à nouveau aussi vide qu’au début.

Remplie de stupéfaction, elle demanda à ses parents où donc tous ces gens étaient passés. Pourtant aucun de ceux qui l’accompagnaient n’avait remarqué le défilé des pèlerins et personne non plus n’avait aperçu la religieuse.

N’en croyant pas ses yeux, elle chercha dans sa poche le feuillet qu’on lui avait donné et ce feuillet qu’elle tenait dans ses mains lui prouvait bien qu’elle n’avait pas du tout rêvé. Il contenait le texte d’une prière que jadis Notre-Seigneur avait enseignée à Sainte Mechtilde, lors d’une apparition. C’était le «Notre Père» de Sainte Mechtilde pour les âmes du Purgatoire.

Sainte Mechtilde ayant communié pour les morts, Notre-Seigneur lui apparut et lui dit : « Dites pour eux un Notre Père, etc., » et elle comprit qu’elle devait prier de la manière suivante ; après l’avoir fait, elle vit une grande multitude d’âmes monter au ciel.
(Révélations, I, 21)

A chaque fois que Sainte Mechtilde récitait cette prière, elle voyait des légions d’âmes du Purgatoire monter au Ciel.

Le Notre Père de Sainte Mechtilde

Notre Père de Sainte Mechtilde

Notre Père qui êtes aux cieux. Je vous en prie, ô Père Céleste, pardonnez aux âmes du Purgatoire, car elles ne vous ont pas aimé ni rendu tout l’honneur qui vous est dû, à vous, leur Seigneur et Père, qui par pure grâce, les avez adoptées comme vos enfants; mais au contraire, elles vous ont, à cause de leurs péchés, chassé de leur cœur où vous vouliez pourtant toujours habiter.

En réparation de ces fautes, je vous offre l’amour et la vénération que votre Fils incarné vous a témoignés tout au long de sa vie terrestre, et je vous offre toutes les actions de pénitence et de satisfaction qu’Il a accomplies et par lesquelles Il a effacé et expié les péché des hommes.  Ainsi soit-il.

Que votre Nom soit sanctifié. Je vous supplie, ô Père très bon, pardonnez aux âmes du Purgatoire, car elles n’ont pas toujours honoré dignement votre saint nom, mais elles l’ont souvent prononcé en vain et elles se sont rendues indignes du nom de chrétien par leur vie de péchés.

En réparation de ces fautes qu’elles ont commises, je vous offre tout l’honneur que votre Fils bien-aimé a rendu à votre nom par ses paroles et par ses actes, tout au long de sa vie terrestre. Ainsi soit-il.

Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Je vous en prie, ô Père très bon, pardonnez aux âmes du Purgatoire, car elles n’ont pas toujours soumis leur volonté à la vôtre, elles n’ont pas cherché à accomplir votre volonté en toute chose, et même elles ont souvent vécu et agi en ne faisant que leur volonté.

En réparation de leur désobéissance, je vous offre la parfaite conformité du cœur plein d’amour de votre divin Fils avec votre sainte volonté et la soumission la plus profonde qu’il vous témoigna en vous obéissant jusqu’à sa mort sur la croix. Ainsi soit-il.

Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien. Je vous en prie, ô Père très bon, pardonnez aux âmes du Purgatoire, car elles n’ont pas toujours reçu le saint Sacrement de l’Eucharistie avec assez de désir, mais elles l’ont souvent reçu sans recueillement ni amour, ou même indignement, ou encore elles ont même négligé de le recevoir.

En réparation de toutes ces fautes qu’elles ont commises, je vous offre l’éminente sainteté et le grand recueillement de Notre-Seigneur Jésus-Christ, votre divin Fils, ainsi que l’ardent amour avec lesquels Il nous a fait cet incomparable don. Ainsi soit-il.

Pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Je vous en prie, ô Père très bon, pardonnez aux âmes du Purgatoire toutes les fautes dont elles se sont rendu coupables en succombant aux sept péchés capitaux, et aussi en n’ayant pas voulu, ni aimer, ni pardonner à leurs ennemis.

En réparation de tous ces péchés, je vous offre la prière pleine d’amour que votre divin Fils vous a adressée en faveur des ses ennemis lorsqu’il était sur la croix. Ainsi soit-il.

Et ne nous laissez pas succomber à la tentation. Je vous en prie, ô Père très bon, pardonnez aux âmes du Purgatoire, car trop souvent elles n’ont pas résisté aux tentations et aux passions, mais elles ont suivi l’ennemi de tout bien et se sont abandonnées aux convoitises de la chair.

En réparation de tous ces péchés aux multiples formes, dont elles se sont rendu coupables, je vous offre la glorieuse victoire que Notre-Seigneur Jésus-Christ a remportée sur le monde ainsi que sa vie très sainte, son travail et ses peines, sa souffrance et sa mort très cruelles. Ainsi soit-il.

Mais délivrez-nous du mal et de tous châtiments en vertu des mérites de votre Fils bien-aimé et conduisez-nous, ainsi que les âmes du Purgatoire, dans votre Royaume de gloire éternelle qui s’identifie à vous. Ainsi soit-il.

Vision de l’enfer

Sainte Thérèse d’Avila expose comment le Seigneur voulut la transporter en esprit dans un endroit de l’enfer qu’elle avait mérité par ses péchés. Elle raconte sommairement ce qui lui fut présenté alors.

Depuis longtemps déjà le Seigneur m’avait accordé un grand nombre des grâces dont j’ai parlé, et d’autres encore fort élevées, quand, un jour, étant en oraison, il sembla que je me trouvais subitement, sans savoir comment, transportée tout entière en enfer. Le Seigneur, je le compris, voulait me montrer la place que les démons m’y avaient préparée et que j’avais méritée par mes péchés. Cette vision dura très peu ; mais alors même que je vivrais de longues années, il me serait, je crois, impossible d’en perdre jamais le souvenir.

L’entrée me parut semblable à une ruelle très longue et très étroite, ou encore à un four extrêmement bas, obscur et resserré. Le fond était encore comme une eau fangeuse, très sale, infecte et remplie de reptiles venimeux. A l’extrémité se trouvait une cavité creusée dans une muraille en forme d’alcôve où je me vis placée très à l’étroit. Tout cela était délicieux à la vue, en comparaison de ce que je sentis alors ; car je suis loin d’en avoir fait une description suffisante.

Quant à la souffrance que j’endurai dans ce réduit, il me semble impossible d’en donner la moindre idée ; on ne saurait jamais la comprendre. Je sentis dans mon âme un feu dont je suis impuissante à décrire la nature, tandis que mon corps passait par des tourments intolérables. J’avais cependant enduré dans ma vie de souffrances bien cruelles ; et, de l’aveu des médecins, ce sont les plus grandes dont on puisse être affligé ici bas, car tous les nerfs s’étaient contractés quand je fus percluse de mes membres. J’avais eu aussi à supporter toutes sortes d’autres maux dont quelques-uns, je l’ai dit, venaient du démon. Mais tout cela n’est rien en comparaison de ce que je souffris dans ce cachot. De plus, je voyais que ce tourment devait être sans fin et sans relâche. Et cependant toutes ces souffrances ne sont rien encore auprès de l’agonie de l’âme. Elle éprouve une oppression, une angoisse, une affliction si sensible, une peine si désespérée et si profonde, que je ne saurais l’exprimer. Si je dis que l‘on vous arrache continuellement l’âme, c’est peu, car dans ce cas, c’est un autre qui semble vous ôter la vie. Je ne saurais, je l’avoue, donner une idée ce feu intérieur et de ce désespoir qui s’ajoutent à des tourments et à des douleurs si terribles. Je ne voyais pas qui me les faisait endurer, mais je me sentais, ce semble, brûler et hacher en morceaux. Je le répète, ce qu’il y a de plus affreux, c’est ce feu intérieur et ce désespoir de l’âme.

Dans ce lieu si infect d’où le moindre espoir de consolation est à jamais banni, il est impossible de s’asseoir ou de se coucher ; l’espace manque ; j’y étais enfermée ; j’y étais enfermée comme dans un trou pratiqué dans la muraille ; les parois elles-mêmes, objet d’horreur pour la vue, vous accablent de tout leur poids ; là tout vous étouffe ; il n’y a point de lumière, mais les ténèbres les plus épaisses. Et cependant, chose que je ne saurais comprendre , malgré ce manque de lumière, on aperçoit tout ce qui peut être un tourment pour la vue.

Le Seigneur ne voulut pour lors me montrer rien plus de l’enfer. Il m’a donné, depuis, une vision de choses épouvantables et de châtiments infligés à certains vices ; ces tortures me paraissaient beaucoup plus horribles à la vue.

Mais, comme je n’en souffrais pas la peine, j’en fus moins effrayée. Dans la vision précédente, au contraire, le Seigneur m’avait fait éprouver véritablement en esprit ces tourments et ses angoisses, comme si mon corps les avait endurés. Je ne sais comment cela se fit, mais je compris bien que c’était une grande grâce et que le Seigneur voulait me faire voir de mes propres yeux l’abîme d’où sa miséricorde m’avait délivrée. Entendre parler de l’enfer, ce n’est rien. Ce que j’avais médité sur les divers tourments qu’on y endure, bien que ce fût rarement, car la voie de la crainte ne convenait pas à mon âme, ce que j’avais considéré sur les déchirements causés par les démons, ce que j’avais lu enfin de divers autres châtiments, tout cela n’est rien auprès de ce supplice. Ce sont deux choses absolument différentes. Elles sont entre elles comme le tableau et l’objet qu’il représente ; et la torture du feu de ce monde est bien peu de chose en comparaison du feu de l’enfer. Aussi, je fus épouvantée ; malgré les six ans environ écoulés depuis lors, ma terreur est telle en écrivant ces lignes qu’il me semble que mon sang se glace dans mes veines ici même où je me trouve. Aussi, chaque fois que je me rappelle ce souvenir au milieu de mes travaux et de mes peines, toutes les souffrances d’ici-bas ne sont plus rien à mes yeux ; il me semble même que, sous un certain rapport, nous nous plaignons sans motif. Je ne crains pas de le redire, c’est là une des grâces les plus insignes que le Seigneur m’ait accordées. Elle a produit en moi le plus grand profit. Elle m’a ôté la crainte des tribulations et des contradictions de la vie, elle m’a donné le courage de les supporter ; et elle m’a stimulée à remercier le Seigneur de m’avoir délivrée, comme j’ai tout lieu de le croire maintenant, de ces tourments si longs et si terribles.

Depuis lors, je le répète, tout me paraît facile en comparaison d’un seul instant de ces tortures que j’endurai alors. Je m’étonne même qu’après avoir lu souvent des livres où l’on donne quelque aperçu des peines de l’enfer, je ne les aie point redoutées comme elles le méritent et ne m’en soit pas fait une idée exacte. Où étais-je donc ? Comment pouvais-je trouver quelque repos dans ce qui m’entraînait à un si terrible séjour ? O mon Dieu, soyez à jamais béni ! Comme on voit bien que vous m’aimez beaucoup plus que je ne m’aime moi-même ! Que de foi, ô Seigneur, ne m’avez-vous pas délivrée d’une si horrible prison ! Que de fois j’y retournais moi-même contre votre volonté !

Cette vision m’a procuré, en outre, une douleur immense de la perte de tant d’âmes et en particulier de ces luthériens qui étaient déjà par le baptême membres de l’église. Elle m’a procuré aussi les désirs les plus ardents d’être utile aux âmes. Il me semble en vérité que, pour en délivrer une seule de si horribles tourments, je souffrirais très volontiers mille fois la mort. Voici en effet ce que je pense. Quand nous voyons quelqu’un et surtout une personne amie au milieu de grandes épreuves et de grandes douleurs, il semble que nous sommes naturellement touchés de compassion ; et si ses souffrances sont intenses, nous les ressentons très vivement. Mais la vue d’une âme condamnée pour l’éternité au supplice des supplices, qui donc la pourrait souffrir ? Il n’y a pas de cœur qui n’en serait brisé de douleur. Nous sommes émus de la plus tendre compassion pour les maux d’ici-bas, et cependant nous savons qu’ils sont un terme et finissent avec la vie. Ne le serions-nous pas davantage pour des supplices qui doivent durer toujours ? Je ne sais comment nous pouvons vivre en repos quand nous voyons tant d’âmes que le démon entraîne avec lui en enfer.

Cela enfin me fait désirer ardemment que dans l’affaire si importante du salut nous ne soyons satisfaits qu’à la condition de faire tout, oui, tout ce qui dépend de nous. Dieu veuille nous donner la grâce de réaliser ce dessein !

Vision de l’enfer

« Aujourd’hui j’ai été dans les gouffres de l’enfer, introduite par un ange. C’est un lieu de grands supplices, et son étendue est terriblement grande.

Genres de supplices que j’ai vus :

  1. le premier supplice qui fait l’enfer c’est la perte de Dieu ;
  2. le deuxième – les perpétuels remords ;
  3. le troisième – le sort des damnés ne changera jamais ;
  4. le quatrième supplice – c’est le feu qui va pénétrer l’âme sans la détruire, c’est un terrible supplice, car c’est un feu purement spirituel, allumé par la colère de Dieu ;
  5. le cinquième supplice – ce sont les ténèbres continuelles, une terrible odeur étouffante et malgré les ténèbres, les démons et les âmes damnées se voient mutuellement et voient tout le mal des autres et le leur ;
  6. le sixième supplice – c’est la continuelle compagnie de Satan ;
  7. le septième supplice – le désespoir terrible, la haine de Dieu, les malédictions, les blasphèmes.

Ce sont des supplices que tous les damnés souffrent ensemble, mais ce n’est pas la fin des supplices. Il y a des supplices qui sont destinés aux âmes en particulier, ce sont les souffrances des sens.

* * *

Chaque âme est tourmentée d’une façon terrible et indescriptible par ce en quoi ont consisté ses péchés. Il y a de terribles cachots, des gouffres de tortures où chaque supplice diffère de l’autre ; je serais morte à la vue de ces terribles souffrances, si la toute-puissance de Dieu ne m’avait soutenue.

Que chaque pécheur sache : il sera torturé durant toute l’éternité par les sens qu’il a employés pour pécher.

J’écris cela sur l’ordre de Dieu pour qu’aucune âme ne puisse s’excuser disant qu’il n’y a pas d’enfer, ou que personne n’y a été et ne sait comment c’est. Moi, Sœur Faustine, par ordre de Dieu, j’ai été dans les gouffres de l’enfer, pour en parler aux âmes et témoigner que l’enfer existe.

Je ne peux en parler maintenant [en 1936], j’ai l’ordre de Dieu de le laisser par écrit. Les démons ressentaient une grande haine envers moi, mais l’ordre de Dieu les obligeait à m’obéir. Ce que j’ai écrit est un faible reflet des choses que j’ai vues. J’ai remarqué une chose : qu’il y a là-bas beaucoup d’âmes qui doutaient que l’enfer existe.

* * *

Quand je suis revenue à moi, je ne pouvais pas apaiser ma terreur de ce que les âmes y souffrent si terriblement, c’est pourquoi je prie encore plus ardemment pour la conversion des pécheurs, sans cesse j’appelle la miséricorde divine sur eux. Ô mon Jésus, je préfère agoniser jusqu’à la fin du monde dans les plus grands supplices que de T’offenser par le moindre péché. »

– Extrait du Petit Journal, n° 741

Traité du Purgatoire

Introduction

Comment, par comparaison avec le feu divin qu’elle ressentait au-dedans d’elle-même, elle comprenait ce qu’était le purgatoire, et comment les âmes s’y trouvent contentes et souffrantes

Cette sainte âme encore dans sa chair se trouva établie dans le purgatoire du brûlant amour de Dieu. Il la brûlait toute et la purifiait de ce qu’elle avait à purifier, de façon qu’au sortir de cette vie elle pût être présentée au regard de Dieu son doux amour.

Par le moyen de ce brûlant amour, elle comprenait en elle-même dans quel état se trouvent au purgatoire les âmes des fidèles pour purifier toute espèce de rouille et de tache du péché non encore effacée durant cette vie.

Elle-même, établie au purgatoire du feu divin d’amour, se tenait unie à son divin amour, satisfaite de tout ce qu’il opérait en elle; comprenant qu’il en était ainsi des âmes qui sont au purgatoire, elle disait:

Parfaite conformité des âmes du purgatoire à la volonté de Dieu

Les âmes qui sont au purgatoire, à ce que je crois comprendre, ne peuvent avoir d’autre choix que d’être en ce lieu puisque telle est la volonté de Dieu qui dans sa justice l’a ainsi décidé. Elles ne peuvent pas davantage se retourner sur elles-mêmes. Elles ne peuvent dire: j’ai fait tels péchés et c’est à cause d’eux que je mérite de me trouver ici. Il ne leur est pas possible de dire: je voudrais ne pas avoir fait tels péchés, parce qu’ainsi j’irais tout de suite en paradis. Pas davantage: celui-ci sortira d’ici avant moi. Ni dire: « j’en sortirai avant lui. »

Elles sont incapables d’avoir ni d’elles-mêmes ni des autres aucun souvenir, ni en bien ni en mal, qui puisse augmenter leur souffrance. Elles ont, au contraire, un tel contentement d’être établies dans la condition voulue par Dieu et que Dieu accomplisse en elles tout ce qu’il veut, comme il le veut, qu’elles ne peuvent penser à elles-mêmes ni en ressentir quelque accroissement de peine.
Elles ne voient qu’une chose, la bonté divine qui travaille en elles, cette miséricorde qui s’exerce sur l’homme pour le ramener à Dieu. En conséquence, ni bien ni mal qui leur arrive à elles-mêmes ne peut attirer leur regard. Si ces âmes pouvaient en prendre conscience, elles ne seraient plus dans la pure charité.

Elles ne peuvent non plus considérer qu’elles sont dans ces peines à cause de leurs péchés, cette idée , n’entre pas dans leur esprit. Ce serait en effet, une imperfection en acte, chose qui ne peut exister en ce lieu où il est impossible de commettre un péché. Pourquoi elles sont en purgatoire, cette cause qui est en elles, il ne leur est donné de la voir qu’une seule fois, au moment qu’elles sortent de cette vie, et dans la suite ne la voient plus jamais. Autrement, ce regard serait un retour sur soi.

Étant donc établies en charité et n’en pouvant plus dévier par un acte défectueux, elles sont rendues incapables de rien vouloir de rien désirer hormis le pur vouloir de la pure charité. Placées dans ce feu purifiant, elles y sont dans l’ordre voulu par Dieu. Cette disposition divine est pur amour; elles ne peuvent s’en écarter en rien, parce qu’elles sont incapables de commettre un péché, comme aussi de faire un acte méritoire.

Joie des âmes du purgatoire Leur croissante vision de Dieu, la raison de la rouille

Je ne crois pas qu’il puisse se trouver un contentement comparable à celui d’une âme du purgatoire, à l’exception de celui des saints en paradis. Chaque jour s’accroît ce contentement par l’action de Dieu en ces âmes, action qui va croissant comme va se consumant ce qui empêche cette action divine. Cet empêchement, c’est la rouille du péché.

[La rouille n’est pas un reste de péché, une disposition mauvaise de la volonté qui serait l’effet en l’âme des péchés qu’elle a commis durant sa vie terrestre; c’est une souillure de l’âme, un manque de perfection, suite des péchés d’autrefois, dont la volonté s’est totalement détachée au moment de la mort.]

Le feu consume progressivement cette rouille et ainsi l’âme se découvre de plus en plus à l’influx divin.

De même un objet qu’on aurait recouvert ne peut correspondre à l’éclat du soleil, non point parce que le soleil serait insuffisant, lui qui continue de briller, mais par l’empêchement de ce qui recouvre l’objet. Que vienne à se consumer l’obstacle qui fait écran, l’objet se découvrira à l’action du soleil; il la subira de plus en plus à mesure que l’obstacle diminuera.
Ainsi la rouille du péché est ce qui recouvre l’âme.

Au purgatoire cette rouille est consumée par le feu. Plus elle se consume, plus aussi l’âme s’expose au vrai soleil, à Dieu. Sa joie augmente à mesure que la rouille disparaît et que l’âme s’expose au rayon divin. Ainsi l’une croît et l’autre diminue jusqu’à ce que le temps soit accompli. Ce n’est pas la souffrance qui diminue, c’est uniquement le temps de rester dans cette peine.

Quant à la volonté, ces âmes ne peuvent jamais dire que ces peines soient des peines, tant elles sont satisfaites des dispositions divines auxquelles leur volonté est unie par pure charité.

Souffrance des âmes du purgatoire, la séparation d’avec Dieu est leur plus grande peine

D’autre part, la peine qu’elles subissent est si extrême qu’il n’est aucune langue qui puisse l’exprimer ni aucune intelligence qui puisse en saisir la moindre étincelle si Dieu ne la lui découvre par une grâce toute spéciale.

Cette étincelle, Dieu fit à cette âme la grâce de la lui faire voir, mais je ne puis l’exprimer par la langue. Cette connaissance que Dieu m’a fait voir n’est jamais sortie de mon esprit. J’en dirai ce que je pourrai et ceux-là comprendront à qui le Seigneur daignera ouvrir l’entendement.

La source de toutes les souffrances est le péché, soit originel, soit actuel. Dieu a créé l’âme toute pure et toute simple, sans aucune tache de péché et avec un instinct béatifique qui la porte vers lui.

De cet instinct, le péché originel en quoi elle se trouve, la détourne. Le péché actuel, quand il s’y ajoute, l’en détourne plus encore. Plus elle s’en éloigne, plus elle devient mauvaise, puisque Dieu de moins en moins s’accorde avec elle.

Tout ce qu’il peut y avoir de bon dans les créatures n’existe que par la communication que Dieu en fait. Aux créatures non raisonnables, Dieu en fait part selon ses desseins et il ne leur fait jamais défaut.

A la créature raisonnable, à l’âme, il correspond plus ou moins dans la mesure où il la trouve purifiée de l’empêchement du péché. Existe-t-il une âme qui revienne à la première pureté de sa création, l’instinct du bonheur se découvre en elle et s’accroît aussitôt avec une telle véhémence, une telle ardeur de charité l’entraînant vers sa fin dernière, que c’est pour elle chose insupportable d’en être écartée. Plus elle en a la conscience, plus extrême est son tourment.

Différence entre les damnés et les âmes du purgatoire

Les âmes qui sont au purgatoire se trouvent sans la coulpe du péché. En conséquence, il n’y a pas d’obstacle entre Dieu et elles, hors cette peine qui les retarde et qui consiste en ce que leur instinct béatifique n’a pas atteint sa pleine perfection.

Voyant en toute certitude combien importe le moindre empêchement, voyant que la justice exige que leur attrait soit retardé, il leur naît au cœur un feu d’une violence extrême, qui ressemble à celui de l’enfer. Il y a la différence du péché qui rend mauvaise la volonté des damnés de l’enfer; à ceux- ci Dieu ne fait point part de sa bonté. Ils demeurent dans cette malice désespérée, opposée à la volonté de Dieu.

On voit par là que cette opposition de la volonté mauvaise à la volonté de Dieu est cela même qui constitue le péché. Comme leur volonté s’obstine dans le mal, le péché aussi se maintient.

Ceux de l’enfer sont sortis de cette vie avec leur volonté mauvaise. Aussi leur péché n’est pas remis et ne peut l’être, parce qu’ils ne peuvent plus changer de volonté, une fois qu’ils sont sortis ainsi disposés de cette vie.

En ce passage l’âme s’établit définitivement dans le bien ou dans le mal, selon qu’elle s’y trouve par sa volonté délibérée, conformément à ce qui est écrit: « Là où je te trouverai, c’est-à-dire au moment de la mort, avec cette volonté ou du péché ou de rejet et de regret du péché, là je te jugerai.» [Ce texte n’est pas dans l’Écriture Sainte; ce pourrait être une accommodation d’Ezéchiel, 24,14.]

Ce jugement est sans rémission puisque après la mort la liberté du libre vouloir n’est plus sujette au changement. Elle reste fixée dans la disposition où elle se trouvait au moment de la mort.

Ceux de l’enfer, pour s’être trouvés à ce moment avec la volonté de pécher, portent sur eux la coulpe et la peine. La coulpe est infinie; la peine n’est pas aussi grave qu’ils l’ont méritée, mais ils la porteront sans fin.

Au contraire, ceux du purgatoire ont seulement la peine, puisque le péché fut effacé au moment de la mort, car ils étaient contrits de leurs fautes et se repentaient d’avoir offensé la bonté de Dieu. Aussi leur peine aura sa fin, elle va diminuant sans cesse dans le temps, comme il a été dit.

O misère au-delà de toute misère et d’autant plus lamentable que les hommes aveugles n’y pensent pas !

Dieu montre sa bonté même envers les damnés

Ce châtiment des damnés n’est pas infini en quantité. La raison en est que la douce bonté divine étend le rayon de sa miséricorde jusqu’en enfer.

En effet, l’homme décédé en état de péché mortel mérite un châtiment infini et pour un temps infini. Mais la miséricorde de Dieu a disposé que seul le temps serait sans fin, et les peines limitées en quantité. En toute justice il aurait pu leur infliger une peine plus grande qu’il ne fait.

Oh! quel est le danger du péché commis par mauvais vouloir! C’est à grand-peine que l’homme s’en repent, et tant qu’il n’en a pas de repentir, le péché demeure et ce péché continue aussi longtemps que l’homme reste dans la volonté du péché qu’il a commis ou dans celle de le commettre.

Purifiées du péché, c’est avec joie que les âmes du purgatoire s’acquittent de leurs peines

Mais les âmes du purgatoire tiennent leur volonté en tout conforme à celle de Dieu. En conséquence, Dieu s’accorde avec elles dans sa bonté et elles demeurent contentes (quant à leur volonté) et purifiées de la coulpe du péché actuel.

Ces âmes sont rendues aussi pures que Dieu les a créées. Quand elles sortent de cette vie contrites de tous les péchés qu’elles ont commis, les ayant confessés et animées de la volonté de ne plus les commettre, Dieu les absout aussitôt de leur coulpe et il ne reste plus en elles que la rouille du péché. Elles s’en purifient ensuite dans le feu par la souffrance.

Ainsi purifiées de toute coulpe et unies à Dieu par leur volonté, elles voient Dieu clairement, selon le degré de connaissance qu’il leur accorde, elles voient aussi de quelle valeur il est de jouir de Dieu et que les âmes sont créées précisément pour cela.

De quel violent amour les âmes du purgatoire aspirent à jouir de Dieu

 

Exemple du pain et de l’affamé

Elles éprouvent de plus en plus une conformité si unifiante à leur Dieu, cette conformité les tire vers lui avec une si grande force par l’instinct de nature qui existe entre Dieu et l’âme qu’on ne peut donner aucun raisonnement, aucune comparaison, aucun exemple qui puisse expliquer assez cette chose au degré où l’âme la ressent dans son opération en elle et par son expérience intime. J’en donnerai cependant un exemple qui se présente à mon esprit.

Supposons qu’il n’y eût dans le monde entier qu’un seul pain pour enlever la faim à toute créature; supposons de plus que rien qu’à voir ce pain les hommes en seraient rassasiés.

Étant donné que l’homme, à moins d’être malade, a l’instinct naturel de manger, s’il vient à ne plus manger, tout en étant préservé de maladie et de mort, sa faim grandirait continuellement puisque son instinct de manger ne diminuerait jamais.

Il sait que ce pain est seul capable de le rassasier; s’il ne peut l’avoir sa faim ne s’en ira pas, il restera dans un tourment intolérable. Plus il s’en approche sans arriver cependant à le voir, plus aussi s’allume le désir naturel que son instinct ramasse tout entier sur le pain en quoi se trouve tout contentement.

S’il savait avec certitude que jamais il ne lui sera donné de voir ce pain, à ce moment l’enfer s’accomplirait pour lui; il serait dans l’état des âmes damnées qui sont privées de toute espérance d’arriver jamais à voir le pain qui est Dieu leur vrai Sauveur.

Mais les âmes du purgatoire ont l’espérance de contempler le pain et de s’en rassasier pleinement. Par suite, elles souffrent la faim et restent dans leur tourment aussi longtemps qu’elles sont retenues de se rassasier de ce pain, Jésus-Christ, vrai Dieu Sauveur, notre Amour.

8. L’enfer et le purgatoire font connaître l’admirable sagesse de Dieu

De même que l’esprit net et purifié ne se connaît aucun lieu de repos sinon Dieu même puisqu’il a été créé à cette fin, de même l’âme pécheresse n’a de place nulle part sinon en enfer puisque Dieu le lui a destiné pour sa fin.

C’est pourquoi au moment même où l’esprit est séparé du corps, l’âme se rend au lieu qui lui est destiné, sans autre guide que la nature même de son péché, au cas où l’âme se détache du corps en état de péché mortel.

Si l’âme ne trouvait pas à ce moment même cette destination qui procède de la justice divine, elle serait dans un enfer pire que l’enfer même. La raison en est que l’âme se trouverait hors de cette disposition divine qui n’est pas sans une part de miséricorde, puisque la peine infligée n’ est pas aussi grande qu’elle le mérite. Aussi l’âme, ne trouvant aucun lieu qui lui convienne davantage, ni lui soit moins douloureux, Dieu l’ayant disposé ainsi, elle se jette d’elle-même en enfer puisque c’est sa place.

Il en est de même du purgatoire dont nous parlons. Séparée du corps, l’âme qui ne se trouve pas dans cette netteté dans laquelle Dieu l’a créée, voyant en elle l’obstacle qui la retient et sachant qu’il ne peut être enlevé que par le moyen du purgatoire, elle s’y jette aussitôt et de grand cœur.

Si elle ne découvrait ce moyen disposé par Dieu pour la débarrasser de cet empêchement, à l’instant se formerait en elle un enfer pire que le purgatoire, parce qu’elle se verrait empêchée d’atteindre sa fin qui est Dieu. Cela est pour elle d’une telle importance qu’en comparaison le purgatoire est comme rien, quoique, comme il a été dit, le purgatoire est semblable à l’enfer. Mais c’est en comparaison qu’il est comme rien.

Nécessité du purgatoire

J’ajoute encore ceci que je vois. De la part de Dieu, le paradis est ouvert, y entre qui veut. C’est que Dieu est toute miséricorde, il reste tourné vers nous, les bras ouverts pour nous recevoir dans sa gloire.

Mais je vois d’autre part comment cette divine essence est d’une telle pureté et netteté, au-delà de tout ce qu’on pourrait imaginer, que l’âme qui aurait en soi une imperfection aussi légère qu’un fétu minuscule, se jetterait en mille enfers plutôt que de se trouver avec cette tache en présence de la majesté divine.

Aussi, voyant que le purgatoire a été fait pour lui enlever ces taches, elle s’y jette. Elle voit que c’est là une grande miséricorde pour elle que ce moyen d’enlever cet empêchement.

Comme le purgatoire est chose terrible

De quelle gravité est le purgatoire, ni la langue ne le peut expliquer, ni l’esprit le saisir. Je ne vois que ceci: que les tourments y égalent ceux de l’enfer. Néanmoins, je vois que l’âme qui découvre la moindre tache d’imperfection le reçoit, selon ce qui a été dit, comme un bienfait qui lui est accordé.

Dans un certain sens, elle le tient pour rien en comparaison de cette tache qui arrête son amour.
Je vois aussi que le tourment des âmes du purgatoire consiste bien davantage en ceci qu’elles voient en elles quelque chose qui déplaît à Dieu et qu’elles l’ont contracté volontairement en agissant contre une si grande bonté, plutôt que dans nul autre tourment qu’elles ressentent en purgatoire.

C’est qu’étant dans la grâce divine elles voient la réalité et l’importance de cet empêchement qui ne leur permet pas d’approcher de Dieu.

Tout ce qu’on vient de dire, qu’est-ce en comparaison des évidences qui me sont données dans mon esprit (pour autant que j’en ai pu concevoir dans cette vie) ?
Devant de telles extrémités, toute vue, toute parole, tout sentiment, toute imagination, toute justice, toute vérité, tout cela n’est pour moi que tromperies et choses de néant.
Je reste confuse, faute de pouvoir trouver des expressions plus fortes.

L’amour de Dieu qui attire les âmes saintes et l’empêchement qu’elles trouvent dans le péché sont les causes des tourments du purgatoire

Je vois entre Dieu et l’âme une incroyable conformité. Lorsqu’il la voit dans cette pureté où sa majesté l’a créée, il lui donne une certaine force d’attraction faite d’amour brûlant, capable de la réduire au néant, tout immortelle qu’elle soit.

Il la met dans un état de si parfaite transformation en lui son Dieu, qu’elle se voit n’être plus autre chose que Dieu. Il la tire continuellement à lui, il l’embrasse, il ne la laisse pas jusqu’à ce qu’il l’ait menée à cet être divin dont elle procède, c’est-à- dire à cette pureté dans laquelle il l’a créée.

L’âme se voit, par une vue intérieure, ainsi tirée par Dieu avec un tel feu d’amour. Alors, sous l’ardeur de cet amour embrasé de son doux Seigneur et Dieu qu’elle sent rejaillir en son esprit, elle se liquéfie tout entière.

A la lumière divine, elle voit comment Dieu ne cesse pas un instant de la tirer vers lui pour la conduire à son entière perfection. Il y met un soin extrême, une continuelle sollicitude; en tout cela Dieu n’agit que par un pur amour. Mais elle-même, par cet obstacle de péché qui subsiste en elle, se trouve empêchée de se livrer à ce divin attrait, c’est-à-dire à ce regard unitif que Dieu lui a donné pour qu’elle soit tirée à lui.

Elle voit aussi combien lui est douloureux ce retardement qui la retient de contempler la divine lumière. S’y ajoute l’instinct de l’âme impatiente d’être libérée de cet empêchement, attirée qu’elle est par ce regard unitif.

Je dis que tout cela et la vue qu’en ont les âmes, est ce qui engendre en elle la peine du purgatoire.

De cette peine, si grande qu’elle soit cependant elle ne tiennent pas compte. Elles s’occupent bien davantage de l’opposition qu’elles ont à la volonté de Dieu.

Elles le voient brûler pour elles d’un extrême et pur amour. Cet amour, avec son regard unitif, les tire à soi avec une puissance extrême et sans arrêt, comme s’il n’avait autre chose à faire.
C’est au point que si l’âme pouvait découvrir un autre purgatoire plus fort que celui où elle se trouve, elle s’y jetterait aussitôt pour se débarrasser plus vite de cet empêchement. Tant est violent l’amour de conformité entre Dieu et l’âme.

Comment Dieu purifie les âmes Exemple de l’or dans le creuset

De ce divin Amour, je vois jaillir vers l’âme certains rayons et flammes brûlantes, si pénétrants et si forts qu’ils sembleraient capables de réduire au néant non seulement le corps, mais l’âme elle- même s’il était possible.
Ces rayons opèrent de deux manières: l’une est de purifier, l’autre d’anéantir.

Vois l’or. A mesure que tu le fonds, à mesure il s’améliore. Tu pourrais le fondre au point de détruire en lui toute imperfection.

Tel est l’effet du feu dans les choses matérielles. Il y a cette différence que l’âme ne peut s’anéantir en Dieu, mais uniquement dans son être propre. Plus tu la purifies, plus aussi elle s’anéantit en elle-même et pour finir elle est toute purifiée en Dieu.

L’or, quand il est purifié à vingt-quatre carats ne se consume plus, quel que soit le feu par où tu le ferais passer. Ce qui peut être consumé en lui, ce n’est que sa propre imperfection.
Ainsi opère dans l’âme le feu divin. Dieu la maintient dans le feu jusqu’à ce que toute imperfection soit consumée. Il la conduit à la pureté totale de vingt-quatre carats, chaque âme cependant selon son degré. Quand elle est purifiée elle reste tout entière en Dieu, sans rien en elle qui lui soit propre, et son être est Dieu.

Une fois que Dieu a ramené à lui l’âme ainsi purifiée, alors celle-ci est mise hors d’état de souffrir encore, puisqu’il ne lui reste plus rien à consumer. Supposé que dans cet état de pureté on la tienne dans le feu, elle n’en sentirait nulle souffrance. Ce feu ne serait autre chose que celui du divin amour de la vie éternelle, sans rien de pénible.

Les âmes ont un désir ardent de se transformer en Dieu

Sagesse de Dieu qui leur tient cachées leurs imperfections

L’âme a été créée munie de toutes les bonnes dispositions dont elle est capable, pour la mettre à même d’atteindre sa perfection, à condition qu’elle vive comme Dieu l’ordonne sans se souiller d’aucune tache de péché.

Mais elle s’est contaminée par le péché originel qui lui fait perdre ses dons de grâce. Elle est morte, elle ne peut ressusciter sinon par Dieu. Quand elle renaît par le baptême, il lui reste l’inclination au mal; cette inclination la conduit, si elle n’ y résiste pas, au péché actuel, par quoi elle meurt de nouveau.

Une nouvelle fois, Dieu lui rend la vie. C’est une grâce toute particulière qu’il lui fait, car elle est salie et tournée vers elle-même. Pour la ramener à son premier état telle que Dieu l’a créée, elle a besoin de ces opérations divines, faute desquelles il lui serait à jamais impossible de se tourner de nouveau vers Dieu.

Quand l’âme se met en route pour retourner à son premier état, si grande est l’ardeur qui la presse de se transformer en Dieu que c’est là son purgatoire. Elle ne regarde pas ce purgatoire comme un purgatoire, mais cet instinct brûlant et entravé constitue son purgatoire.

Ce dernier acte d’amour accomplit son œuvre, sans que l’homme y ait part.
Il y a dans l’âme tant d’imperfections cachées qu’elle désespérerait s’il lui était donné de les voir. Ce dernier état les consume toutes.

Après qu’elles sont consumées, Dieu les découvre à l’âme pour qu’elle reconnaisse l’œuvre divine accomplie en elle par le feu d’amour. C’est lui qui a consumé en elle toutes ces imperfection qui doivent l’être.

Joie et douleur de l’âme du purgatoire

Sache ceci: la perfection que l’homme croit constater en lui n’est pour Dieu que défaut.

En effet, tout ce que l’homme accomplit sous couleur de perfection, toute connaissance, tout sentiment, tout vouloir tout souvenir, dès qu’il ne le fait pas remonter à Dieu, tout cela l’infecte et le souille.

Pour que ces actes soient parfaits, il est nécessaire qu’il soient faits en nous sans nous, sans que nous en soyons le premier agent, et que l’opération de Dieu soit faite en Dieu sans que l’homme en soit la cause principale.

Ces actes seuls sont parfaits, que Dieu accomplit et achève dans son amour pur et net, sans mérite de notre part. Ils pénètrent l’âme si profondément et l’embrasent à tel point que le corps où elle se trouve se sent brûler comme s’il était dans un grand brasier qui ne s’éteindra pas avant la mort.

Il est vrai, comme je le vois, que l’amour qui procède de Dieu et rejaillit dans l’âme cause en elle un contentement inexprimable; mais ce contentement n’enlève pas une étincelle de leur peine aux âmes du purgatoire.

Donc, cet amour qui se trouve entravé, c’est lui qui constitue leur souffrance. Cette souffrance est d’autant plus grande que plus grande est la capacité d’amour et de perfection que Dieu a donné à chacune.

Ainsi les âmes du purgatoire ont tout ensemble une joie extrême et une extrême souffrance sans que l’une soit un obstacle pour l’autre.

Les âmes du purgatoire sont hors d’état de pouvoir mériter encore

Comment leur volonté est disposée à l’égard des bonnes œuvres offertes ici-bas en suffrage pour elles

S’il était donné aux âmes du purgatoire de se purifier par la contrition, en un instant elles acquitteraient leur dette entière, tant serait brûlante l’impétuosité de leur contrition. Car elles voient clairement la gravité de cet empêchement qui les retient de s’unir à Dieu, leur fin et leur amour.

Tiens pour certain que dans ce paiement, elles ne sont quittes d’un seul denier, la justice de Dieu l’ayant ainsi déterminé. Ceci vaut du côté de Dieu.

Du côté de l’âme, elles n’ont plus aucun choix personnel, aucun regard sur elles-mêmes, sans vouloir considérer autre chose que la volonté de Dieu; elles sont ainsi établies.

Si quelqu’un en ce monde fait une aumône à leur intention et qu’ainsi la durée de leur peine soit diminuée, elles ne peuvent se retourner pour en prendre connaissance et s’y attacher. Elles abandonnent tout à l’exacte balance de la volonté divine, elles laissent Dieu tout régler à lui seul, qu’il se paie comme il plaît à sa bonté infinie.

S’il leur arrivait de penser à ces aumônes en dehors de la volonté divine, ce serait un retour sur elles-mêmes, elles perdraient de ce fait la vue de ce divin vouloir et cela serait pour elles un enfer.

C’est pourquoi ces âmes restent attachées à tout ce que Dieu accomplit en elles, que ce soit plaisir et contentement ou que ce soit souffrance. Elles ne peuvent plus se retourner sur elles-mêmes, transformées qu’elles sont totalement dans la volonté de Dieu et contentes de ce qu’il décide dans son infinie sainteté.

Ces âmes veulent être pleinement purifiées

Si une âme était présentée aux regards divins ayant encore quelque chose à purger, ce serait lui faire une grande injure, ce serait pour elle un tourment pire que dix purgatoires.

La raison en est que ce serait pour la pure bonté et la souveraine justice de Dieu une chose intolérable. De son côté, l’âme verrait qu’elle n’a pas encore pleinement satisfait à Dieu. Ne manquerait-il qu’un clin d’oeil de purification, ce serait pour elle aussi chose intolérable.

Pour enlever ce rien de rouille, elle irait dans mille enfers (supposé qu’il lui fût accordé de choisir) plutôt que de se trouver face à la présence divine sans être totalement purifiée.

Exhortations et reproches aux vivants

Éclairée sur toutes ces choses à la lumière divine, cette âme bénie disait:
Il me vient une envie de crier avec une telle force que sur la Terre tous les hommes en seraient épouvantés.Je leur dirais: malheureux, pourquoi vous laissez-vous aveugler à ce point par le monde? A cette nécessité si pressante où vous vous trouverez au moment de la mort, vous n’avez aucun souci de vous préparer!

Vous vous abritez tous sous l’espérance de la miséricorde divine. Elle est si grande, dites-vous. Mais vous ne voyez pas que cette bonté de Dieu tournera à votre condamnation puisque c’est contre la volonté d’un si bon maître que vous aurez agi.

[« je n’ai pas à m’en faire car Dieu est bon, il est miséricordieux, il me pardonnera tous mes péchés avant que je le lui demande » se transformera en: « comment ai-je pu tant haïr, tant commettre de péchés contre ce Jésus si incroyablement bon et doux, je suis épouvantablement coupable, je ne mérite aucun pardon, je préfère fuir la présence de cet agneau innocent que j’ai moi-même torturé et crucifié à mort par mes péchés », c’est maintenant qu’il faut lui dire: « je te (vous) demande pardon pour le mal que je (vous) t’ai fait, j’ai confiance en ta miséricorde, viens à mon secours, donne-moi la force de commencer une vie nouvelle dans ta grâce », ce n’est que par pur miracle que certains arrivent à changer de volonté et à vouloir, aux abords de la mort, fuir les péchés qu’ils chérissaient pendant leur vie.Les miracles existent mais ils ne sont pas la règle générale, ils sont l’exception.]

Sa bonté devrait au contraire vous forcer à faire sa volonté tout entière et non pas vous porter à la présomption de faire le mal.

Sa justice ne peut être frustrée, il faut de toute façon qu’elle soit pleinement satisfaite.

Ne t’encourage pas en te disant: je me confesserai, j’aurai ensuite l’indulgence plénière, je serai d’un seul coup purgé de tous mes péchés, et ainsi je serai sauvé.

Prends garde que la confession et la contrition, requises pour l’indulgence plénière, sont bien difficiles à réaliser. Si tu en avais conscience, tu tremblerais de terreur; tu serais plus assuré de ne l’avoir pas que de l’avoir.

Au purgatoire, les âmes souffrent volontiers et dans la joie

Au purgatoire, je vois les âmes souffrir avec la vue de deux opérations.

La première, c’est qu’elles souffrent de très bon cœur leurs peines. Elles se rendent compte que Dieu leur fait grande miséricorde, considérant le châtiment qu’elles ont mérité, sachant aussi à quel point il leur est nécessaire. Si la bonté divine n’avait tempéré sa justice par sa miséricorde (payant pour elles par le précieux sang de Jésus-Christ), un seul péché mériterait mille enfers éternels.

Aussi subissent-elles de si grand cœur leurs peines qu’elles ne voudraient en retirer un seul carrât. Elles savent que ces peines elles les ont méritées en toute justice et qu’elles sont parfaitement réglées. Par suite, elles ne se plaignent pas plus de Dieu (quant à la volonté) que si elles étaient dans la vie éternelle.

L’autre opération est un contentement qu’elles éprouvent à voir comment Dieu agit envers elles, avec quel amour et quelle miséricorde.

Ces deux vues, Dieu les imprime en elles instantanément. Puisqu’elles sont en état de grâce, elles saisissent et comprennent à la mesure de leur capacité. Elles en éprouvent une immense joie, qui ne leur manquera plus; au contraire, elle ira toujours croissant au fur et à mesure qu’elles s’approchent davantage de Dieu.

Ces âmes ne voient point cela en elles-mêmes ni par elles-mêmes ni comme quelque chose qui serait à elles, mais seulement en Dieu.

Elles s’occupent intensément de lui beaucoup plus que de leurs peines, elles tiennent celles-ci pour rien en comparaison de lui.

La moindre vues qu’on puisse avoir de Dieu surpasse toute peine et toute joie que l’homme puisse avoir mais sans leur enlever une étincelle ni de joie ni de peine.

La sainte conclut son exposé sur les âmes du purgatoire en leur attribuant ce qu’elle ressent dans son âme

Cette forme de purification que je vois appliquée aux âmes du purgatoire, je l’éprouve dans mon esprit, surtout depuis deux ans. De jour en jour je la ressens et la vois plus clairement.

Mon âme, à ce que je vois, est dans ce corps comme dans un purgatoire, mais à la mesure réduite que le corps peut supporter, pour éviter qu’il ne meure. Néanmoins cela s’aggrave peu à peu, jusqu’à ce qu’enfin mort s’ensuive.

Je vois l’esprit rendu étranger à toute chose, même d’ordre spirituel, où il pourrait trouver quelque aliment, comme serait joie, plaisir, consolation. Il est hors d’état de prendre goût à quelque chose que ce soit, temporelle ou spirituelle, ni par la volonté, ni par l’entendement, ni par la mémoire. Il m’est devenu impossible de dire: je prends plus plaisir à ceci qu’à cela.

Mon intérieur est assiégé. De toute chose qui portait rafraîchissement à sa vie spirituelle et corporelle il a été dépouillé petit à petit. Chaque fois qu’une de ces choses lui est enlevée il reconnaît qu’elle était de nature à lui donner aliment et réconfort. Aussitôt que l’esprit en prend conscience, il les prend en haine et en abomination et elles s’en vont sans aucun remède.

La raison en est que l’esprit porte en soi l’instinct de se débarrasser de toute chose qui puisse faire obstacle à sa perfection. Il s’y acharne au point qu’il irait presque jusqu’à se laisser mettre en enfer pour atteindre à son but.

Il va rejetant toute chose dont l’homme intérieur pourrait se nourrir, il l’investit de façon si subtile que ne peut passer le moindre fétu d’imperfection sans qu’il ne l’aperçoive et ne le prenne en horreur.

Quant à la partie extérieure, puisque l’esprit n’a plus de correspondance avec elle, elle aussi est assiégée étroitement; il lui devient impossible de se rafraîchir au gré de son instinct humain.

Il ne lui reste d’autre soutien que Dieu. C’est lui qui opère tout cela par amour et avec grande miséricorde pour satisfaire à sa justice.

Cette vue donne à l’esprit grande paix et contentement. Mais ce contentement ne diminue en rien la souffrance ni la compression qu’il subit. Jamais la souffrance ne pourrait devenir cruelle au point qu’il puisse désirer de se dégager de ce que Dieu dispose à son sujet. Il ne sort pas de sa prison, il ne cherche pas à en sortir, tant que Dieu n’aura pas accompli en lui tout ce qui est nécessaire. Ce qui me contente c’est que Dieu soit satisfait. Il n’y aurait pas pour moi de souffrance pire que de m’écarter des desseins de Dieu sur moi, tant j’y vois de justice et de miséricorde.

Tout ce qui vient d’être dit, je le vois, je le touche , mais je n’arrive pas à trouver d’expressions satisfaisantes pour le dire comme je voudrais. Ce que j’en ai dit, je le sens s’opérer en moi spirituellement et c’est pour cela que je l’ai dit.

La prison dans laquelle je me vois, c’est le monde; la chaîne, c’est le corps. L’âme illuminée par la grâce, c’est elle qui connaît l’importance d’être retenue ou retardée d’atteindre sa fin, par quelque empêchement que ce soit. Cela lui cause une peine extrême, car elle est d’une sensibilité aiguë.

De plus, cette âme reçoit de Dieu une certaine dignité qui la rend semblable à Dieu même. Il la fait une même chose avec lui en la rendant participante de sa bonté.

Et comme il est impossible qu’une peine quelconque atteigne Dieu, ainsi en advient-il des âmes qui s’approchent de lui. Plus elles s’approchent, plus aussi elles reçoivent de ce qui est propre à la divinité.

Par suite, le retardement qui atteint l’âme lui cause une souffrance intolérable. Cette souffrance et ce retard la rendent dissemblable de ces propriétés qu’elle avait de nature, et que la grâce lui montre; elle est empêchée d’y atteindre, alors qu’elle y est apte, et cela lui cause une souffrance très grande, à la mesure de l’estime qu’elle a de Dieu.

Mieux elle le connaît, plus elle l’estime; plus elle est dégagée du péché, mieux elle le connaît. A mesure aussi, l’empêchement lui devient plus terrible d’autant plus que l’âme est toute recueillie en Dieu et rien ne l’empêche de le connaître sans aucune erreur.

L’homme qui est prêt à se laisser tuer plutôt que d’offenser Dieu ressent la mort et en éprouve toute la peine. Mais dans le zèle que lui donne la lumière divine, il place l’honneur de Dieu au-dessus de la mort.

Ainsi l’âme qui connaît les desseins de Dieu en fait plus de cas que de toute torture intérieure ou extérieure, si grande qu’elle soit. C’est que Dieu qui opère en elle ces choses dépasse tout ce qu’on peut en ressentir ou imaginer.

L’occupation, pour faible qu’elle soit, que Dieu donne de lui-même à une âme l’absorbe en lui au point qu’elle ne peut tenir compte de rien d’autre. Par suite elle perd tout retour sur soi, elle ne voit plus rien en elle-même, ni dommage ni peine, elle n’en parle pas, elle n’en sait plus rien. Un instant seulement elle en a connaissance, comme il a été dit, au moment qu’elle sort de cette vie.

Finalement, tirons cette conclusion: Dieu fait perdre à l’homme tout ce qui est de l’homme, et le purgatoire le purifie.

L’intercession et la Communion des saints

Par son sacrifice, Jésus a ouvert les portes des Limbes aux justes qui, sans cela, n’auraiten pu entrer en Paradis.

À sa suite, et à son imitation, des âmes victimes se sont offertes pour hâter la délivrance des âmes du purgatoire.

Saint Claude La Colombière (1641-1682), qui seconda Marguerite-Marie Alacoque dans la diffusion du culte du Sacré-Cœur, insista, dans le don de lui-même, sur l’offrande réparatrice et sur la miséricorde envers les âmes du Purgatoire.

Sainte Thérèse de Lisieux (1873-1897) mentionne cette intention dès les premiers mots de son «offrande comme Victime d’Holocauste à l’Amour Miséricordieux du Bon Dieu».

Ô mon Dieu ! Trinité Bienheureuse, je désire vous Aimer et vous faire Aimer, travailler à la glorification de la Sainte Eglise en sauvant les âmes qui sont sur la terre et (en) délivrant celles qui souffrent dans le purgatoire.

C’était de même au cœur de l’offrande victimale du Padre Pio (1887-1968) :

J'en viens à vous demander une permission, dit-il à son Provincial, celle de m'offrir au Seigneur comme victime pour les pauvres pécheurs et les âmes du purgatoire. Ce désir s'est développé de plus en plus dans mon cœur, au point qu'il est devenu, dirai-je, une forte passion. Il est vrai que cette offrande, je l'ai faite plusieurs fois au Seigneur, le conjurant de bien vouloir déverser sur moi les châtiments qui sont préparés pour les pécheurs et les âmes du purgatoire, même en les multipliant, pourvu qu'il convertisse et qu'il sauve les pécheurs et qu'il admette bien vite au Paradis les âmes du purgatoire. Mais maintenant je voudrais la faire, cette offrande, avec votre permission…

Fortunata Evolo (1924-2009) dite Natuzza, consacra l’essentiel de son témoignage au Paradis, à l’enfer et au Purgatoire. Pour elle ce dernier est une création de la Miséricorde de Dieu en ce qu’il permet d’éviter l’enfer aux âmes pécheresses. Elle bénéficiait de messages de défunts à l’intention de leur proche, comme le rapporte la parabole de Lazare et du mauvais riche dans l’Évangile (Cf. Luc 16, 19-31). Cela la rendit suspecte un moment.

Ce charisme de Natuzza est à rapprocher d’un message de la Vierge Marie à Medjugorje :

Il arrive que Dieu permette (aux âmes du Purgatoire) de se manifester de diverses manières auprès des leurs sur la terre pour rappeler aux hommes l’existence du Purgatoire et solliciter leurs prières auprès de Dieu qui est juste et bon.
 La plupart des hommes vont au Purgatoire, beaucoup vont en Enfer ; un petit nombre va directement au Ciel.

Natuzza priait et souffrait pour les âmes du purgatoire avec cette joie paradoxale que l’on retrouve chez les âmes victimes. Une joie qui ne se comprend que dans leur union à l’Amour souffrant du Christ Rédempteur.

La prière est une relation personnelle à Dieu. Elle est aussi intercession pour les autres. Non seulement ceux qui cheminent sur terre «dans cette vallée de larmes» dit le Salve Regina, mais aussi ceux qui sont au Purgatoire, comme nous recevons nous-mêmes des secours par l’intercession de la communion des saints.

Purgatoire – Explications

Dans deux dictées successives, Jésus précise à Maria Valtorta en quoi consistent les flammes du Purgatoire :

Je te l’explique mais à l’intention de tous, dans une forme qui va choquer beaucoup de personnes qui se croient les dépositaires de la connaissance de l’au-delà et qui ne le sont pas. Les âmes plongées dans ces flammes ne souffrent que pour l’amour. Elles ne sont pas indignes de posséder la Lumière, mais pas tout à fait dignes d’entrer tout de suite au Royaume de la Lumière. Au moment où ils se présentent devant Dieu, ces esprits sont investis de la Lumière. C’est une brève béatitude anticipée qui les assure de leur salut. Elle leur donne la connaissance de ce que sera leur éternité et la pleine conscience de ce qu’ils ont fait à l’âme, la frustrant d’années de bienheureuse possession de Dieu. Plongés ensuite dans le lieu de purification, ils sont assaillis par les flammes expiatrices. Ceux qui parlent du Purgatoire disent la vérité en ceci. Mais ils se trompent en voulant appliquer divers noms à ces flammes. Elles sont un incendie d’Amour. Elles purifient en enflammant les âmes d’amour. Elles donnent l’Amour car, lorsque l’âme est parvenue, par elles, à cet amour auquel elle n’était pas parvenue sur terre, elle en est délivrée et se joint à l’Amour au Ciel.

Puis, quelques jours plus tard :

Voilà le tourment. L’âme se souvient de la vision de Dieu qu’elle a eue dans son jugement particulier. Elle emporte avec elle ce souvenir et, puisque le fait d’avoir entrevu Dieu est une joie qui dépasse toute chose créée, l’âme a hâte d’éprouver cette joie de nouveau. Ce souvenir de Dieu et ce rayon de lumière, qui l’a investie lorsqu’elle a comparu devant Dieu, font en sorte que l’âme ‘voit’ la véritable nature de ses manquements. Cette clairvoyance alliée à la pensée qu’à cause de ces manquements, elle s’est volontairement interdit la possession du Ciel pendant des années ou des siècles, constitue sa peine purificatrice.

Les âmes du purgatoire ne voient donc pas encore Dieu, mais l’aiment déjà comme au ciel. « Elles ont déjà les élans d’amour des bienheureux ».

Beaucoup d’entre nous sommes destinés « à faire un arrêt dans cette demeure » rappelle Jésus dans Maria Valtorta. La durée de cet arrêt se mesure en année et en siècle selon la gravité des manquements qui le motivent.

Selon la Gospa à Medjugorje, un temps de purification sur terre, équivaut à mille temps au Purgatoire. Ce que confirme Jésus dans Maria Valtorta :

Il est juste que vous désiriez pendant mille et mille heures d’expiation d’amour ce que mille et mille fois vous avez manqué de désirer sur terre : Dieu, but suprême des intelligences créées. À chaque fois que vous avez tourné le dos à l’amour, correspondent des années et des siècles de nostalgie amoureuse. Des années ou des siècles selon la gravité de votre faute.

La tiédeur sur terre ne permet donc pas d’échapper à la souffrance, même si, au Purgatoire, les souffrances n’ont rien à voir avec celles de l’Enfer qu’anime la haine.

Sainte Françoise Romaine (1384-1440), dans ses visions du Purgatoire, décrit ce lieu avec sept niveaux dont le dernier est proche de l’enfer et le premier du Ciel. L’âme y est tourmentée.

L’Église cependant s’attarde moins au descriptif du Purgatoire qu’aux suffrages ou prières que les fidèles peuvent et doivent aux âmes du Purgatoire.

Jésus confirme à Maria Valtorta : une messe peut délivrer des âmes du purgatoire et leur sert toujours à abréger, ou adoucir, leur purification. Le devoir et la puissance de prière des vivants sont si importants que Jésus lui demande de souffrir un jour pour elles : le vendredi en souvenir du Vendredi-Saint où Jésus vint ouvrir la porte des Limbes aux justes.

Source

La Divine Volonté

Alors que la volonté humaine est toute misérable, la Volonté divine est toute spirituelle et tout amour. Elle est la vie pure et parfaite de la Très Sainte Trinité, son principe vital. Elle est partout, inclut tout et produit tout de Dieu. Elle anime ses attributs, ses perfections, ses bienfaits. Elle a le pouvoir de rendre infini tout ce qui pénètre en elle.

Selon les enseignements de Notre Seigneur à Luisa Piccarreta, en voici sommairement les principales caractéristiques:

  1. Le don de la divine Volonté est le don d’unité parfaite, une substitution divine qui produit une humanité complète de Jésus dans l’âme. «Ce jour-là, vous reconnaîtrez que Je suis en mon Père et vous en Moi et Moi en vous.» (Jn 14,20)
  2. Le don est accessible à tous par notre oui qui se traduit par un échange de la volonté humaine avec la Volonté divine, ne voulant rien faire de soi-même.
  3. L’acquisition de la version divine de notre être: il établit l’ordre divin en nous qui recevons une capacité infiniment plus grande de faire le bien et de rendre une gloire parfaite au Père (fusion de volontés).
  4. Un parfait accord et une communauté de biens avec Dieu qui partage ses qualités.
  5. De spectateur, le Seigneur devient l’acteur de notre agir: toutes les choses accomplies avec Jésus dans sa divine Volonté deviennent les siennes, avec les mêmes qualités.
  6. Quitter le mode humain pour adopter le mode divin, les actes humains deviennent divins, car c’est lui qui opère en nous et qui nous redonne cette première capacité de l’origine.
  7. Devenir porteurs de son agir, de sa vertu créatrice dans le mode éternel d’opération de Dieu; être une courroie, un canal de transmission de la puissance du grand Roi:
  8. Tout acte dans la divine Volonté a primauté sur tout, il est universel et éternel.

Accueillir ma version divine en lui en me revêtant de ses qualités.

Avec l’avènement de l’Ere Nouvelle du Fiat de la sanctification inauguré par Dieu avec Luisa Piccarreta, faisant de nous des êtres d’amour et des fils de lumière soutenus par l’Esprit Saint et œuvrant avec la force, le pouvoir et la vigueur du ressuscité (Ep. 1, 17-23)

Puissance de réparation, de consolation et la glorification de la Sainte Trinité; Puissance pour le salut des âmes; Puissance pour atténuer les calamités et accélérer son retour sur terre pour son Règne que Dieu donne à son Église.

C’est par l’abandon total à la divine Volonté, avec la répétition, que la croissance dans cette Vie nouvelle s’effectue de façon progressive.

Au début du cheminement, le don de la divine Volonté est expérimenté sous forme de prêt, de façon intermittente, selon la fréquence de nos appels à la divine Volonté de venir agir en nous. Plus on le fera par répétition, plus tôt on en obtiendra le don permanent.

Source

Le Ciel à l’origine

À l’origine, tout n’était qu’ordre dans la création. Mais l’ordre n’exclut pas la liberté : Dieu n’a rien créé qui soit esclave. Au contraire, la liberté parfaite se trouve dans l’ordre car il exclut les contraintes nées de la peur de l’intrusion, de la crainte de l’agression, de la lutte contre des volontés contraires destructrices.

Tel était l’univers tout entier avant que Lucifer n’abuse de sa liberté pour susciter en lui-même le désordre des passions – et cela, par sa propre volonté.

Son nom primitif, Lucifer, veut dire « le porteur de Lumière ». En d’autres termes, le porte-drapeau de la Lumière, c’est-à-dire Dieu, puisque Dieu est Lumière. C’était un ange, le plus beau des anges. Son esprit parfait n’était inférieur qu’à Dieu. De tout ce qui existe, il était le second en beauté, le miroir pur qui reflétait l’insoutenable Beauté de Dieu. Il aurait eu comme mission auprès des hommes d’être l’exécuteur de la volonté de Dieu, le messager des décrets de bonté que le Créateur aurait transmis à ses enfants bienheureux sans péché, pour les amener toujours plus haut à sa ressemblance. Le porteur de la lumière aurait parlé aux hommes par le biais des rayons de cette lumière divine qu’il apportait, et comme ceux-ci étaient sans faute, les hommes auraient compris ces éclairs de paroles harmonieuses, pleines d’amour et de joie.

Achevée sans effort, parce que réalisée de façon ordonnée, la création aurait continué sans efforts de la part des créatures si le désordre n’était pas venu briser l’harmonie du Ciel avec la rébellion de Lucifer, et celle de l’Eden avec la rébellion de l’Homme-Adam.

Le péché de Lucifer qui devient Satan
La chute de Lucifer – Satan

Lucifer, le « porteur de lumière », s’est cru Lumière lui-même. Mais « porter la lumière » est bien autre chose que « d’être la Lumière ». La Lumière devant qui se prosterne toute la Création, est le Fils de Dieu, le Verbe du Père, celui « par qui tout a été fait ». La seconde personne de la Trinité « est la perfection des Trois résumée en une seule Personne. Une perfection infinie devant laquelle se prosternent les armées célestes ». Il n’a rien d’égal ni de commun avec la créature angélique qu’était Lucifer à l’origine.

L’archange Lucifer aimait incomplètement. L’orgueil de soi prenait de la place en lui, une place dans laquelle l’amour ne pouvait exister. Il se voyait en Dieu, il se voyait en lui-même, il se voyait dans ses compagnons — puisque Dieu l’enveloppait de sa lumière et faisait sa joie de la splendeur de son archange —, comme, en outre, les anges le vénéraient comme le plus parfait miroir de Dieu, il s’admira. Présent aux côtés de Dieu dès les premiers actes de la Création, il ambitionna que la Création dise de lui ce qui est dit du Verbe Incarné dans le prologue de Jean : « Tout a été fait par lui ». Dès cet instant l’archange devient sacrilège, assassin et prédateur.

Il ne devait admirer que Dieu, mais il s’admira lui-même. En chaque créature, toutes les forces bonnes et mauvaises sont présentes et elles s’agitent jusqu’à ce qu’un côté l’emporte pour produire du bien ou du mal. Lucifer attira à lui l’orgueil.

C’est par cette brèche de l’orgueil que sa dépravation destructrice pénétra. À cause d’elle, il ne put comprendre ni accepter le Christ-Amour; synthèse de l’Amour infini, unique et trine. Le fait que, de nos jours, se répande l’hérésie qui nie l’humanité divine de la seconde Personne pour faire de lui un simple homme bon et sage, s’explique facilement grâce à cette clé : le manque d’amour dans le cœur humain et son incapacité à aimer.

Puisqu’il connaissait les merveilles futures de Dieu, Lucifer voulut prendre la place de Dieu. Son esprit troublé lui faisait déjà se voir le chef des futurs hommes, adoré comme la puissance suprême. Il pensait: « Je sais le secret de Dieu. Je connais les paroles. Son dessein m’est connu. Je peux tout ce qu’il veut, lui. Comme j’ai présidé aux premières opérations de la création, je peux réussir. Je suis. » Cette parole que Dieu seul peut dire fut le cri qui signa la ruine de l’orgueilleux. Et il devint Satan.

Lui qui fut créé pour porter la lumière et les messages de Dieu a choisi librement et volontairement d’être infidèle au Seigneur son Créateur et à sa Grâce. Ce fut ce délire d’orgueil, cette présomption de se croire Dieu à la place du Fils de Dieu et donc non tenu à l’obéissance et à l’adoration, qui foudroya le révolté. S’il avait été tout amour, il n’y aurait pas eu place en lui pour autre chose que l’amour. Mais il y eut place pour l’orgueil, auquel on pourrait donner ce nom: le désordre de l’intelligence.

De même que Dieu avait voulu que l’archange se tienne à ses côtés dès les premiers actes de la création et qu’il en connaisse le destin d’amour, de même, il voulut qu’il sache la nécessité que son péché imposerait à Dieu : l’Incarnation et la Mort d’un Dieu pour contrebalancer le péché que Lucifer créerait s’il ne surmontait pas son orgueil. Il lui en montra la vision. Le premier anéantissement de Dieu se trouve dans cet acte de conviction douce et suppliante, envers l’orgueilleux.

C’était un acte d’amour. Mais Lucifer était déjà satanisé. Au lieu de l’amour, il ne vit que de la peur, de la faiblesse, un affront et une menace. Il engagea donc les hostilités contre Dieu en disant : « Tu es ? Moi aussi, je suis. Ce que tu as fait, c’est pour moi. Il n’y a pas de Dieu. Et s’il y a en a un, c’est moi. Je m’adore. Je t’abhorre. Je me refuse à reconnaître pour Seigneur celui qui ne sait pas me vaincre. Il ne fallait pas me créer si parfait, si tu ne voulais pas que je me pose en rival. Maintenant je suis, et je m’oppose à toi. Triomphe de moi, si tu le peux. Mais je ne te crains pas. Moi aussi, je vais créer et ta création tremblera à cause de moi. Je te hais et je veux détruire ce qui est tien pour créer sur ses ruines ce qui sera mien. Je ne connais et ne reconnais aucune autre puissance que moi. Désormais, je n’adore plus que moi-même ».

La naissance du Mal, de la Haine et de l’Enfer

La Création tout entière, fut alors prise d’une convulsion horrifiée devant l’infamie de ces paroles sacrilèges, une convulsion comme il n’y en aura pas de semblable à la fin de la Création. Il en naquit l’enfer : le règne de la Haine.

Lucifer fit de son orgueil une arme de séduction : Il séduisit ses compagnons les moins attentifs. Il les détourna de la contemplation de Dieu comme Beauté suprême.

Cette révolte tua, en lui et en ses partisans, la charité, l’ordre et l’harmonie.

C’est de l’incubation de l’orgueil qu’est né le Mal. Le Mal est une force qui est née toute seule comme certaines maladies monstrueuses dans le corps le plus sain.

L’Enfer, le lieu d’éternels et inconcevables tourments dans lequel se précipitent ceux qui vivent dans la haine du Seigneur et de sa Loi, cet Enfer a été créé à cause de lui, l’Archange rebelle.

Avec ses partisans, Lucifer a été foudroyé par Dieu, et terrassé par les anges fidèles. Foudroyé, car dépouillé désormais de la puissance de son état de grâce, et « précipité au fond de l’abîme » où son terrible feu de haine, sa lumière et sa flamme désormais horribles, si différentes de la flamme de grâce et d’amour reçues lors de sa création, ont allumé un feu éternel qui est d’une atrocité inimaginable.

Quand le péché de Lucifer bouleversa de façon irrémédiable l’ordre du paradis une grande horreur frappa tous les anges. La pleine charité qui, auparavant, était seule à exister, venait de tomber dans un gouffre dont s’exhalaient des puanteurs d’enfer.

L’absolue charité des anges était détruite, et la Haine était apparue. Effrayés, les anges fidèles pleurèrent pour la douleur de Dieu et son courroux. Ils pleurèrent sur la paix outragée du paradis, sur l’ordre violé et sur la fragilité des esprits. Ils ne se sentaient plus certains d’être irréprochables de fait de leur pur esprit : l’orgueil était latent et pouvait se développer.

Satan contamine la Terre

Le Mal existait donc avant que l’homme ne fût créé. Dieu avait précipité hors du paradis l’Incubateur maudit. Mais ne pouvant plus contaminer le paradis, il a contaminé la terre.

C’est par lui en effet que tout le mal est venu….

Au fond du gouffre où il était tombé, laid pour l’éternité, Lucifer, devenu Satan, était assoiffé de vengeance. Son premier acte de vengeance toucha Adam et Eve. Sa dent empoisonnée mit le signe de sa bestialité dans la perfection de la création, lui communiquant son propre appétit de luxure, de vengeance, d’orgueil.

En repoussant les séductions de Satan, nos premiers ancêtres auraient imité les bons anges vainement tentés par Lucifer lors de sa rébellion, et ils auraient obtenu un accroissement de grâce.

Les impulsions et les instincts de la nature humaine étaient des éléments ordonnés et bons à leur origine. Ils étaient agencés selon une harmonie réciproque, bien adaptée au but final pour lequel l’homme avait été créé. Leur désordre fut la création de Lucifer, le rebelle.

Le péché contre l’amour, c’est-à-dire l’orgueil de l’intellect et du cœur, à partir duquel l’homme-Adam innocent est devenu coupable, le péché terrible du moi qui veut « devenir semblable à Dieu » (Genèse 3, 5) ce péché a été créé par Lucifer qui, plus tard, séduisit l’homme au même péché, en le rendant semblable à lui dans sa rébellion contre le Seigneur.

Depuis des siècles et des siècles, l’homme lutte contre le venin infernal et Satan perpétue une interminable série de crimes de vengeance. Personne n’échappe au désordre provoqué par Lucifer et nos premiers parents. Le Christ, lui aussi, a dû les affronter.

Le péché de Lucifer, d’Adam et, plus tard, de Judas de Kériot est d’avoir voulu tout parce qu’ils avaient reçu beaucoup. Ils se sont crus des « dieux » du fait que Dieu les avait élus, sûrs de pouvoir se sauver sans aucun mérite que l’amour accordé par Dieu. Ils se sont rendus coupables ainsi d’un péché extrêmement grave. Car si la Bonté de Dieu est parfaite et infinie, elle n’est ni sottise ni injustice.

Dieu évite à Adam de se damner pour l’éternité

Mais Dieu a voulu éviter à Adam le risque de répéter le péché de Lucifer, devenu Satan pour avoir refusé d’adorer l’Amour fait chair. Si Dieu eût proposé le futur Christ à Adam, Adam aurait peut être refusé lui aussi d’adorer le futur Christ, vraie Synthèse de l’Amour trinitaire.

Trop souvent, l’homme maudit stérilement le premier péché, il blasphème contre Dieu en l’accusant d’être un imprudent Seigneur qui a soumis l’homme à une tentation plus forte que lui. Mais que serait-il advenu si l’homme, au lieu de céder à la tentation qui l’induisait à croire qu’en mangeant le fruit défendu il serait devenu semblable à Dieu, en était arrivé, sans aucun tentateur, à se croire lui-même dieu parce que sans péché, parce que sans douleur, parce que sans mort ?

Il n’y aurait alors pas eu de rédemption parce que l’homme aurait été un nouveau Lucifer. Cela aurait même été une légion sans nombre de démons car, avec le cours des siècles, l’humanité se serait augmentée par toutes les procréations ; ce ne serait alors pas seulement un homme et une femme, mais tous, qui auraient péché par cette hérésie sacrilège et la race humaine aurait péri tout entière dans un châtiment infernal.

Lucifer a prétendu orgueilleusement racheter lui-même l’homme, jugeant que sa ressemblance avec Dieu était non pas une participation de nature, mais substantielle, le rendant donc l’égal de Dieu en savoir, puissance et beauté. Il a ainsi offensé gravement l’Esprit Saint, dispensateur des lumières, des vérités et de la sagesse qui se trouvent en Dieu. Or les péchés contre l’Esprit Saint, qui ont été commis par Lucifer et par ses compagnons rebelles, comme ils sont encore commis par beaucoup d’hommes, ces péchés ne sont pas pardonnés.

La lutte de Satan contre le Christ jusqu’à la fin des temps

Depuis sa déchéance, Satan veut avoir son propre peuple pour l’opposer au Peuple de Dieu. Il poursuit ce but sans répit, par haine envers Dieu, et par haine des créatures que Dieu aime comme un Père. Or l’intelligence que Lucifer avait avant d’être foudroyé — une intelligence très aiguë, telle qui convenait au prince des populations angéliques —ainsi que ses pouvoirs, il les a conservés même après le foudroiement divin. Il s’en sert maintenant pour atteindre ses objectifs. Il espionne chaque action de l’homme, il écoute chacune de ses paroles. De chaque parole prononcée et de chaque action accomplie il tire son profit. Il se sert de la constitution physique de l’individu, de ses maladies, de ses mésaventures, de ses études, de ses affections, de ses occupations, et de tout ce qu’il trouve apte à être ensemencé, pour y semer sa zizanie. Il suscite des phénomènes aptes à nous séduire et à nous faire tromper.

Source