La cité mystique de Dieu – Chapitre VIII

Où le discours du chapitre précédent est continué par l’application du chapitre douzième de l’Apocalypse.

94. La lettre de ce chapitre de l’Apocalypse dit: «Un grand signe apparut au ciel: une femme qui était revêtue du soleil, et qui avait la lune sous ses pieds, et sur son chef une couronne de douze étoiles. Et étant enceinte elle criait en travail d’enfant, et souffrait des tourments pour enfanter. Il fut aussi vu un antre signe au ciel: et voici un grand dragon roux, ayant sept tètes et dix cornes, et sur a ses tètes sept diadèmes. Et sa queue tramait la troisième partie des étoiles du ciel, et les jeta en terre; et le dragon s’arrêta devant la femme qui allait a enfanter; afin qu’ayant enfanté, il dévorât son fils. Or elle enfanta un fils qui devait gouverner toutes les nations avec une verge de fer, et son enfant fut a ravi à Dieu et à son trône. Et la femme s’enfuit en a un désert, où Dieu lui avait préparé un lien pour y a être nourrie l’espace de mille deux cent soixante a jours. Il se donna une grande bataille dans le ciel; Michel et ses anges combattaient contre le dragon, e et le dragon combattait, et ses anges. Mais ils ne furent pas les plus forts, et on ne trouva plus leurs places dans le ciel. Et ce grand dragon, ce serpent a ancien appelé diable et Satan, qui séduit tout le monde, fut précipité, et il fut jeté en terre, et ses anges le furent avec lui. Alors j’entendis une grande voix dans le ciel, qui dit: Maintenant le salut et la force, et le règne de notre Dieu et la puissance de a son Christ sont assurés: car l’accusateur de nos a frères, qui les accusait devant la face de notre Dieu jour et nuit, est rejeté. Mais ils l’ont vaincu par le a sang de l’Agneau, et par le témoignage qu’ils ont rendu, sans que l’amour de la vie les ait empêchés de la sacrifier. C’est pourquoi, ô cieux, réjouissez-vous, et voua qui les habitez. Malheur à vous; terre et mer, parce que le diable est descendu vers vous dans une grande colère, sachant qu’il ne lui reste que peu de temps! Quand donc le dragon eut vu qu’il était rejeté en terre, il persécuta la femme qui a avait enfanté le fils. Mais deux ailes d’un grand a aigle furent données à la femme, afin qu’elle s’envolât dans le désert en son lieu, où elle est nourrie pendant un temps, des temps, et la moitié d’un temps, hors de la présence du serpent. Alors le sera pont jeta de sa gueule après la femme comme un a fleuve d’eau, afin qu’elle fût emportée par le courant. Mais la terre aida à la femme, et la terre ouvrit son sein, et engloutit le fleuve que le dragon avait jeté de sa gueule. Ce qui anima le dragon contre femme, et il sen alla faire la guerre aux autres de sa génération qui gardent les commandements de Dieu, et qui ont le témoignage de Jésus-Christ. Et a il s’arrêta sur le sable de la mer .»

95. C’est jusqu’ici la lettre de l’évangéliste; et il parle du passé, parce qu’alors on lui montrait la vision de ce qui était déjà arrivé; il dit qu’un grand signe apparut au ciel: une femme qui était revécue du soleil, et qui avait la lune sous ses pieds; et qu’une couronne de douze étoiles couronnait sa tête . Ce signe apparut véritablement au ciel par la volonté de Dieu, qui le manifesta aux bons et aux mauvais anges, afin qu’ils déterminassent leurs volontés par cette vue à obéir à ce qu’il lui plairait de leur ordonner. Ainsi ils le virent avant que les bons se déterminassent au bien, et les mauvais au péché. Et ce fut comme un signe qui signifiait combien Dieu se devait rendre admirable en la formation de la nature humaine. Et quoiqu’il en eût donné connaissance aux anges en leur révélant le mystère de l’union hypostatique, il la leur voulut néanmoins manifester par des façons différentes dans une pure créature, la plus parfaite et la plus sainte qu’il devait créer après notre Seigneur Jésus-Christ. Elle fut aussi comme un signe qui devait assurer les bons anges que, bien que Dieu fût offensé par la désobéissance des mauvais, il ne laisserait pas pour cela d’exécuter le décret qu’il avait formé de créer les hommes: parce que le verbe humanisé et cette femme qui devait être sa Mère lui donneraient infiniment plus de satisfaction que les anges désobéissants ne pourraient l’offenser et lui déplaire. Elle fut aussi comme un arc-en-ciel (dont la figure s’imprimerait aux nues après le déluge), afin qu’il assurât que si les hommes péchaient comme les anges et étaient désobéissants, ils ne seraient pas châtiés sans pardon comme eux, mais qu’il leur donnerait par le moyen de ce merveilleux signe un remède salutaire. Et ce fut comme s’il leur disait: Je ne châtierai pas de la sorte les hommes que je dois créer, parce que la nature humaine produira cette femme, en laquelle mon Fils unique prendra chair pour rétablir mon amitié, apaiser ma justice, et ouvrir le chemin de la félicité, que le péché fermera.

96. En témoignage: de cette vérité, après que les anges rebelles furent châtiés à la vue de ce signe, le Très-Haut se montra aux bons anges, s’étant apaisé du courroux auquel l’orgueil de Lucifer l’avait provoqué. Et, suivant notre façon de parler, il se récréait de la présence de la Reine du ciel, qui était représentée en cette figure; faisant entendre aux anges bienheureux qu’il donnerait aux hommes, par le moyen de Jésus-Christ et de sa Mère, la grâce et les avantages que les anges apostats avaient perdus par leur rébellion. Ce grand signe produisit aussi un autre effet aux bons anges: car étant, selon notre manière de concevoir, comme affligés, contristés et quasi troublés par la dispute et la contestation qu’ils avaient eue avec Lucifer, le Très-Haut voulut qu’ils se réjouissent à la vue de ce signe, et qu’ils reçussent avec la gloire essentielle cette joie accidentelle, que la victoire qu’ils venaient de remporter contre Lucifer leur méritait aussi, et qu’en voyant cette marque de clémence, qui leur était montrée en signe de paix, ils connussent que la loi du châtiment ne s’étendait point sur eux , puisqu’ils avaient obéi à la divine volonté et à ses préceptes. Les anges confirmés découvrirent aussi en cette vision plusieurs mystères et plusieurs secrets de l’incarnation, de l’Église militante et de ses membres; qu’ils devaient assister et aider le genre humain, défendant tous les hommes contre leurs ennemis, et les dirigeant à la félicité éternelle: qu’eux-mêmes la recevaient par les mérites du Verbe humanisé; et que sa Majesté les avait préservés en vertu du même Jésus-Christ, prévu dans son entendement divin.

97. Et comme de tout ceci résulta une grande joie aux bons anges, il en résulta aussi un grand tourment aux mauvais, cela étant comme le principe et en partie la cause de leur punition; car ils connurent incontinent après ce dont ils n’avaient pas fait leur profit, que cette femme les vaincrait et leur écraserait la tète. L’évangéliste fit mention en ce chapitre de tous ces mystères et de plusieurs autres qui sont particulièrement compris dans ce grand signe, et qu’il ne m’est pas possible d’exprimer, bien qu’il les raconte sous un voile obscur et énigmatique jusqu à ce que le temps arrivât de les découvrir.

98. Le soleil dont il est dit que la femme était revêtue, est le véritable Soleil de justice, afin que les anges connussent la volonté efficace du Très-Haut, qui était déterminé à résider toujours par la grâce en cette femme, à la favoriser et la défendre par son bras tout-puissant et par sa protection singulière. Elle avait sous ses pieds la lune, parce qu’on la division que ces deux planètes font du jour et de la nuit, elle devait fouler aux pieds la nuit du péché, signifiée par la lune, et être éternellement revêtue du jour de la grâce, marqué par le soleil. Et aussi, parce que les déclins de la grâce, auxquels tous les mortels sont sujets, devaient être sous ses pieds, elle annonce que tous les hommes et les anges pourraient être soumis à ces vicissitudes, mais qu’elle seule devait être libre de la nuit, et des déclinaisons de Lucifer et d’Adam; qu’elle les dominerait toujours sans en pouvoir être surmontée. Et le Seigneur lui met sous les pieds, en présence de tous les anges, toutes les forces du péché, soit originel, soit actuel, comme des trophées de ses victoires, afin que les bons la reconnaissent, et les mauvais (bien qu’ils ne pénétrassent pas tous les mystères de cette vision) redoutent cette femme, même avant qu’elle reçoive l’être.

99. La couronne de douze étoiles nous représente fort clairement par leur éclat les vertus qui doivent couronner cette Reine du ciel et de la terre: mais le mystère de douze fut pour les douze tribus d’Israël, où tous les élus et les prédestinés se réduisent, comme l’évangéliste le marque au chapitre VII de l’Apocalypse. Et parce que tous les dons, toutes les grâces et les vertus de tous les élus devaient couronner leur Reine su degré le plus sublime et le plus. éminent, la couronne des douze étoiles lui est mise sur la tête.

100. Elle était enceinte , afin qu’il fût manifesté en présence de tous les anges, pour la joie des bons et pour le châtiment des mauvais, qui résistaient à la divine volonté et à ces mystères, que toute la très-sainte Trinité avait élu cette merveilleuse femme pour Mère du Fils unique du Père. Et comme cette dignité de Mère du Verbe était la plus grande, le principe et le fondement de toutes les excellences de cette grande princesse et de ce signe, c’est pour cela qu’on la propose aux anges, comme le dépôt de toute la très-sainte Trinité en la divinité et en la personne du Verbe incarné; puisque, par l’inséparable union et l’inexistence des personnes par l’indivisible unité, toutes les trois personnes ne peuvent pas manquer d’être où chacune se trouve, bien que la seule personne du Verbe ait été celle qui a pris chair humaine, et qu’elle ne fût enceinte que de lui seul.

101. Et étant enceinte elle criait ; car, quoique la dignité de cette Reine et ce mystère dussent être occultes dans leur principe, afin que Dieu naquit pauvre, humble et caché; cet enfantement néanmoins éclata après si fort, et sa voix fut si véhémente, qu’au premier écho le roi Hérode en fut tout troublé et hors de lui-même, et les Mages furent obligés d’abandonner leurs maisons et leurs pays pour le venir chercher. Il y eut des cœurs qui se troublèrent, et d’autres qui furent émus d’une affection intérieure. Et le fruit de cet enfantement croissant, dès qu’il fut élevé à la croix , ses cris furent si forts, qu’ils se firent entendre de l’orient à l’occident, et du septentrion su midi : si éclatante était la voix de cette femme, qui donna en enfantant la Parole du Père éternel.

102. Elle souffrait des tourments pour enfanter . Cela ne veut pas dire qu’elle dû enfanter avec don-leur, car en cet enfantement divin il n’y en devait avoir aucune; mais il nous exprime la grande douleur et le tourment que cette Mère ressentirait de voir que ce petit corps divinisé ne sortirait, quant à l’humanité, de son sein virginal que pour souffrir, et pour être obligé de satisfaire à son Père pour les péchés du monde, et de payer la dette qu’il ne pouvait pas contracter ; car cette Reine connaîtrait et connut tout cela par la science des Écritures. Elle en devait avoir le cœur percé par l’amour naturel qu’une telle Mère portait à un tel Fils, quoiqu’elle fût parfaitement soumise à la volonté du Père éternel. Ce tourment comprend aussi celui que cette très- pieuse Mère devait souffrir, connaissant combien de temps elle devait être privée de la présence de son trésor, dès qu’il serait sorti de son sein virginal: car, quoiqu’elle l’eût conçu dans son lime quant à la divinité, néanmoins, quant à la très-sainte humanité, elle devait être plusieurs fois privée de ce Fils, qui n’appartenait qu’à elle seule. Et quoique le Très-Haut eût déterminé de l’exempter de la coulpe, il ne l’exemptait pourtant pas des peines et des douleurs, proportionnées en quelque façon à la récompense qui lui était préparée. Ainsi les douleurs de cet enfantement ne furent pas des effets du péché, comme aux descendantes d’Ève , mais du plus tendre et du plus parfait amour de cette divine Mère envers son très-saint et unique Fils. Tous ces mystères furent un motif de louanges et d’admiration pour les bons anges, et pour les mauvais le principe de leur châtiment.

103. Il fut aussi vu un autre signe au ciel: et voici un grand dragon roux, ayant sept tètes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes; et sa queue traînait la troisième partie des étoiles du ciel, et les jeta en terre . Après ce que je viens de dire, le châtiment de Lucifer et de ses alliés arriva; car pour la peine qui était due aux blasphèmes qu’il avait vomis contre cette signalée femme, il se trouva changé, de très-bel ange qu’il était, en un furieux et horrible dragon, ce signe apparaissant sensible et d’une figure extérieure. Il souleva avec une extrême fureur sept tètes, qui furent les sept légions ou escadrons qui divisèrent tous ceux qui le suivirent et tombèrent dans son malheur: donnant à chacune de ces principautés une tête; leur ordonnant de pécher, et de prendre soin d’émouvoir et d’exciter les sept péchés mortels qu’on appelle communément capitaux, parce qu’ils contiennent tous les autres péchés, et sont comme chefs des partis qui s’élèvent contre Dieu. Les sept diadèmes qui couronnèrent Lucifer changé en dragon, furent l’orgueil, l’envie, l’avarice, l’ire, la luxure, la gourmandise et la paresse: le Très-Haut lui donnant ce châtiment comme une peine que lui et ses anges confédérés avaient méritée par leurs horribles méchancetés: car ce fut ici pour tous une punition éclatante et un châtiment proportionné à leur malice, comme auteurs des sept péchés capitaux.

104. Les dix cornes sont les triomphes de l’iniquité et de la malice du dragon, de l’orgueil et de l’exaltation vaine et téméraire qu’il s’attribue dans l’exécution des vices. Et par ces affections dépravées, pour arriver à la fin que son audace lui proposait, il offrit àux anges malheureux son amitié perverse et corrompue, aussi bien que des principautés, des supériorités et des récompenses imaginaires. Ces promesses, pleines d’une ignorance et d’une erreur plus que brutales, furent la queue par laquelle le dragon attira la troisième partie des étoiles du ciel: car les anges étaient des étoiles qui auraient brillé comme le soleil dans l’éternité perpétuelle avec les autres anges et les justes, s’il eussent persévéré biais le châtiment qu’ils avaient justement mérité les précipita dans le centre de la terre de leur malheur, qui est l’enfer, où ils seront éternellement privés de joie et de lumière .

105. Et le dragon s’arrêta devant la femme qui allait enfanter pour dévorer son fils . L’orgueil de Lucifer fut si démesuré, qu’il prétendit placer son trône au lieu le plus élevé , et dit en présence de cette femme signalée, avec une très-grande vanité: «Ce fils que cette femme doit enfanter est d’une nature inférieure à la mienne: c’est pourquoi je le dévorerai et je le perdrai; je formerai un parti contre lui dont je serai le chef, et je sèmerai des doctrines contraires aux lois qu’il prescrira, et je le contredirai toujours en lui faisant une guerre perpétuelle.» Mais la réponse du très-haut Seigneur fut que cette femme enfanterait un fils qui devait gouverner toutes les nations avec une verge de fer . «Et cet enfant, ajouta le Seigneur, ne sera pas seulement fils de cette femme, mais le mien aussi; il sera homme et a Dieu véritable, et si fort, qu’il vaincra ton orgueil a et t’écrasera la tète. Il sera pour toi, et pour tous a ceux qui te croiront et te suivront, un juge puisa saut qui te commandera avec une verge de fer , et détruira toutes tes prétentions vaines et téméraires. Il sera élevé à pion trône, où il s’assiéra, et jugera à ma droite; et afin qu’il triomphe de a ses ennemis, je les lui mettrai pour marche-pied ; il sera récompensé comme un homme juste, et qui a étant Dieu a opéré de si grandes choses pour ses créatures; tous le connaîtront et lui rendront honneur et gloire . Tu connaîtras comme le plus malheureux que le jour de l’ire du Tout-puissant est arrivé .» Et cette femme sera mise en la solitude où je lui préparerai un lieu . Cette solitude où cette femme s’enfuit, est celle de notre grande Reine, étant l’unique et la seule douée de la sainteté souveraine , et exempte de tout péché; car quoiqu’elle fût femme de la nature commune des mortels, elle surpassa néanmoins tous les anges en grâces, en dons et en mérites, qui lui procurèrent tous ces avantages. Ainsi elle s’enfuit et se mit parmi les pures créatures, dans une solitude qui est l’unique et sans égale entre toutes. Cette solitude fut si éloignée du péché, que le dragon la perdit de vue et ne la put apercevoir dès sa conception, le Très-Haut la mettant seule et unique dans le monde sans aucun commerce ni sujétion avec le serpent; mais au contraire il détermina avec une certitude, et comme une protestation ferme et constante, et dit: «Cette femme doit être a mon élue et mou unique dès l’instant qu’elle recevra l’être; je l’exempte dès à présent de la juridiction de ses ennemis, je lui destine et lui assigne un lieu solitaire d’une grâce très-éminente, afin qu’elle e y soit nourrit l’espace de mille deux cent soixante jours:» la Reine du ciel devant être ces jours-là dans un état singulier et très-élevé de faveurs intérieures et spirituelles, beaucoup plus admirables et plus mémorables que tout ce qu’on peut s’imaginer. Cela arriva dans les dernières années de sa vie, comme je le dirai avec l’aide de Dieu en son lieu: étant dans cet état si divinement nourrie, que notre entendement est trop borné pour le pénétrer. Et parce que ces bienfaits furent comme la fin et le terme auquel tous les autres de la vie de la Reine du ciel devaient aboutir, l’évangéliste en fait pour cela une mention particulière.