Traité de la prière II – Chapitre CXVII, CXVIII, CXIX

CXVII.- De ceux qui persécutent de différentes manières la sainte Église et ses ministres.

1. Je t’ai dit que plusieurs me frappaient, et c’est la vérité. Ils me frappent dans leur intention autant qu’ils le peuvent. Aucun coup ne peut certainement m’atteindre et me blesser; il arrive pour moi ce qui arrive sur une pierre très dure, le coup qu’elle reçoit ne peut l’entamer et retourne vers celui qui l’a frappée. Les offenses odieuses qui sont dirigées contre moi ne peuvent me nuire: les flèches empoisonnées du péché retournent contre ceux qui le commettent, et les privent de la grâce et du fruit du sang précieux de mon Fils. Si au dernier moment ils ne recourent pas à la sainte confession et à la contrition du cœur, ils arrivent à l’éternelle damnation; ils sont séparés de moi et liés au démon, car ils se sont unis à lui.

2. Dès que l’âme est privée de la grâce, elle est liée dans le péché par la haine de la vertu et l’amour du vice; ce lien, c’est le libre arbitre qui le met dans les mains du démon pour les enchaîner, car sans cela ils ne pourraient l’être. Ce lien unit ensemble tous les persécuteurs du précieux Sang, et comme ils deviennent ainsi les membres du démon, ils font l’office du démon.

3. Le démon s’applique à pervertir mes créatures, à les retirer de la grâce et à les faire tomber dans le péché mortel, pour qu’elles partagent son châtiment. Ainsi font les malheureux qui sont devenus les membres du démon: ils détournent les enfants de l’épouse du Christ, mon Fils unique; ils leur ôtent les liens de la charité pour les charger de leurs tristes chaînes et les priver comme eux des fruits du Sang précieux; ils portent les chaînes de l’orgueil, de la présomption et de la crainte servile. Pour ne pas perdre leur puissance temporelle, ils perdent la grâce et ils tombent dans la plus grande confusion qui puisse leur arriver, puisqu’ils sont privés de la vertu du sang. Ces liens sont scellés avec le sceau des ténèbres, car ils ne connaissent pas dans quels malheurs et quelles misères ils sont tombés et font tomber les autres. Ne le sachant pas, ils ne peuvent se corriger, et ils se glorifient de la ruine de leur âme et de leur corps.

4. O ma fille bien-aimée! pleure, pleure amèrement sur l’aveuglement de ceux qui ont été comme toi lavés dans le sang, ils ont été nourris de ce sang sur le sein de la sainte Église, et maintenant ils se révoltent sous prétexte de corriger les défauts de mes ministres, que j’ai déclarés inviolables; ils ont quitté le sein de leur mère. Tous mes serviteurs doivent trembler en entendant raconter leur odieuse tyrannie, et ta langue ne pourra jamais redire combien je l’ai en horreur. Et ce qui est plus lamentable, c’est que sous le manteau des défauts de mes ministres, ils veulent cacher et couvrir leurs propres défauts; ils ne pensent pas qu’ils ne peuvent, sous aucun voile, rien cacher à mes regards. On peut bien se cacher aux yeux des créatures, mais non pas aux miens, car les choses les plus cachées me sont présentes; je vous aimais et je vous connaissais avant votre naissance.

5. Ce qui empêche ces infortunés mondains de se convertir, c’est qu’ils ne croient pas avec une foi vive que je les vois. S’ils croyaient véritablement que je vois leurs fautes, que je punis tout mal et que je récompense tout bien, ils ne commettraient pas tant de péchés, mais ils se repentiraient de ceux qu’ils ont faits; ils me demanderaient humblement miséricorde, et je leur ferais miséricorde par le sang de mon Fils; mais ils persévèrent dans le mal et sont rejetés par ma bonté à cause de leurs fautes. Pour comble de malheur, ils perdent la lumière, et dans leur aveuglement ils deviennent les persécuteurs du sang de mon Fils, et cette persécution ne peut être excusée par aucune faute de ceux qui administrent ce sang.

CXVIII. – Résumé de ce qui a été dit sur la sainte Église et ses ministres.

1. Je t’ai dit, ma fille bien-aimée, quelque chose du respect qu’on doit avoir pour mes ministres malgré leurs défauts. Ce respect ne leur est pas dû à cause d’eux, mais à cause de l’autorité que je leur ai donnée. Et parce que leurs défauts ne peuvent affaiblir et diviser la vertu des sacrements, ils ne doivent pas non plus diminuer le respect qu’on leur doit, non pour eux, mais pour le trésor du sang dont ils sont dépositaires.

2. Quant à ceux qui font le contraire, je ne t’ai presque rien dit de l’indignation qu’ils me causent et du tort qu »ils se font en ne respectant pas et en persécutant le sang de mon Fils, en se liguant contre moi avec le démon, dont ils sont les esclaves. Je t’ai fait connaître ces choses pour que tu les pleures. Ce que je t’ai dit de ceux qui persécutent la sainte Église, je pourrais te le dire de tous Ies chrétiens qui, en restant dans le péché mortel, méprisent le sang de mon Fils, et se privent de la vie de la grâce; tous me sont odieux, mais surtout ceux dont je viens de t’entretenir.

CXIX.- De la perfection, des vertus et des œuvres des saints prêtres.

1. Maintenant, pour reposer un peu ton âme et adoucir la douleur que te causent les ténèbres de ces malheureux pécheurs, je veux t’entretenir de la vie sainte de mes ministres. Je t’ai dit qu’ils avaient les qualités du soleil. Le parfum de leurs vertus corrige l’infection du vice, et leur lumière dissipe les ténèbres. Tu pourras, avec cette lumière, mieux connaître les ténèbres et les défauts de mes autres ministres.

2. Ouvre donc l’œil de ton intelligence et regarde en moi, le Soleil de justice. Tu verras mes glorieux ministres qui, en administrant le Soleil, prennent les qualités du Soleil, comme je te l’ai dit de Pierre, le prince des apôtres, qui a reçu les clefs du royaume céleste. Il en est ainsi des autres qui, dans le jardin de la sainte Église, distribuent la Lumière, c’est-à-dire le corps et le sang de mon Fils, le Soleil unique et indivisible, avec tous les sacrements de l’Église qui donne la vie en vertu de ce précieux sang.

3. Tous, à des degrés différents et selon leurs fonctions, sont appelés à répandre la grâce du Saint Esprit. Et comment la répandent-ils? Avec la lumière de la grâce qu’ils ont tirée de la vraie Lumière. Cette Lumière est-elle seule? Non, car la lumière de la grâce ne peut être seule et ne peut être divisée; il faut qu’on l’ait tout entière ou qu’on en soit complètement privé.

4. Celui qui est en péché mortel est privé de la lumière de la grâce, et celui qui a la grâce est éclairé dans son intelligence pour me connaître, moi qui lui ai donné la grâce et la vertu qui conserve la grâce Il connaît dans cette lumière, la misère du péché et la raison du péché qui est l’amour-propre sensitif. Il le hait et parce qu’il le hait il reçoit dans son cœur l’ardeur de la charité; car l’amour suit l’intelligence et reçoit la couleur de cette glorieuse Lumière, en suivant la doctrine de ma douce Vérité, et la mémoire se remplit ainsi du souvenir des bienfaits du sang.

5. Tu vois qu’on ne peut recevoir la lumière sans recevoir la chaleur et la couleur, car elles sont unies ensemble et forment une même chose. Comme je te l’ai dit, on ne peut avoir une puissance de l’âme disposée à me recevoir, moi, le vrai Soleil, sans que les trois puissances soient toutes disposées et réunies en mon nom. Dès que l’intelligence s’élève avec la lumière de la foi au-dessus de la vision sensitive et me contemple, l’amour suit en aimant ce que l’intelligence voit et con naît; la mémoire se remplit de ce que le cœur aime, et aussitôt toutes les puissances de l’âme participent à moi, le Soleil, et elles sont éclairées par ma puissance, par la sagesse de mon Fils unique, et par l’ardente bonté du Saint Esprit.

6. Ainsi, tu vois que mes ministres fidèles ont les qualités du soleil, puisque les puissances de leur âme sont pleines de moi, le vrai Soleil. Ils font comme le soleil le soleil réchauffe et illumine, et sa chaleur féconde la terre: il en est de même des ministres que j’ai choisis et envoyés au corps mystique de la sainte Église, pour administrer mon Soleil, c’est-à-dire le corps et le sang de mon Fils unique, avec les sacrements qui ont la vie par ce sang. Ils l’administrent réellement et spirituellement en répandant dans le corps mystique de la sainte Église la lumière de la science surnaturelle par la couleur d’une vie pure et sainte, en suivant la doctrine de ma Vérité et en communiquant le feu de la plus ardente charité.

7. Leur chaleur fait fructifier les âmes stériles en les éclairant par la lumière de la science. Leur vie sainte et exemplaire dissipe les ténèbres du péché mortel et de l’infidélité; ils règlent la vie de ceux qui vivent d’une manière déréglée dans les ténèbres du péché et dans la privation de la grâce. Tu vois qu’ils sont des soleils, car ils en ont pris les qualités; ils se sont revêtus de moi, le vrai Soleil, puisque l’amour les rend une même chose avec moi. Tous, selon le degré où je les ai placés, ont répandu la lumière dans l’Église.

8. Pierre l’a répandue par Sa prédication, sa doctrine, et enfin par son sang; Grégoire, par sa science, son intelligence des Saintes Écritures et les exemples de sa vie; Sylvestre la fit briller contre les infidèles par ses discussions et les preuves qu’il a données de la très sainte foi par ses paroles et ses actions. Si tu regardes Augustin, Thomas d’Aquin, Jérôme et tant d’autres, tu verras de quelle lumière ils ont éclairé la divine Épouse, en dissipant les erreurs avec une humilité sincère et parfaite, comme des flambeaux posés sur le candélabre. Ils étaient affamés de mon honneur et du salut des âmes, et ils s’en rassasiaient avec délices au banquet de la très sainte Croix.

9. Les martyrs ont répandu la lumière avec leur sang. Ce sang exhalait son parfum en ma présence, et cette odeur du sang et de la vertu, unie avec la lumière de la science, donnait des fruits à l’Épouse; ils propageaient la foi; ceux qui étaient dans les ténèbres venaient à la lumière, et la lumière de la foi brillait en eux.

10. Les pasteurs établis par mon Christ sur la terre m’offraient un sacrifice de justice par la sainteté de leur vie. La perle précieuse de la justice enchâssée dans une humilité sincère et une ardente charité, brillait en eux et dans ceux qui leur étaient soumis, avec la lumière de la discrétion. Elle brillait en eux surtout parce qu’ils me rendaient ce qui m’est dû, c’est-à-dire gloire et honneur à mon nom, tandis qu’ils détestaient leurs sens, méprisaient le vice et accomplissaient la vertu par amour pour moi et pour le prochain. Ils foulaient aux pieds l’orgueil par l’humilité; ils allaient à l’Autel avec la pureté des anges, et ils m’offraient le Sacrifice dans la sincérité d’une âme tout embrasée des flammes de la charité.

11. Parce qu’ils accomplissaient la justice en eux, ils l’accomplissaient aussi dans ceux qui leur étaient soumis lis voulaient les voir vivre saintement; ils les reprenaient sans aucune crainte servile, parce qu’ils ne pensaient point à eux-mêmes, mais uniquement à mon honneur et au salut des âmes, comme doivent le faire les bons pasteurs qui suivent le bon pasteur, mon Fils, que je vous ai donné pour vous conduire et mourir pour vous. Ils ont suivi ses traces, ils ont agi avec ardeur et n’ont pas laissé les membres se corrompre en ne les corrigeant pas; mais ils les ont charitablement corrigés avec le baume de la douceur. Ils n’ont pas craint de brûler avec le feu la plaie de leur vice; ils ont employé la réprimande et la pénitence, peu ou beaucoup, selon la gravité du péché. La peur de la mort ne les empêchait jamais d’agir et de dire la vérité.

12. Ceux-là sont les vrais jardiniers qui arrachent avec zèle et sollicitude les épines du péché mortel et plantent les fleurs odoriférantes de la vertu. Ceux qui leur sont soumis vivent dans une sainte crainte et s’élèvent comme des fleurs embaumées dans le jardin de l’Église, parce qu’ils les corrigent sans la crainte servile qu’ils ne connaissent pas. Le venin du péché n’est pas en eux; ils demeurent fermes dans la justice, reprenant humblement et avec courage. Ils brillent comme des pierres précieuses et répandent la lumière et la paix dans les âmes de mes créatures, qu’ils conservent dans la crainte et dans l’union de l’amour; car je veux que tu saches que les ténèbres du monde et les divisions qui séparent les séculiers, les religieux, les clercs et les pasteurs de la sainte Église, n’ont d’autre cause que la perte de la lumière de la justice. Les ténèbres de l’injustice ont prévalu.

13. Personne, obéissant à la loi civile ou divine, ne peut se conserver dans l’état de grâce sans la sainte justice, car celui qui ne corrige pas ou n’est pas corrigé ressemble à un membre malade qu’un mauvais médecin soigne avec de l’onguent sans purifier la plaie. Bientôt tout le corps est empoisonné et se corrompt. Ainsi le prélat ou les supérieurs qui voient quelqu’un infecté par la corruption du péché mortel, et qui appliquent seulement sur le mal l’onguent de la flatterie sans employer la réprimande, ne le guérissent jamais, mais gâtent les autres membres qui sont unis au même corps, c’est-à-dire au même pasteur.

14. S’ils étaient, au contraire, de bons et vrais médecins des âmes, comme les saints pasteurs d’autrefois, ils n’emploieraient pas l’onguent sans appliquer aussi le feu de la réprimande; et si le membre persistait dans le vice, ils le retrancheraient du corps pour qu’il ne gâtât pas les autres avec l’infection du péché mortel. Mais les pasteurs ne le font plus aujourd’hui; ils paraissent même ne pas s’apercevoir du mal: et sais-tu pourquoi? La racine de l’amour-propre vit en eux, et produit la crainte servile. Pour ne pas perdre leur position, leur fortune, leur dignité, ils se taisent; mais ils agissent comme dés aveugles et ne savent pas ce qui conserve; car, s’ils savaient que c’est la sainte justice, ils l’observeraient. Mais, parce qu’ils n’ont pas la lumière, ils ne le savent pas.

15. Ils croient conserver avec l’injustice, en ne reprenant pas les défauts de ceux qui leur sont soumis, mais ils sont trompés par l’amour-propre sensitif et par le désir du pouvoir et de la prélature. Ils ne disent rien aussi, parce qu’ils ont eux-mêmes les mêmes vices et de plus grands encore. Ils se sentent coupables des mêmes fautes et ils perdent le zèle et la fermeté, lis Sont retenus par la crainte servile et font semblant de ne pas voir. S’ils voient des choses évidentes, ils ne les reprennent pas et même ils se laissent endormir par des paroles qui les flattent et par des présents. Ils savent trouver des excuses pour ne pas punir. Ainsi s’accomplit en eux la parole de ma Vérité: « Ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles; et si un aveugle en conduit un autre, ils tomberont tous les deux dans l’abîme » (S. Mt. XV, 14).

16. Ce n’est pas ainsi que faisaient leurs prédécesseurs, mes ministres bien-aimés, qui avaient les propriétés et les conditions du Soleil. Ceux qui leur ressemblent sont des soleils; en eux ne se trouvent pas les ténèbres du péché et de l’ignorance, car ils suivent la doctrine de ma Vérité. Ils ne sont pas tièdes, car ils sont embrasés du feu de ma charité. Ils méprisent les grandeurs, les richesses et les délices du monde, et ils ne craignent jamais de corriger le vice. Celui qui ne désire pas la puissance et les honneurs ne craint pas de les perdre et agit avec vigueur. Celui qui n’a aucune faute sur la conscience ne craint rien.

17. Voilà pourquoi cette perle précieuse de la justice n’était point obscurcie dans mes Christs fidèles dont je te parlais. Elle y brillait, au contraire; ils embrassaient la pauvreté volontaire; ils cherchaient l’abaissement avec une humilité profonde et ne s’arrêtaient pas aux mépris, aux affronts, aux reproches des hommes, aux injures, aux opprobres, aux peines et aux tourments. On blasphémait contre eux, et ils bénissaient; ils supportaient tout avec une véritable patience, comme des anges de la terre: et ils étaient plus que des anges, non par leur nature, mais par leur ministère, puisqu’ils avaient reçu la grâce surnaturelle de distribuer le corps et le sang de mon Fils unique.

18. Mes ministres étaient vraiment des anges, car comme l’ange que je vous ai donné pour garde, ils communiquaient les saintes et bonnes inspirations. Mes ministres devraient encore faire de même, puisqu’ils vous ont été donnés par ma bonté pour vous garder. Ils avaient continuellement les yeux fixés sur ceux qui leur étaient confiés pour leur communiquer, comme de vrais anges gardiens, leurs saintes et bonnes inspirations; ils les soutenaient par l’enseignement de leur parole et l’exemple de leur vie, et ils m’offraient pour eux dans une continuelle prière l’ardeur de leurs charitables désirs.

19. Tu vois que mes ministres étaient des anges placés par mon infinie bonté, comme des flambeaux dans le corps mystique de la sainte Église, pour vous garder, afin que dans votre aveuglement vous ayez des guides qui vous dirigent dans la voie de la Vérité, en vous donnant de saintes inspirations et eh vous aidant, comme je l’ai dit, de leurs prières, de leurs exemples et de leurs enseignements. Avec quelle humilité ils gouvernaient et entretenaient ceux qui leur étaient soumis!

20. Avec quelle espérance et quelle foi ils vivaient! Ils lie craignaient pas de voir les biens temporels manquer pour eux et leur troupeau, et ils distribuaient avec largesse aux pauvres les biens de la Sainte Église. Ils observaient parfaitement l’obligation où ils étaient de faire trois parts, pour leurs besoins, pour les pauvres et pour l’Église. Ils n’avaient pas de testament à faire; car il ne restait rien après leur mort, et quelques-uns même laissaient l’Église endettée pour les pauvres. Cela venait de la générosité de l’amour et de l’espérance qu’ils avaient en ma providence. Ils n’avaient pas de crainte servile et ne redoutaient jamais que rien leur manquât pour le spirituel ou le temporel.

21. Ce qui prouve que la créature espère en moi et non pas en elle, c’est de ne pas avoir de crainte servile. Ceux qui espèrent en eux-mêmes craignent toujours et ont peur de leur ombre; ils s’imaginent que le ciel et la terre vont, leur manquer. Avec cette crainte et la fausse assurance qu’ils placent dans leur faible savoir, ils se tourmentent si misérablement pour acquérir et conserver les biens temporels, qu’ils semblent ne pas se soucier des biens spirituels, dont personne ne paraît s’inquiéter.

22. Ils ne pensent pas, les pauvres orgueilleux, que moi seul je pourvois à toutes les choses nécessaires à l’âme et au corps, et que ma providence mesure son assistance selon l’espérance que vous avez cri moi. Ces misérables présomptueux ne songent pas que je suis Celui qui suis, tandis qu’eux ne sont rien par eux-mêmes, et qu’ils ont reçu de ma bonté l’être et toutes les grâces qui, y sont ajoutées. C’est bien en vain que se fatigue, celui qui garde la cité, sue ne la garde moi-même; tous ses efforts sont stériles s’il compte sur ses efforts et son zèle pour la garder; car il n’y a que moi qui la garde. Il est vrai que je veux vous voir faire fructifier pour la vertu, pendant la vie, l’être et les grâces que je vous ai donnés, en vous servant du libre arbitre que vous avez reçu avec la lumière de la raison; car je vous ai créés sans vous, mais je ne puis vous sauver sans vous.

23. Je vous ai aimés avant votre naissance. Mes bien-aimés serviteurs le savaient, et c’est pour cela qu’ils m’aimaient d’un si grand amour. Cet amour faisait qu’ils espéraient fermement en moi et qu’ils ne redoutaient jamais rien. Sylvestre ne tremblait pas devant l’empereur Constantin lorsqu’il disputait avec douze Juifs, en présence de la multitude; mais il croyait fermement que si j’étais pour lui, personne ne pourrait lui nuire. Mes autres serviteurs bannissaient ainsi toute crainte; car ils n’étaient jamais seuls, mais toujours accompagnés. En restant dans la charité, ils étaient en moi et recevaient de moi la lumière de la sagesse de mon Fils; ils recevaient de moi la puissance pour être forts contre les princes et les tyrans du monde; ils recevaient de moi le feu de l’Esprit Saint et participaient à sa clémence, à son amour, Cet amour était toujours accompagné de la lumière de la foi, de l’espérance, de la force, de la vraie patience et de la persévérance jusqu’à l’heure de la mort.

24. Tu vois donc que mes ministres n’étaient pas seuls, mais qu’ils étaient accompagnés; aussi n’avaient-ils aucune crainte. Celui-là craint qui se sent seul, qui espère en lui-même et qui n’a pas la charité. La moindre chose lui fait peur; car il est seul et privé de moi, qui donne l’assurance parfaite à l’âme qui me possède par l’amour. Ces glorieux et chers serviteurs ont bien éprouvé que rien ne pouvait nuire à leur âme; car, au contraire, ils étaient forts contre les hommes et les démons, qui souvent étaient enchaînés par la vertu et la puissance que je leur donnais sur eux; et cela était parce que je répondais à l’amour, à la foi, à l’espérance qu’ils avaient placés en moi.

25. Ta langue ne pourrait raconter leur vertu, et l’œil de ton intelligence est incapable de voir la récompense qu’ils ont reçue dans le ciel et que recevront tous ceux qui suivront leurs traces. Ils sont comme des pierres précieuses en ma présence, parce que leurs travaux m’ont été agréables et qu’ils ont éclairé et embaumé de leurs vertus le corps mystique de la sainte Église. Je les ai comblés d’honneurs dans la vie éternelle, où ils ont reçu la béatitude et la gloire de ma vision, parce qu’ils ont donné l’exemple d’une vie sainte, et distribué la lumière du corps et du sang de mon Fils dans les sacrements.

26. Je les aime d’un amour particulier, parce que je les ai élevés à la dignité de mon sacerdoce, et parce qu’ils n’ont pas enfoui, par leur négligence et leur ignorance, le trésor que je leur ai confié; ils ont reconnu qu’il venait de moi et ils l’ont fait valoir avec zèle et humilité par de solides et véritables vertus. Je les avais revêtus d’une haute dignité pour le salut des hommes, et ces bons pasteurs ont travaillé sans cesse à ramener les brebis dans la bergerie de la sainte Église. Leur ardent amour et leur faim des âmes leur faisaient affronter la mort pour les retirer des mains du démon. Ils étaient faibles, ou paraissaient l’être avec les faibles. Souvent pour empêcher le désespoir du prochain ou pour mieux lui faire comprendre sa misère, ils disaient: Je suis faible comme vous l’êtes.

27. Ils pleuraient avec ceux qui pleurent; ils se réjouissaient avec ceux qui se réjouissent. Ils savaient doucement donner à chacun la nourriture qui lui convenait; ils conservaient les bons, dont les vertus les remplissaient d’allégresse; car ils n’étaient pas dévorés par l’envie, mais leur cœur se dilatait dans l’ardeur de la charité pour le prochain, et surtout pour ceux qui leur étaient confiés.

28. Quant à ceux qui étaient pécheurs, il les retiraient du péché, en se prêtant à leur faiblesse et à leur infirmité par une sainte et vraie compassion; ils les corrigeaient des fautes où ils tombaient, et partageaient charitablement avec eux leur pénitence. L’amour qu’ils portaient à ces pénitents leur rendait la pénitence qu’ils donnaient plus pénible à eux-mêmes qu’à ceux qui la recevaient. Quelquefois même il y en avait qui s’en chargeaient réellement, surtout quand ils voyaient qu’elle répugnait trop à ceux qu’ils dirigeaient, et par ce moyen la rigueur de la pénitence devenait douce.

29. Ces bien-aimés ministres abaissaient humblement leur dignité devant ceux qui leur étaient soumis. Ils étaient les maîtres, et ils se faisaient les serviteurs; ils étaient exempts de toute infirmité, purs de tout mal, et ils se faisaient infirmes; ils étaient forts, et ils se faisaient faibles. Ils se montraient simples avec les simples, petits avec les petits, et savaient ainsi, par humilité et charité, se proportionner à tous, et donner à chacun la nourriture qui lui convenait.

30. Qu’est-ce qui les faisait agir de la sorte? La faim, le désir qu’ils avaient de mon honneur et du salut des âmes. Ils couraient pour se rassasier au banquet de la sainte Croix; ils ne fuyaient, ne refusaient aucune fatigue; mais, pleins de zèle pour les âmes, le bien de la sainte Église et l’expansion de la foi, ils se jetaient au milieu des épines de la tribulation et affrontaient tous les dangers avec une véritable patience, en m’offrant le parfum précieux de leur ardent désir et de leurs humbles et continuelles prières. Leurs larmes et leurs pleurs étaient un baume salutaire pour les plaies que le péché mortel avait faites au prochain, et ceux qui recevaient humblement ce remède précieux y trouvaient une santé parfaite.

Traité de la prière II – Chapitre CXIV, CXV, CXVI

CXIV.- Les sacrements ne doivent pas se vendre ni s’acheter.- Ceux qui reçoivent les sacrements doivent fournir aux prêtres les choses temporelles, dont les prêtres doivent faire trois parts.

1. Je veux que mes ministres soient généreux et non pas avares, c’est-à-dire qu’ils ne vendent pas par cupidité et par avarice la grâce du Saint Esprit, Ils ne doivent pas le faire, et je ne veux pas qu’ils agissent ainsi. Ce qu’ils reçoivent de moi par charité et par bonté, ils doivent le donner de même généreusement par amour pour mon honneur et pour le salut du prochain; ils doivent le communiquer charitablement à toute créature qui le demande humblement. Ils ne doivent le vendre d’aucune manière, puisqu’ils ne l’ont pas acheté, mais qu’ils l’ont reçu gratuitement de moi pour qu’ils en soient les ministres. Ils peuvent recevoir l’aumône, et celui qui participe aux sacrements est obligé de subvenir selon ses, moyens, aux besoins de celui qui les lui donne.

2. Il est juste que vous fournissiez les choses temporelles à ceux qui vous nourrissent de la grâce et des biens spirituels, c’est-à-dire des sacrements que j’ai établis dans la sainte Église pour qu’ils vous procurent le salut. Et je vous dis en vérité qu’ils vous donnent incomparablement plus que vous ne leur donnez; car on ne peut comparer les, choses finies et transitoires dont vous les assistez, à moi, l’Infini, que ma providence et ma charité les chargent de vous communiquer. Non seulement leur ministère, mais encore les moindres, grâces spirituelles qu’une créature quelconque vous obtiendra par ses prières ou par d’autres moyens, ne pourront jamais être reconnues par toutes vos richesses temporelles, car elles n’ont aucune valeur si on les compare à celles que reçoivent vos âmes.

3. Maintenant, je te dirai que mes ministres doivent faire trois parts des biens qu’ils reçoivent de vous. Ils vivront de la première; ils assisteront les pauvres avec la seconde, et consacreront la troisième à l’Église et à ses besoins. S’ils agissent autrement, ils m’offenseront.

CXV.- De la dignité du sacerdoce.- La vertu des sacrements ne diminue pas par les fautes de ceux qui les administrent, ou qui les reçoivent.

1. Ainsi faisaient mes doux et glorieux ministres dont je te disais que je voulais te faire voir les mérites avec la dignité que je leur ai donnée en les faisant mes Christs, car en exerçant saintement cette dignité, ils sont revêtus de ce doux et glorieux Soleil que je leur ai donné à communiquer. Regarde Grégoire, Sylvestre et tous les papes qui, avant et après eux, ont succédé à Pierre, au premier Souverain Pontife qui reçut la clef du royaume des cieux, lorsque ma Vérité incarnée lui dit: « Je te donnerai les clefs du royaume du ciel, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans le ciel; ce que tu lieras sur la terre sera lié dans le ciel » (S. Mt., XVI, 19).

2. Considère, ma fille bien-aimée, qu’en te montrant la beauté de leur vertu, je te ferai mieux comprendre la dignité à laquelle j’ai élevé mes ministres. Cette clef est celle du sang de mon Fils unique, qui vous ouvre la vie éternelle, depuis longtemps fermés par le péché d’Adam, C’est pour cela que je vous ai donné ma Vérité, le Verbe mon Fils, qui, en souffrant et en mourant, a détruit votre mort et vous a fait un bain de son sang. Ce sang et cette mort, par la vertu de la nature divine unie à la nature humaine, a ouvert au genre humain la vie éternelle.

3. A qui ai-je laissé les clefs de ce sang? Au glorieux apôtre Pierre et à tous ceux qui sont venus et qui viendront après lui jusqu’au jour du jugement. Tous ont eu et auront la même autorité que Pierre, et aucune de leurs fautes ne diminuera cette autorité et n’affaiblira la perfection du sang dans les sacrements; car comme je te l’ai dit, ce Soleil n’est souillé par aucune impureté, et il ne perd pas sa lumière par les ténèbres du péché mortel qui se trouvent dans celui qui le distribue ou qui le reçoit. La faute d’un homme ne peut jamais nuire aux sacrements de l’Église ni diminuer leur vertu, elle diminue seulement la grâce, et la culpabilité augmente dans ceux qui les administrent ou les reçoivent indignement.

4. Ainsi le Pape, mon Christ sur terre, tient les clefs du sang comme je te l’ai montré en figure lorsque je voulus te faire comprendre quel respect les séculiers devaient avoir pour mes ministres, bons ou mauvais, et combien ils m’offensaient en ne les respectant pas. Tu sais que je t’ai montré le corps mystique de la sainte Église sous la figure d’un cellier qui renfermait le sang de mon Fils unique, et c’est par ce sang que tous les sacrements ont leur vertu et contiennent la vie.

5. A la porte de ce cellier est mon Christ sur terre; il est chargé de distribuer le sang et de désigner ceux qui aideront son ministère dans toute l’étendue de la chrétienté. A lui seul appartient l’onction qui donne le pouvoir; nul ne peut le faire que lui; c’est de lui que sort tout le clergé, et il donne à chacun ses fonctions dans la distribution de ce précieux sang.

6. Comme il les a choisis pour ses auxiliaires, il a le droit de les corriger de leurs fautes, et je veux qu’il en soit ainsi. A cause de la dignité et de l’autorité dont ils sont revêtus, je les ai affranchis du pouvoir et de la servitude des princes de la terre. La loi civile n’a pas à les punir de leurs infidélités, ils ne relèvent que de leur supérieur dans la loi divine. Je les ai sacrés, et il est dit dans l’Écriture: « Ne touchez pas à mes Christs » (Ps. CIV,15).
Aussi, le plus grand malheur qui puisse arriver à l’homme, c’est de se faire leur juge et leur bourreau.

CXVI.- Dieu regarde comme dirigées contre lui les persécutions faites contre l’Église et ses ministres.

1. Si tu me demandes pourquoi la faute de ceux qui persécutent l’Église est plus grande que toutes les autres fautes, et pourquoi je ne veux pas que les défauts des ministres affaiblissent le respect qu’on leur doit, je te répondrai que le respect qu’on leur doit ne s’adresse pas à eux mais à moi, à cause de lit vertu du sang que je les ai chargés d’administrer. Sans cela, vous ne leur devriez pas plus de respect qu’aux autres hommes; mais leur ministère vous oblige à un plus grand respect, car il faut que vous vous adressiez à eux, non pas pour eux, mais à cause de la vertu que je leur ai donnée, si vous voulez recevoir les sacrements de la sainte Église; et si pouvant les recevoir vous ne le vouliez pas, vous seriez et vous mourriez en état de damnation.

2. Votre respect s’adresse donc à moi et au glorieux sang de mou Fils, qui est une même chose avec moi par l’union de la nature divine à la nature humaine. Comme ce n’est pas à eux, mais à moi que s’adresse ce respect, c’est à moi aussi que le manque de respect s’adresse. Je te l’ai déjà dit, vous ne leur devez pas le respect pour eux, mais pour l’autorité que je leur ai donnée; et en les offensant, c’est moi et non pas eux qu’on offense je l’ai formellement défendu en disant: Je ne veux pas qu’on touche à mes Christs.

3. Personne ne peut s’excuser en disant: Je ne fais pas injure à l’Église et je ne me révolte pas contre elle, mais contre les défauts des mauvais pasteurs. Celui qui parle ainsi se ment à lui-même et s’aveugle par amour-propre; il voit la vérité, mais il veut paraître ne pas la voir, pour cacher les remords de sa conscience. Il voit bien qu’il persécute le Verbe, mon Fils, et non pas de simples hommes; l’injure s’adresse à moi comme le respect. Je reçois tous les torts, les mépris, les affronts, les reproches, les opprobres dont ils sont l’objet; car je regarde comme fait à moi-même tout ce qu’on leur fait.

4. Je le répète, je ne veux pas qu’on touche à mes Christs; c’est moi seul qui dois les punir. Les méchants montrent le peu de respect qu’ils ont pour le sang de mon Fils, et combien ils font peu de cas du trésor que je leur ai donné pour le salut et la vie de leurs âmes: pouvez-vous recevoir plus qu’un Homme-Dieu pour nourriture? Parce que je ne suis pas honoré par mes ministres, ils m’honorent moins encore en les persécutant à cause de leurs défauts et de leurs péchés. S’ils les respectaient véritablement, à cause de moi, ils ne cesseraient pas de le faire, à cause de leurs défauts, car aucun de leurs défauts ne diminue la vertu du sang de mon Fils et ne doit par conséquent diminuer le respect: quand ce respect diminue, on m’offense.

5. Cette offense est plus grave que toutes les autres, pour beaucoup de raisons, dont voici les trois principales. Premièrement, ce qu’on leur fait est fait à moi-même. Secondement, on viole mon commandement, puisque j’ai défendu de les toucher: on méprise ainsi la vertu du sang reçu dans le saint baptême; car on désobéit en faisant ce qui est défendu et en se révoltant contre ce sang qu’on ne respecte plus et qu’on persécute. Ceux qui agissent ainsi sont des membres corrompus, séparés du corps mystique de la sainte Église; et s’ils persistent dans leur révolte, s’ils demeurent dans leur mépris, ils tombent dans la damnation éternelle. Si dans leurs derniers instants ils s’humilient et reconnaissent leur faute, s’ils veulent se réconcilier avec leurs chefs sans le pouvoir, je leur ferai miséricorde mais ils ne doivent pas attendre ce dernier instant, parce qu’ils ne sont pas sûrs de l’avoir.

6. La troisième raison qui rend leur faute plus grave que les autres, est que leur péché se commet avec malice et préméditation. Ils savent qu’ils ne peuvent agir ainsi en conscience, et ils m’offensent par un coupable orgueil, sans aucune jouissance corporelle. Ils perdent ainsi leur âme et leur corps. L’âme se meurt par la privation de la grâce, et souvent le ver de la conscience la dévore. Leurs biens temporels se consument au service du démon, et leur corps périt ensuite comme celui des animaux.

7. Ce péché est commis directement contre moi, sans utilité et sans jouissance, mais par malice et par orgueil, Cet orgueil a sa racine dans l’amour-propre sensitif et dans cette crainte coupable qu’eut Pilate, lorsque, par peur de perdre son pouvoir, il fit mourir le Christ, mon Fils unique. Ainsi font ceux qui ne respectent pas mes ministres. Beaucoup de péchés sont commis par faiblesse ou par ignorance et faute de lumière, ou par malice lorsqu’on connaît le mal qu’on fait, et que pour un plaisir déréglé ou pour un avantage qu’on croit y trouver, on m’offense.

8. Cette offense est commise contre moi, contre le prochain et contre l’âme. Contre moi, parce qu’on ne rend pas honneur et gloire à mon nom; contre le prochain, parce qu’on n’accomplit pas envers lui la charité. Cet acte ne m’atteint pas, quoiqu’il se fasse contre moi; mais l’homme se blesse, et cette offense me déplaît à cause du mal qu’il lui cause.

9. Cette offense s’adresse à moi directement. Les autres péchés ont quelque prétexte, quelque apparence de raison, quelque intermédiaire; car je t’ai dit que tout péché et toute vertu s’accomplissaient par le moyen du prochain. Le péché se fait par le manque de charité envers moi et envers le prochain, tandis que la vertu vit de la charité. En offensant le prochain, on m’offense en lui. Mais entre toutes mes créatures raisonnables j’ai choisi mes ministres, et je les ai consacrés pour dispenser le corps et le sang de mon Fils unique, c’est-à-dire la nature divine unie à votre humanité. Aussi, dès qu’ils célèbrent, ils représentent la personne du Christ, mon Fils.

10. Tu vois donc que cette offense est faite au Verbe, et dès qu’elle est faite à lui, elle est faite à moi, car nous sommes une même chose: les malheureux persécutent le précieux Sang et se privent du trésor qu’ils pourraient en tirer. C’est pour cela que cette offense faite à moi, et non à mes ministres, m’est plus odieuse que les autres péchés; car l’honneur ou la persécution s’adresse véritablement à moi, c’est-à-dire au glorieux sang de mon Fils, qui est un avec moi. Aussi je te dis que si tous les autres péchés étaient d’un côté et celui-là de l’autre, ce serait ce péché qui pèserait davantage.

11. Je t’ai manifesté ces choses pour que tu aies plus sujet de pleurer l’injure qui m’est faite, et la perte de ces malheureux. Tes larmes amères et celles de mes serviteurs peuvent obtenir que ma miséricordieuse bonté dissipe les ténèbres où sont plongés ces membres corrompus, séparés du corps mystique de le sainte Église. Mais je ne trouve pour ainsi dire personne qui gémisse sur cet outrage qu’on fait au glorieux et précieux sang de mon Fils, tandis que j’en trouve beaucoup qui m’attaquent sans cesse avec les traits de l’amour déréglé, de la crainte servile et de la présomption. Ils sont si aveugles, qu’ils se glorifient de ce qui est mal, et rougissent de ce qui est bien, comme serait de s’humilier devant leur chef. Ce sont ces défauts qui les ont portés à persécuter le sang de mon Fils (Cette dernière phrase n’est pas dans le latin, qui diffère de ponctuation avec l’italien pendant tout ce chapitre.).

Traité de la prière II – Chapitre CXI, CXII, CXIII

CXI. -Les sens du corps sont trompés dans ce sacrement, mais non pas ceux de l’âme, qui le voit, le goûte et le touche.- Belle vision de sainte Catherine.

1. O ma fille bien-aimée! ouvre l’œil de ton intelligence et contemple l’abîme de ma charité. Le cœur de toute créature raisonnable ne devrait-il pas se briser d amour en voyant au milieu des bienfaits que vous recevez de moi le bienfait que vous recevez dans ce divin sacrement? Avec quels sens, ma chère fille, devez-vous voir et toucher cet ineffable mystère? Ce n’est pas seulement avec les sens du corps, car ils sont tous trompés. Tu sais que, l’œil ne voit que la blancheur du pain, la main ne touche et le goût ne goûte que les apparences du pain; les sens grossiers sont trompés, mais les sens de l’âme ne peuvent être trompés, si elle le veut, c’est-à-dire si elle ne veut pas se priver de la lumière de la sainte foi par l’infidélité.

2. Qui peut donc goûter, voir et toucher ce sacrement? Les sens de l’âme. Avec quel œil voit-elle? Avec l’œil de l’intelligence: si cet œil a la prunelle de la sainte foi, cet œil voit dans cette blancheur l’Homme-Dieu tout entier, la nature divine unie à la nature humaine, le corps, l’âme et le sang du Christ, l’âme unie au corps, le corps et l’âme unis en ma nature divine, et ne se séparant pas de moi. Je t’ai montré ces choses, presque au commencement de ta vie, non pas seulement aux regards de ton intelligence, mais aussi aux yeux de ton corps, qui furent aveuglés par l’éclat de la lumière et en laissèrent la contemplation à l’intelligence. Je t’ai fait voir ces choses pour te fortifier contre les attaques du démon sur ce sacrement, et pour te faire croître en amour dans la lumière de la très sainte foi.

3. Tu sais qu’en allant à l’église, dès l’aurore, pour entendre la messe, après avoir été tourmentée par le démon, tu allas te placer en face de l’autel du Crucifix. Le prêtre était à l’autel de Marie, et toi, tu restais à examiner ton indignité; tu craignais de m’avoir offensé par le trouble que le démon t’avait causé, et tu considérais la grandeur de ma charité qui avait bien voulu te faire en tendue la messe, tandis que tu pensais ne pas mériter même d’entrer dans mon saint temple. Lorsque le prêtre fut arrivé à la Consécration, tu levas les yeux sur lui, et pendant qu’il prononçait les paroles de la Consécration, je me manifestai à toi. Tu vis sortir de mon sein, une lumière semblable au rayon du soleil qui sort de son disque sans cependant le quitter, et dans cette lumière venait une colombe unie avec elle, et elle frappait sur l’Hostie et le calice par la vertu des paroles de la Consécration que le prêtre prononçait.

4. Alors l’œil de ton corps ne fut plus capable de supporter cette lumière; il ne te resta pour en jouir que l’œil de ton intelligence, et tu pus voir et goûter l’abîme de la Trinité, l’Homme-Dieu tout entier, caché et voilé sous cette blancheur. Tu vis que la présence lumineuse du Verbe, que ton intelligence voyait dans cette blancheur, ne détruisait pas la blancheur du pain. L’une n’empêchait pas l’autre; la vue de l’Homme-Dieu n’empêchait pas la forme de ce pain, c’est-à-dire qu’elle n’en détruisait pas la blancheur, le goût et le contact. Cela te fut montré par ma bonté.

5. Comment as-tu joui de cette vision? Par l’œil de ton intelligence, avec la prunelle de la sainte foi. L’œil de l’intelligence doit donc être le principal moyen de voir, parce qu’il ne peut être trompé. C’est ainsi que vous devez regarder ce sacrement. Et comment devez-vous le toucher? Avec la main de l’amour. C’est cette main qui touche ce que l’intelligence a vu et connu dans le sacrement; l’âme touche avec la main de l’amour, comme pour s’assurer de ce qu’elle voit par la foi et connaît par l’intelligence. Et comment le goûte-t-elle? Avec le goût du saint désir. Le goût du corps goûte la saveur du pain, et le goût de l’âme, c’est-à-dire son saint désir, goûte l’Homme-Dieu.

6. Ainsi tu vois que les sens du corps sont trompés, mais non ceux de l’âme; l’âme au contraire est éclairée et affermie, parce que l’œil de l’intelligence a vu avec la prunelle de la foi; et parés qu’elle voit et connaît, elle touche avec la main de l’amour, elle goûte avec un ardent désir l’ardeur de mon amour ineffable. C’est cet amour qui l’a rendue digne de recevoir un si grand mystère, et la grâce que lui donne le sacrement. Tu vois que non seulement vous devez recevoir et voir Ce sacrement avec les sens du corps, mais avec les sens spirituels, en disposant toutes les puissances de l’âme à le contempler, à le recevoir, à le goûter avec amour.

CXII.- De l’excellence que l’âme acquiert en recevant ce sacrement en état de grâce.

1. Regarde, ma fille bien-aimée, quelle excellence requiert l’âme qui reçoit comme elle doit le recevoir ce pain de vie, cette nourriture des anges. En recevant ce sacrement, elle est en moi et moi en elle; comme le poisson est dans la mer et la mer dans le poisson, moi je suis dans l’âme et l’âme est en moi, l’Océan de la paix. Et dans cette âme réside la grâce: elle a reçu le Pain de vie en état de grâce, et la grâce demeure, quand l’accident du pain est consommé.

2. Je lui laisse l’empreinte de la grâce, comme fait le sceau qu’on pose sur la cire chaude: lorsqu’on retire le sceau, l’empreinte du sceau reste; de même la vertu de ce sacrement reste dans l’âme; elle conserve la chaleur de ma divine charité, la clémence du Saint Esprit; elle garde la lumière de la sagesse de mon Fils. L’œil de l’intelligence est éclairé de la sagesse du Verbe, pour qu’elle connaisse et contemple la doctrine de ma Vérité; et cette sagesse qui reste avec force, la fait participer à ma force toute puissante qui fortifie l’âme contre sa propre passion sensitive, contre les démons et contre le monde.

3. Ainsi tu le vois, l’empreinte reste quand le sceau est levé, c’est-à-dire quand les accidents de la sainte Hostie sont consommés et que le Soleil retourne à son disque, dont il n’a jamais été cependant séparé, comme je te l’ai dit; car il est toujours uni avec moi. L’excès de mon amour a voulu vous donner cette nourriture en cette vie, où vous êtes exilés et voyageurs, pour que vous ayez un soulagement et que vous ne perdiez pas la mémoire du bénéfice du sang. Ma divine providence a voulu subvenir à vos besoins, en vous nourrissant de ma douce Vérité. Juge maintenant combien vous êtes obligés de me payer d’amour, moi qui vous aime tant, moi l’éternelle, la souveraine Bonté, si digne d’être aimée!

CXIII.- La grandeur du sacrement doit faire comprendre la dignité de ceux qui en sont les ministres.- Dieu leur demande une plus grande pureté qu’aux autres créatures.

1. Je t’ai dit toutes ces choses, ma fille bien-aimée, pour te faire mieux comprendre la dignité de mes ministres et te faire pleurer plus amèrement sur leurs misères. S’ils considéraient eux-mêmes leur dignité, ils ne resteraient pas dans les ténèbres du péché mortel et ne souilleraient pas ainsi leur âme. Non seulement ils ne m’offenseraient pas et ne profaneraient pas leur dignité, mais, en livrant même leur corps aux flammes, il leur semblerait ne pas reconnaître assez le bienfait qu’ils ont reçu; car dans cette vie présente, il leur est impossible d’attendre une plus haute dignité.

2. Je les ai sacrés et je les ai appelés mes Christs, parce que je les ai chargés de me donner à vous. Je les ai placés comme des fleurs odoriférantes dans le corps mystique de la sainte Église. L’ange n’a pas cette dignité, et je l’ai donnée aux hommes que j’ai choisis pour mes ministres, Je les ai établis comme des anges, et ils doivent être des anges terrestres en cette vie. Je demande à toute âme la pureté et la charité; je veux qu’elle m’aime et qu’elle aime le prochain, l’aidant comme elle peut, l’assistant de ses prières, et vivant en union avec lui, comme je te l’ai dit en traitant ce sujet. Mais j’exige bien davantage la pureté dans mes ministres; je leur demande un plus grand amour envers moi et envers le prochain, auquel ils doivent administrer le corps et le sang de mon Fils, avec l’ardeur de la charité et la faim du salut des âmes, pour la gloire et la louange de mon nom.

3. Comme les prêtres veulent la pureté du calice où se fait le sacrifice, moi je veux la pureté et la netteté de leur cœur, de leur âme, de leur esprit. Et, parce que le corps est l’instrument de l’âme, je veux aussi qu’ils le conservent dans une pureté parfaite, et qu’ils ne le souillent pas dans une fange immonde; qu’ils ne soient pas enflés d’orgueil ni d’ambition pour les hautes dignités; qu’ils ne soient pas, cruels envers eux et envers le prochain; car ils ne peuvent être cruels envers eux sans l’être pour le prochain. S’ils sont cruels à eux-mêmes par le péché, ils sont cruels aux âmes de leur prochain, parce qu’ils ne donnent pas l’exemple d’une sainte vie et ne travaillent pas à tirer les âmes des mains du démon et à distribuer le corps et le sang de mon Fils unique, et moi la vraie Lumière, dans les sacrements de l’Église. Si donc ils sont cruels à eux mêmes, ils le sont aux autres.

Traité de la prière II – Chapitre CVIII, CIX, CX

CVIII.- L’âme rend grâces à Dieu et prie pour le monde, et en particulier pour le corps mystique de la sainte Église.

1. Alors cette âme, tout enivrée, paraissait hors d’elle-même; l’action de ses sens était suspendue par l’amour qui l’unissait à son Créateur; son intelligence était ravie dans la contemplation de l’éternelle Vérité; ce qu’elle voyait l’enflammait d’ardeur, et elle disait:

2. O souveraine et éternelle bonté de Dieu! qui suis-je, misérable, pour que vous le Père, vous me manifestiez votre vérité et les pièges secrets du démon, les dangers de l’amour-propre auxquels je suis exposée pendant le pèlerinage de cette vie, pour que je ne sois pas trompée par le démon, et par moi-même? Qui vous fait agir ainsi? L’amour! Vous m’avez aimée avant d’être aimé de moi.

3. O foyer d’amour! grâces, grâces vous soient rendues à vous, ô Père éternel! Je suis imparfaite et remplie de ténèbres, vous êtes la perfection et la lumière. Vous m’avez montré la perfection et la voie lumineuse de la doctrine de votre Fils unique. J’étais morte et vous m’avez ressuscitée; j’étais malade et vous m’avez guérie. Non Seulement vous m’avez donné le remède du sang que vous avez appliqué au genre humain malade, par votre Fils unique, mais vous m’avez donné un remède pour les infirmités secrètes que je ne connaissais pas, en m’apprenant qu’il ne fallait juger aucune créature raisonnable, surtout vos serviteurs: je tombais souvent dans cet aveuglement et cette infirmité, en les jugeant témérairement, comme par zèle pour votre honneur et pour le salut des âmes.

4. Je vous remercie, souveraine et éternelle Bonté, de m’avoir fait connaître mon infirmité en me manifestant votre vérité et les illusions du démon et de l’amour-propre. Je supplie votre grâce et votre miséricorde de me mettre dans, l’impossibilité de m’écarter des enseignements que vous avez daigné donner à moi et à tous ceux qui voudront les suivre. Sans vous, rien ne peut se faire; j’ai donc recours à vous, je me réfugie en vous, ô Père éternel, et je ne vous implore pas pour moi seule, mais pour le monde entier et particulièrement pour le corps mystique de la sainte Église.

5. Que cette doctrine que vomis m’avez enseignée, à moi misérable, brille dans vos ministres Je vous le demande aussi spécialement pour tous ceux que vous m’avez donnés, que j’aime d’un amour particulier et que vous avez faits une même chose avec moi; car ils seront ma joie pour la gloire et l’honneur de votre nom, si je les vois courir dans cette douce et droite voie, parfaitement morts à leur volonté, à leurs opinions, purs de tout jugement, de tout scandale et de tout murmure contre leur prochain Je vous demande, ô mon doux Amour, qu’aucun ne me soit ravi par les mains de l’infernal démon, mais que tous parviennent à vous, ô Père, qui êtes leur fin dernière.

6. Je vous fais aussi une autre prière pour les deux appuis que vous avez donnés a ma faiblesse, pour les deux pères auxquels vous avez confié ici-bas la garde et l’enseignement de ma misère, depuis le commencement de ma conversion jusqu’à cette heure. Unissez-les ensemble; que leurs deux corps n’aient qu’une âme, et qu’ils ne pensent qu’à accomplir en eux et dans le ministère que vous leur avez donné, la gloire et l’honneur de votre nom pour le salut des âmes. Et moi, leur indigne et misérable servante, que j’agisse avec eux par amour pour vous, avec un grand respect et une sainte crainte, et que je fasse tout pour votre honneur, pour leur paix et leur repos et pour l’édification du prochain.

7. Je suis certaine, ô Vérité suprême! que vous ne méprisez pas mon désir et mes prières; car je sais, et Vous avez daigné me faire comprendre, surtout par expérience, que vous exauciez les Saints désirs. Moi, votre indigne servante, je m’efforcerai, avec le secours de votre grâce, d’observer votre doctrine et vos commandements.
8. Maintenant, ô Père, je me rappelle une parole que vous m’avez dite lorsque vous m’avez parlé des ministres de la Sainte Église. Vous m’avez annoncé que vous me montreriez plus en détail les fautes qu’ils commettent. S’il plaît à votre bonté de le faire, je vous écouterai pour augmenter en moi la douleur, la compassion que j’ai pour eux, et l’ardent désir que je ressens pour leur salut, car je me souviens que vous m’avez promis d’accorder aux souffrances, aux douleurs, aux sueurs, aux prières de vos serviteurs, le repos et la réforme de l’Église par de bons et saints pasteurs. Pour que je puisse mieux y travailler, accordez-moi ma demande.

CIX.- Dieu sollicite l’âme à la prière et répond à quelques-unes de ses demandes.

1. Alors Dieu, jetant un regard de miséricorde sur cette âme, ne méprisa pas son désir. Il accueillit sa prière, et pour satisfaire à la demande qu’elle lui avait faite au sujet de sa promesse, il lui disait: O ma très douce et très chère fille, je satisferai ton désir comme tu me le demandes, pourvu que de ton côté tu ne commettes pas d’erreur ou de négligence; car ta faute serait beaucoup plus grave et beaucoup plus digne de reproche maintenant qu’auparavant, puisque tu connais davantage ma vérité. Applique-toi donc à prier pour toutes les créatures raisonnables, pour le corps mystique de la sainte Église et pour ceux que je t’ai donnés et que tu aimes d’un amour particulier.

2. Oui, ne cesse jamais de prier avec ardeur; offre à tous l’exemple de ta vie, l’enseignement de ta parole; combats le vice et prêche la vertu autant que tu le pourras. Pour les appuis que je t’ai donnés, ce que tu m’as dit est vrai. Tâche d’être un moyen de donner à chacun ce dont il a besoin; c’est moi, ton Créateur, qui te ferai faire ce qui leur convient, car sans moi tu ne pourrais rien faire. Je remplirai tous tes désirs; mais ne cesse jamais d’espérer en moi, parce que ma providence ne vous manquera jamais. Que chacun reçoive humblement ce qu’il est capable de recevoir; qu’il remplisse le ministère que je lui ai confié, selon la mesure qu’il a reçue et qu’il recevra de ma bonté.

CX.- De la dignité des prêtres.- De la sainte Eucharistie, et de ceux qui la reçoivent dignement ou indignement.

1. Je vais répondre à ce que tu m’as demandé sur les ministres de la sainte Église, et pour que tu comprennes mieux la vérité, ouvre l’œil de ton intelligence et regarde leur excellence et la dignité à laquelle je les ai élevés. Comme les choses se comprennent mieux par leur contraire je veux te montrer la grandeur de ceux qui font saintement valoir le trésor que je leur ai confié. Tu verras ainsi davantage la misère de ceux qui, à cette époque, sont attachés au sein de l’Église, mon épouse.

2. Alors cette âme obéissante contempla la Vérité, et vit, briller la vertu de ceux qui la goûtent véritablement. Dieu lui disait: Ma fille bien-aimée, je veux d’abord te montrer la dignité que ma bonté leur a donnée, outre l’amour général que j’ai eu pour mes autres créatures en les créant à mon image et ressemblance, et en les faisant renaître à la grâce dans le sang de mon Fils unique.

3. L’union de ma divinité à la nature humaine par mon Fils vous a tellement élevés, qu’en cela vous surpassez l’ange même, puisque la Divinité a pris votre nature et non celle de l’ange, tellement que, comme, je te l’ai dit, Dieu s’est fait homme et l’homme est devenu Dieu par l’union des deux natures. Cette grandeur a été donnée à toutes les créatures, raisonnables; mais parmi les créatures j’ai choisi des ministres pour votre salut, afin que vous receviez de leur main le sang de l’humble Agneau sans tache, mon Fils unique. Je leur ai donné la charge d’administrer le soleil, en leur confiant la lumière de la science et la chaleur de la divine charité, et avec cette lumière et cette chaleur, la couleur, c’est-à-dire le sang et le corps de mon Fils.

4. Ce corps est un soleil; car il n’est qu’une même chose avec le vrai Soleil, et cette union est si grande, que la séparation est impossible; le soleil ne peut séparer sa lumière de sa chaleur, ni sa chaleur de sa lumière, tarit leur union est parfaite. Ce Soleil ne quitte pas son centre, il ne se divise pas pour éclairer tout le monde: quiconque le veut, participe à sa chaleur. Aucune souillure ne peut l’atteindre, et sa lumière lui est unie, ainsi que je te l’ai dit.

5. Le Verbe, mon Fils, avec son Sang précieux, est donc un soleil tout Dieu et tout homme; car il est une même chose avec moi, et moi avec lui. Ma puissance n’est pas Séparée de sa sagesse, et la chaleur, le feu du Saint-Esprit, n’est pas séparée du Père et du Fils, car il est une -même chose avec nous. Le Saint-Esprit procède du Père et du Fils; nous ne sommes qu’un même soleil.

6. Moi, je suis le Soleil, le Dieu éternel, principe du Fils et du Saint-Esprit; au Saint-Esprit est attribuée l’ardeur, au Fils la sagesse, et dans cette sagesse mes ministres reçoivent une lumière de grâce, parce qu’ils administrent cette lumière avec la lumière et la gratitude du bienfait qu’ils ont reçu de moi, le Père, en suivant la doctrine de la Sagesse, mon Fils unique.

7. Cette lumière est celle qui a en elle la couleur de votre humanité, unie l’une avec l’autre. La lumière de ma divinité a été la lumière unie à la couleur de votre humanité, et cette couleur est devenue lumineuse, quand elle devint impassible par la lumière de la nature divine. Par ce moyen, c’est-à-dire par le Verbe incarné, mêlé et uni à ma nature divine et à la chaleur, au feu de l’Esprit-Saint, vous avez reçu la Lumière. A qui l’ai-je donnée cette Lumière à administrer? A mes ministres, dans le corps mystique de la sainte Église, afin que vous ayez la vie, en vous donnant son corps pour aliment et son sang pour breuvage.

8. Je t’ai dit que ce corps est un soleil, et le corps ne peut vous être donné sans le sang, le sang ni le corps sans l’âme du Verbe; et l’âme ni le corps tans ma divinité, parce que l’une ne peut être séparée de l’autre; je t’ai dit ailleurs que la nature divine ne pouvait jamais être séparée de la nature humaine, ni par la mort, ni par aucune cause imaginable. Ainsi, dans cet ineffable sacrement, vous recevez toute l’essence divine sous la blancheur du pain, et comme le soleil ne peut se diviser, la divinité et l’humanité entières ne peuvent se diviser dans la blancheur de cette Hostie. Quand même l’Hostie serait divisée en des millions de parties, dans chacune de ses parties se trouverait le Dieu et l’homme tout entiers, comme je te l’ai dit. En partageant un miroir, on ne partage pas l’image qui se voit dans le miroir; de même en divisant l’Hostie, on ne divise pas la divinité et l’humanité, mais elles se trouvent en chaque partie dans leur totalité et sans être diminuées, comme le feu peut le faire comprendre.

9. Si tu avais une lumière, et si tout le monde venait en profiter, la lumière ne diminuerait pas pour cela, et chacun l’aurait vue complètement. Il est vrai qu’on participe plus ou -moins à cette lumière, selon ce qu’on présente à la flamme; un exemple te le fera comprendre. Si des personnes portaient des flambeaux de poids différents, d’une once, de deux, de trois, de six onces, ou d’une livre, et si elles les allumaient à une lumière, les flambeaux, petits ou grands, recevraient tous la lumière, sa chaleur et son éclat, et pourtant le flambeau d’une once aurait moins que celui d’une livre.

10. Il en est de même de ceux qui reçoivent ce sacrement: chacun porte son flambeau, c’est-à-dire le saint désir avec lequel il reçoit ce sacrement. Le flambeau est éteint, et il s’allume en recevant le sacrement. Je dis qu’il est éteint, parce que par vous-mêmes vous n’êtes rien, il est vrai que je vous ai donné la matière avec laquelle vous pouvez alimenter en vous cette lumière et la recevoir. Cette matière est l’amour; car je vous ai créés par amour, et vous ne pouvez vivre sans amour.

11. Cet être que vous a donné l’amour, a reçu au saint baptême, en vertu du sang de mon Fils, la disposition sans laquelle vous ne pourriez participer à cette lumière. Vous seriez comme un flambeau sans mèche, qui ne peut briller et recevoir la lumière. Il en serait de même pour vous, si votre âme n’avait cette mèche qui reçoit la lumière de la sainte foi, unie à la grâce que vous recevez au baptême, avec cette faculté de votre âme créée pour aimer. L’âme est tellement faite pour aimer, que sans amour elle ne peut vivre; car l’amour est vraiment sa nourriture. Mais où s’allume l’âme ainsi préparée? Au feu de ma divine charité, en m’aimant, en me craignant et en suivant la doctrine de mon Fils.

12. Il est vrai qu’elle s’enflammera plus ou moins, selon la matière qu’elle aura pour alimenter le feu, bien que vous ayez la même matière, puisque tous vous êtes créés à mon image et ressemblance, et qu’étant chrétiens, vous avez la lumière du saint baptême. Mais chacun peut croître en amour et en vertu, selon qu’il le veut, avec le secours de ma grâce. Vous ne changez pas la forme que je vous ai donnée; vous grandissez seulement et vous augmentez vos vertus, en exerçant votre libre arbitre dans l’ardeur de la charité, pendant que vous en avez le temps; car lorsque le temps est passé, vous ne pouvez rien faire.

13. Ainsi, vous pouvez croître en amour, comme je vous l’ai dit, et avec cet amour vous devez venir recevoir l’ineffable Sacrement, cette douce et glorieuse Lumière, que j’ai chargé mes ministres de vous distribuer pour votre nourriture. Vous recevez cette lumière selon la mesure de votre ‘amour et l’ardeur de votre désir; vous la recevez, comme je te l’ai expliqué, par l’exemple de ceux qui ont des flambeaux, et qui reçoivent la lumière selon l’importance de ces flambeaux, quoique la lumière soit complète et indivisible.

14. Cette lumière ne peut être divisée par l’imperfection de celui qui la reçoit ou de celui qui l’administre. Vous participez à la lumière, c’est-à-dire à la grâce que vous recevez dans ce sacrement, autant que vous vous disposez à le recevoir par un saint désir. Et si quelqu’un s’approche de ce sacrement en état de péché mortel, il ne reçoit pas la grâce, quoiqu’il reçoive réellement l’Homme-Dieu tout entier, ainsi que je te l’ai dit.

15. Ma fille bien-aimée, sais-tu à quoi ressemble cette âme qui me reçoit indignement? Elle ressemble à un flambeau qui est tombé dans l’eau et qui ne fait que pétiller quand on l’approche du feu; la flamme s’éteint dès qu’on l’y met, et il ne reste que la fumée. Il en est ainsi de l’âme: elle porte en elle te flambeau qu’elle a reçu dans le saint baptême, mais elle jette en elle l’eau du péché, et cette eau mouille la mèche, destinée à la lumière de la grâce dans le saint baptême. Tant qu’elle ne l’a pas séchée par le feu d’une vraie contrition et par l’humble confession de ses fautes, elle va au banquet de l’Autel recevoir cette lumière corporellement, mais non spirituellement.

16. Ainsi, quand l’âme n’est pas disposée comme elle devrait l’être pour un aussi grand mystère, cette vraie Lumière ne reste pas en elle par la grâce; mais elle disparaît, elle s’éteint, et l’âme reste dans une confusion plus grande les ténèbres du péché augmentent, et elle n’éprouve autre chose de ce sacrement qu’un remords de conscience de plus, non par l’effet de la Lumière qui ne peut jamais être altérée, mais par l’effet de l’eau du péché qui est dans l’âme et qui l’empêche de recevoir la Lumière.

17. Tu vois donc qu’en aucune manière cette Lumière, unie à sa chaleur et à sa couleur, ne peut être altérée, ni par la faiblesse du désir que l’âme apporte à recevoir ce sacrement, ni par la faute de l’âme qui le reçoit, ni par celle de celui qui l’administre. Je te disais que le soleil, en éclairant une chose immonde, n’en est jamais souillé; de même cette douce Lumière, dans ce sacrement, ne peut jamais être souillés, ni divisée, ni diminuée, ni séparée de son centre, quoique le monde entier participe à sa lumière et à sa chaleur.

18. Ainsi, le soleil du Verbe, mon Fils, ne se sépare jamais de moi, le Soleil son Père, lorsque dans le corps mystique de la sainte Église, il est administré à tous ceux qui veulent le recevoir; mais il est toujours en moi; et vous le recevez cependant, Dieu et homme tout entier, comme je te l’ai expliqué par la comparaison de la lumière, où tous les hommes pourraient allumer leurs flambeaux, en la laissant dans sa totalité.

Traité de la prière II – Chapitre CV, CVI, CVII

CV.-  Résumé des choses précédentes.- Explication sur la correction du prochain.

1. Maintenant, ma très chère fille, je satisferai ton désir, et je t’expliquerai ce que tu me demandais sur la manière de reprendre ton prochain sans te laisser tromper par le démon, ou par la faiblesse de ta vue. Tu dois le reprendre d’une manière générale, et non particulière, à moins que je ne te l’aie expressément révélé; mais toujours avec une grande humilité, et en te reprenant toi-même avec les autres.

2. Je t’ai dit, et je te répète qu’en aucune occasion il n’est permis de juger les créatures et les âmes de mes serviteurs suivant les dispositions heureuses ou fâcheuses où on les trouve. Car tu es incapable de les juger, et en le faisant tu te tromperais dans tes jugements. Vous devez compatir au prochain, et me le laisser juger.

3. Je t’ai dit aussi la règle que tu devais donner à ceux qui viendraient te consulter et qui voudraient sortir des ténèbres du péché mortel et suivre les sentiers de la vertu. Il faut leur donner pour principe et fondement l’amour de la vertu, par la connaissance d’eux-mêmes et la connaissance de ma bonté envers eux; il faut leur faire tuer et détruire leur propre volonté, afin qu’elle ne se révolte jamais contre moi. Montre-leur la pénitence comme un moyen, et non comme un but; elle ne doit pas être égale pour tous, mais elle doit se régler sur l’aptitude, les forces et l’état de chacun: les uns peuvent beaucoup, les autres moins, selon leurs dispositions extérieures.

4. Je t’ai dit qu’il ne fallait reprendre le prochain que d’une manière générale, et c’est la vérité. Je ne veux pas cependant que tu penses qu’en voyant un défaut formel dans quelqu’un, tu ne puisses le reprendre entre toi et lui. Tu peux le faire, et même s’il s’obstine et s’il ne se corrige pas, tu peux le dire à deux ou trois personnes et si cela ne sert de rien, tu peux le déclarer au corps mystique de la sainte Église (S. Matthieu, XVIII, 15-17), Mais je t’ai dit d’être prudente et de ne pas te hâter sur des apparences que tu verras dans ton esprit ou extérieurement. A moins de voir clairement la vérité, ou d’en recevoir une révélation positive, tu ne dois reprendre personne, si ce n’est comme je te l’ai dit: c’est le parti le plus sûr pour que le démon ne te trompe pas sous le manteau de la, charité. J’ai fini maintenant, ma bien chère fille, de t’expliquer ce qui est nécessaire pour conserver et accroître la perfection de l’âme.

CVI. -Des signes qui font connaître si les visites et les visions spirituelles viennent de Dieu ou du démon.

1. Je vais te dire maintenant ce que tu, me demandais sur le signe que je donne à l’âme dans ses visions et ses consolations spirituelles pour distinguer les visites qu’elle reçoit, et pour reconnaître si elles viennent de moi ou d’un autre. Je t’ai dit que le signe de ma visite était ta joie que je laissais dans l’âme et la faim de la vertu qu’elle ressent, les sentiments d’une humilité sincère et l’ardeur de la divine charité. Tu m’as demandé si dans cette joie ne pouvait pas se rencontrer quelque illusion, parce que tu voudrais suivre la route la plus sûre et le signe de la vertu qui ne peut t’égarer. Je te dirai le piège que tu dois craindre et comment tu reconnaîtras si cette joie est bonne ou mauvaise. Voici la manière dont l’ennemi peut vous tromper.

2. Apprends que toute créature raisonnable qui aime et désire une chose, éprouve de la joie lorsqu’elle la possède; et plus elle aime cette chose, moins elle la voit avec discernement, moins elle s’applique à la connaître avec prudence. Elle est tout entière à la jouissance de ce qu’elle a désiré, et la joie qu’elle y trouve la rend aveugle à son sujet. Aussi ceux qui aiment et désirent trop les consolations spirituelles, recherchent les visions et s’attachent plus aux douceurs des consolations qu’à moi-même, comme je te l’ai dit de ceux qui sont dans l’état imparfait, parce qu’ils s’arrêtent plus aux faveurs qu’ils reçoivent de moi qu’à l’ineffable charité avec laquelle je leur donne.

3. Ces personnes peuvent être trompées dans leur joie, sans compter les autres dangers qui les menacent. Comment sont-elles trompées? Le voici: Lorsque l’âme s’est passionnée pour la consolation et qu’elle la reçoit de quelque manière, elle ressent une grande joie, parce qu’elle voit ce qu’elle aime et ce qu’elle désire. Souvent ces consolations peuvent venir du démon, et l’âme en ressent cependant de la joie. Mais, je te l’ai dit, quand c’est le démon qui agit, cette visite de l’âme commence dans la joie et finit dans la peine, le trouble de la conscience et l’indifférence de la vertu.

4. Quelquefois l’âme peut avoir cette joie et la conserver jusqu’à la fin de l’oraison, mais si cette joie se trouve sans un ardent désir de la vertu, si elle n’est pas embaumée d’humilité et embrasée du feu de ma divine charité, ces visites, ces consolations, ces visions qu’elle a reçues sont du démon et non de moi, quoiqu’elle éprouve le signe de la joie. Puisque cette joie n’est pas unie à l’amour de la vertu, il est évident qu’elle vient de l’amour que l’âme avait pour sa propre consolation. Elle jouit, elle est heureuse parce qu’elle a ce qu’elle désirait, car c’est le propre de tout amour de ressentir de la joie quand il reçoit ce qu’il aime.

5. Tu ne dois donc pas te fier à ta seule joie, lors même qu’elle durerait pendant toute la consolation, et encore davantage. L’amour aveuglé par cette joie ne peut reconnaître la tromperie du démon, s’il n’agit pas avec prudence, mais en agissant avec prudence, l’âme verra si la joie est accompagnée de l’amour de la vertu, et par ce moyen elle connaîtra si la visite qu’elle reçoit vient de moi ou du démon.

6. Ainsi pour reconnaître quand c’est moi qui te visite, il faut que ta joie soit unie à la vertu; c’est le signe que je t’ai donné et qui te fera discerner l’erreur et la vérité, c’est-à-dire la joie qui viendra réellement de moi et la’ joie qui viendra de l’amour-propre spirituel uniquement attaché à la consolation. Ma visite donne la joie unie à l’amour de la vertu, et celle du démon, donne la joie seulement. Quand on s’aperçoit que la vertu n’augmente pas, on doit en conclure que la joie procède de l’amour de la consolation.

7. Je veux que tu saches que tous ne sont pas trompés par cette joie; il n’y a que les imparfaits qui recherchent la consolation et qui s’attachent plus au bienfait qu’au bienfaiteur. Mais ceux qui sont embrasés pour moi d’un amour pur et désintéressé, ceux qui aiment le bienfait à cause du bienfaiteur et non à cause de leur consolation, ceux-là ne peuvent jamais être trompés par cette joie; car ils ont un signe certain pour reconnaître que le démon veut les tromper en se transformant en ange de lumière et en les remplissant d’allégresse. Ils ne sont point passionnés pour la consolation, et ils reconnaissent avec prudence le piège du démon; leur joie passe vite, et comme ils voient qu’ils sont dans les ténèbres, ils s’humilient dans la vraie connaissance d’eux-mêmes. Ils méprisent toute consolation et embrassent avec ardeur la doctrine de ma Vérité. Le démon, honteux de sa défaite, ne revient jamais ou presque jamais sous cette forme.

8. Ceux qui aiment leur consolation seront souvent ainsi trompés, mais ils reconnaîtront leur illusion par le moyen que je t’indique, c’est-à-dire en s’apercevant que cette joie n’est pas accompagnée de l’amour de la vertu, de l’humilité, de la vraie charité, du désir de mon honneur et du salut des âmes. Mon ineffable bonté donne ainsi aux parfaits et aux imparfaits, dans quelque état qu’ils soient, un moyen de n’être jamais trompé. Si vous voulez conserver la lumière de l’intelligence que je vous donne par la sainte foi, ne la laissez jamais obscurcir par le démon et par l’amour-propre; car si vous ne la perdez pas volontairement, personne ne pourra vous l’enlever.

CVII. – Dieu satisfait aux désirs de ses serviteurs.- Combien lui sont agréables ceux qui frappent avec persévérance à la porte de la Vérité.

1. Maintenant, ma très chère fille, j’ai clairement dévoilé, à l’œil de ton intelligence les pièges que le démon pourrait te tendre, et j’ai satisfait aux demandes que tu m’avais adressées, car je ne méprise jamais les désirs de mes serviteurs; je donne à qui demande, et je vous invite à demander. J’ai en aversion celui qui ne frappe pas véritablement à la porte de mon Fils en suivant sa doctrine. Suivre sa doctrine, c’est frapper en m’appelant par la voix du saint désir, par d’humbles et continuelles prières.

2. Je suis le Père qui vous donne le pain de la grâce à la porte de ma douce Vérité. Quelquefois, pour éprouver vos désirs et votre persévérance, je parais ne pas entendre, mais je vous entends bien et je vous donne ce dont,vous avez besoin; car je vous donne la faim et la voix avec laquelle vous criez vers moi. En voyant votre constance, j’accomplis vos désirs lorsqu’ils sont justes et dirigés vers moi. C’est à demander ainsi que ma Vérité vous invite lorsqu’elle dit: « Appelez et on vous répondra; frappez et on vous ouvrira; demandez et on vous donnera ».

3. Et moi je te le dis aussi: Je ne veux pas que tu te lasses de désirer et de chercher mon secours. Que ta voix ne cesse jamais de crier vers moi pour que je fasse miséricorde au monde. Frappe toujours à la porte de mon Fils; aime à être avec lui sur la croix, à te nourrir de la nourriture des âmes pour la gloire et l’honneur de mon nom, et à gémir dans l’angoisse de ton cœur sur la perte des hommes que tu vois plongés dans une telle misère, que la, langue ne saurait jamais la raconter. C’est par vos cris et vos gémissements que je veux faire miséricorde au monde. Et c’est pour cela que je les demande à mes serviteurs; ils me prouveront ainsi qu’ils m’aiment en vérité, et je te l’ai dit, je ne mépriserai pas leur désir.