Tous les articles par offrandeadmin

Le saint Rosaire

Le saint Rosaire, ou chapelet, est une forme de prière en vogue dans l’Église catholique depuis mille ans environ. Il est composé de séquences de cinq dizaines d’Ave Maria, entrecoupées de Pater Noster, au cours desquelles ont médite des évènements particuliers de la vie de Jésus est Marie.

Traditionnellement au nombre de trois séquences, on l’appelait le Psautier de la Vierge car les 150 Ave correspondaient aux 150 Psaumes. Depuis Jean-Paul II, une quatrième séquence de cinq dizaines a été introduite.

Le mot Rosaire vient de Rosarium, qui signifie couronne de roses ou roseraie. Cela se réfère à différents écrits et au titre de Rose mystique ou Rose sans épines ou Fleur des fleurs qui est décerné, avec beaucoup d’autres à la Vierge Marie.

L’usage est d’attribuer la codification et la promotion du Rosaire à saint Dominique (1170-1221). Il l’aurait promu dans cette forme en 1208. Mais il a sans doute prolongé une tradition plus ancienne, car il était en usage déjà chez les cisterciens. Il est indéniable, en tous cas, que le Rosaire reste légitimement attaché aux dominicains.

Cette dévotion fut progressivement généralisée par les saints, notamment par le bienheureux Alain de la Roche, un dominicain (1428-1475), ainsi que par plusieurs papes.

Grignion de Montfort (1673-1716) un breton comme Alain de la Roche, en fut un promoteur ardent, délivrant ses conseils dans Le Secret Admirable du Très Saint Rosaire pour se convertir et se sauver.

Dans cet ouvrage, il demande d’avoir toujours en vue, en récitant le Rosaire, « quelques grâces à demander, quelque vertu à imiter, ou quelque péché à détruire ».

L’Église consacre au Rosaire tout le mois d’octobre en souvenir de la bataille de Lépante (1571) où la victoire sur les forces ottomanes fut attribuée à sa récitation généralisée que décréta le pape Pie V.

C’est le 7 octobre 1950, en la fête de N.D. du Rosaire et en l’année sainte, que Mère Teresa se mit au service des plus pauvres d’entre les pauvres, partageant leur vie. Elle revêt son célèbre sari blanc bordé de bleu puis fonde, la congrégation des missionnaires de la Charité.

Au Moyen-Orient, sainte Marie-Alphonsine Danil Ghattas (1843-1927) bénéficie à Bethléem, où elle avait été envoyée, d’apparitions de la Vierge Marie qui lui demande de fonder la congrégation du Saint-Rosaire « dans ces régions où j’ai connu la joie, la souffrance et la gloire ». Ce qui rappelle les trois mystères du Rosaire : joyeux, douloureux et glorieux.

La Congrégation est expressément destinée au monde arabe. Elle est la seule à avoir été fondée en Terre Sainte. Le Rosaire (en arabe, al-Wardiyya) est prié intégralement chaque jour par les religieuses dans l’ensemble des maisons fondées.

À Kibeho, la Vierge Marie enseigne un « chapelet des douleurs », méditations sur dix évènements douloureux de la « Mère du Verbe » qui complètent le Rosaire usuel.

Maria Valtorta, en tant que tertiaire des Servites de Marie, partageait la dévotion à Notre-Dame des Sept-Douleurs (Maria Addolorata).

Jean-Paul II proclama une année du rosaire au début du 3ème millénaire et publia à cette occasion sa lettre apostolique Rosarium Virginis Mariae. Il qualifie le chapelet de « prière d’une grande signification, destinée à porter des fruits de sainteté ».

Selon sœur Lucie de Fatima :

La très sainte Vierge, en ces derniers temps que nous vivons, a donné une efficacité nouvelle à la récitation du Rosaire ; de telle façon qu’il n’y a aucun problème, si difficile soit-il, temporel ou surtout spirituel, se référant à la vie personnelle de chacun de nous, de nos familles, des familles du monde ou des communautés religieuses, ou bien à la vie des peuples et des nations ; il n’y a aucun problème si difficile soit-il, que nous ne puissions résoudre par la prière du saint Rosaire. Avec le saint Rosaire nous nous sauverons, nous nous sanctifierons, nous consolerons Notre-Seigneur et obtiendrons le salut de beaucoup d’âmes.

On retrouve ce type d’enseignement dans les dictées reçues de la Vierge Marie par Maria Valtorta.

Le chapelet accompagne presque toutes les apparitions mariales du XIXe et du XXe siècle.

La Vierge Marie dit au Padre Pio dans un songe où il se voyait en danger de mort : « Ne crains rien, je suis là. Prends ton arme et sers-t’en ! ». Cette arme était bien sûr le chapelet.

Source

Prière à Saint-Joseph du pape Léon XIII

Ô Bienheureux Joseph, Gardien très vigilant de la Sainte Famille

Ô Bienheureux Joseph, nous recourons à vous, dans notre tribulation, et, après avoir imploré le secours de votre Très Sainte Épouse, nous sollicitions aussi, en toute confiance, votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, au nom de l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de jeter un regard propice, sur l’héritage acquis par Jésus-Christ, au prix de Son Sang, et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans nos besoins.

Ô Gardien très vigilant de la Sainte Famille, protégez la famille privilégiée de Jésus Christ. Père très aimant, préservez-nous de toute contagion, de la corruption et de l’erreur; protecteur très puissant, soyez nous secourable et assistez-nous, du haut du Ciel, dans le combat que nous avons à soutenir contre la puissance des ténèbres.

Et de même qu’autrefois vous avez arraché l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la Sainte Église de Dieu contre les embûches de l’ennemi et contre toute adversité, et couvrez-nous de votre constante protection, afin que nous puissions, à votre exemple et par votre assistance, vivre saintement, mourir pieusement, et obtenir l’éternelle félicité dans le Ciel.

Amen.

3 ans d'indulgence, chaque fois - 7 ans quand on récite cette prière à la suite du Saint-Rosaire en octobre - Plénière, une fois par mois, pour la récitation quotidienne pendant un mois

Enchiridion des indulgences 1999 – CONCESSIONS – Visites de lieux sacrés

PÉNITENCERIE APOSTOLIQUE

ENCHIRIDION DES INDULGENCES, NORMES ET CONCESSIONS

Texte typique latin, Libreria Editrice Vaticana, 1999.
Texte français, éditions Lethielleux, 2000

533 – Visites de lieux sacrés

(Visitationes locorum sacrorum)

§ 1. Une indulgence plénière est accordée au fidèle qui visite en y récitant pieusement le Pater et le Credo :

1° l’une des quatre basiliques patriarcales de Rome, soit en s’y rendant avec d’autres pèlerins, soit au moins en exprimant durant la visite son attachement de soumission filiale envers le Pontife Romain ;

2° une basilique mineure
a) en la solennité des Saints Apôtres Pierre et Paul,
b) le jour de la solennité du Titulaire,
c) le 2 août, jour de l’indulgence de la « Portioncule »,
d) une fois dans l’année, un jour au choix du fidèle ;

3° l’église cathédrale
a) en la solennité des Saints Apôtres Pierre et Paul,
b) le jour de la solennité du Titulaire,
c) lors de la célébration liturgique de la Chaire de Saint Pierre Apôtre,
d) le jour de la dédicace de l’Archibasilique du Saint Sauveur au Latran,
e) le 2 août, jour de l’indulgence de la « Portioncule » ;

4° un sanctuaire international, national ou diocésain constitué par l’autorité compétente
a) le jour de la solennité du Titulaire,
b) une fois dans l’année, un jour au choix du fidèle ;
c) à chaque fois qu’il participe à un pèlerinage collectif à ce sanctuaire ;

5° l’église paroissiale
a) le jour de la solennité du Titulaire,
b) le 2 août, jour de l’indulgence de la « Portioncule » ;

6° une église ou un autel, le jour même de leur dédicace ;

7° une église ou un oratoire d’un Institut de Vie consacrée ou d’une Société de vie apostolique, le jour consacré à leur fondateur.

§ 2. Une indulgence plénière est accordée au fidèle qui participe aux offices d’une église le jour où elle est « Station » ; s’il la visite avec dévotion, à chaque fois l’indulgence sera partielle.

§ 3. Une indulgence partielle est accordée au fidèle qui visite pieusement un cimetière des premiers chrétiens ou « catacombe ».

Enchiridion des indulgences 1999 – CONCESSIONS – Synode diocésain

PÉNITENCERIE APOSTOLIQUE

ENCHIRIDION DES INDULGENCES, NORMES ET CONCESSIONS

Texte typique latin, Libreria Editrice Vaticana, 1999.
Texte français, éditions Lethielleux, 2000

531 – Synode diocésain

(Synodus dioecesana)

Une indulgence plénière est accordée une seule fois au fidèle qui, pendant le temps du Synode diocésain, visite pieusement l’église où se tient le Synode et y récite le Pater et le Credo.

Enchiridion des indulgences 1999 – CONCESSIONS – Lecture de l’Écriture Sainte

PÉNITENCERIE APOSTOLIQUE

ENCHIRIDION DES INDULGENCES, NORMES ET CONCESSIONS

Texte typique latin, Libreria Editrice Vaticana, 1999.
Texte français, éditions Lethielleux, 2000

530 – Lecture de l’Écriture Sainte

(Sacrae Scripturae lectio)

§ 1. Une indulgence plénière est accordée au fidèle qui lit la Sainte Écriture, dans une version approuvée par l’autorité compétente, avec la vénération due à la parole divine et par manière de lecture spirituelle, pendant au moins une demi-heure. Si le temps est plus court l’indulgence est partielle.

§ 2. Si pour un motif raisonnable quelqu’un ne peut lire, une indulgence plénière ou partielle lui est concédée comme ci-dessus s’il écoute le texte de l’Écriture lu par un autre, ou au moyen d’instruments « video » ou « audio ».

Enchiridion des indulgences 1999 – CONCESSIONS – Pour les fidèles défunts

PÉNITENCERIE APOSTOLIQUE

ENCHIRIDION DES INDULGENCES, NORMES ET CONCESSIONS

Texte typique latin, Libreria Editrice Vaticana, 1999.
Texte français, éditions Lethielleux, 2000

529 – Pour les fidèles défunts

(Pro fidelibus defunctis)

§ 1. Une indulgence plénière, applicable seulement aux âmes du Purgatoire, est accordée au fidèle qui :

1° visite dévotement le cimetière et prie pour les défunts, ne serait-ce que mentalement, entre le 1er et le 8 novembre.
2° le jour où est célébrée la commémoration de tous les fidèles défunts (ou bien, avec le consentement de l’Ordinaire, le dimanche précédent ou suivant, ou le jour de la solennité de la Toussaint), visite pieusement une église ou un oratoire et y récite le Pater et le Credo.

§ 2. Une indulgence partielle applicable seulement aux âmes du Purgatoire, est accordée au fidèle qui

1° visite dévotement un cimetière et prie pour les défunts, ne serait-ce que mentalement ;
2° récite dévotement les Laudes ou les Vêpres de l’Office des défunts, ou l’invocation Requiem aeternam.

Les assemblées d’évêques compétentes auront soin d’ajouter aux éditions de l’Enchiridion en diverses langues, les prières pour les défunts les plus courantes dans leur territoire et les plus chères aux fidèles.

Requiem aeternam

A nos frères défunts, accorde, Seigneur, l’éternel repos ; et que brille à leurs yeux la lumière sans déclin.

Qu’ils reposent en paix. Amen.

(Ordo exsequiarum)

Requiem aeternam dona eis, Domine, et lux perpetua luceat eis.
Requiescant in pace. Amen.

Enchiridion des indulgences 1999 – CONCESSIONS – Profession de foi et actes des vertus théologales

PÉNITENCERIE APOSTOLIQUE

ENCHIRIDION DES INDULGENCES, NORMES ET CONCESSIONS

Texte typique latin, Libreria Editrice Vaticana, 1999.
Texte français, éditions Lethielleux, 2000

528 – Profession de foi et actes des vertus théologales

(Professio fidei et actus virtutum theologalium)

§ 1. Une indulgence plénière est accordée au fidèle qui dans la célébration de la Vigile pascale ou le jour anniversaire de son baptême, renouvelle les promesses du baptême selon une formule légitimement approuvée.28

§ 2. Une indulgence partielle est accordée au fidèle qui,

1° renouvelle les promesses du baptême par une formule quelconque ;28
2° fait dévotement le signe de la croix, en disant selon l’usage : Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen ;28
3° récite pieusement le symbole des Apôtres ou le symbole de Nicée-Constantinople ;28
4° récite pieusement, selon une quelconque formule légitime, les « actes » de Foi, d’Espérance et de Charité.28

Enchiridion des indulgences 1999 – CONCESSIONS – Première Messe des prêtres et célébrations jubilaires des Ordinations

PÉNITENCERIE APOSTOLIQUE

ENCHIRIDION DES INDULGENCES, NORMES ET CONCESSIONS

Texte typique latin, Libreria Editrice Vaticana, 1999.
Texte français, éditions Lethielleux, 2000

527 – Première Messe des prêtres et célébrations jubilaires des Ordinations

(Prima sacerdotum Missa et iubilares Ordinationum celebrationes)

§ 1. Une indulgence plénière est accordée

1° au prêtre qui célèbre sa première Messe en présence de peuple au jour fixé,
2° aux fidèles qui assistent avec dévotion à cette Messe.27

§ 2. De même, une indulgence plénière est accordée

1° à ceux qui célèbrent le 25e, 50e, 60e et 70e anniversaire de leur ordination sacerdotale, et qui auront renouvelé devant Dieu la résolution d’accomplir fidèlement les devoirs de leur vocation ;27
2° aux évêques qui lors des 25e, 40e et 50e anniversaires de leur ordination épiscopale auront renouvelé devant Dieu la résolution d’exercer fidèlement les devoirs de leur état ;
3° aux fidèles qui assistent dévotement à la célébration de la Messe jubilaire.27

Enchiridion des indulgences 1999 – CONCESSIONS – Prières de supplication et d’action de grâces

PÉNITENCERIE APOSTOLIQUE

ENCHIRIDION DES INDULGENCES, NORMES ET CONCESSIONS

Texte typique latin, Libreria Editrice Vaticana, 1999.
Texte français, éditions Lethielleux, 2000

526 – Prières de supplication et d’action de grâces

(Preces supplicationis et gratiarum actionis)

§ 1. Une indulgence plénière est accordée au fidèle qui participe dévotement, dans une église ou un oratoire, au chant ou à la récitation solennelle de :

1° l’hymne Veni Creator (« Viens Esprit Saint »), le premier de l’an pour implorer l’aide divine pour tout le cours de l’année, ou encore en la solennité de la Pentecôte ;26
2° l’hymne Te Deum (« A toi Dieu »), le dernier jour de l’année, en action de grâces à Dieu pour tous les bienfaits reçus tout au long de l’année.

§ 2. Une indulgence partielle est accordée au fidèle qui,

1° au début et à la fin de la journée,
2° en commençant et en accomplissant son travail,
3° avant et après le repas,

fera dévotement une prière de supplication et d’action de grâces approuvée légitimement (par exemple Actiones nostras ; Adsumus ; Agimus tibi gratias ; Bénis-nous Seigneur ; Dieu qui nous as fait parvenir ; Écoute-nous ; Te Deum [A toi Dieu] ; Veni, Creator ; Veni, Sancte Spiritus ; Visita, quaesumus, Domine).

Actiones nostras 

Que ta grâce inspire notre action, Seigneur, et la soutienne jusqu’au bout, pour que toutes nos activités prennent leur source en toi et reçoivent de toi leur achèvement. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

(Prière pour demander l’aide divine avant toute action : MR, Jeudi après les Cendres, Collecte ; LH, lundi de la première semaine aux Laudes).

Actiones nostras, quaesumus, Domine, aspirando praeveni et adiuvando prosequere : ut cuncta nostra operatio a te semper incipiat et per te coepta finiatur. Per Christum Dominum nostrum. Amen.

Adsumus

Nous voici en Ta présence, ô Seigneur, Saint-Esprit. Nous voici sous le poids du péché, mais rassemblés aujourd’hui en ton nom.

Viens à nous. Sois avec nous. Daigne entrer dans nos cœurs.

Enseigne-nous ce que nous devons faire, où nous devons aller et montre-nous ce que nous devons accomplir, pour que, avec ton aide, nous puissions te plaire en tout.

Sois le seul inspirateur et auteur de nos jugements, toi qui seul, avec Dieu le Père et le Fils, possèdes le nom glorieux.

Ne nous laisse pas faire obstacle à la justice, toi qui aimes pardessus tout l’équité. Que l’ignorance ne nous entraîne pas dans l’erreur, que la faveur ne nous infléchisse pas, que les présents ou l’acception de personne ne nous corrompent pas.

Mais attache-nous efficacement à toi par le don de ta grâce seule, pour que nous soyons un en toi et qu’en rien nous ne nous détournions de la vérité ; que, rassemblés en ton nom, nous gardions en tout la justice tempérée par la charité, afin qu’ici-bas notre sentiment ne s’écarte en rien de toi et que, dans le siècle futur, nous obtenions, pour nos bonnes actions, la récompense éternelle. Amen.

(Prière avant une réunion d’étude d’intérêt commun)

Agimus tibi gratias

Nous te rendons grâces pour tous tes bienfaits, ô Dieu tout-puissant, qui vis et règnes dans les siècles des siècles. Amen.

(Prière d’action de grâce)

Bénis-nous Seigneur

Bénis-nous Seigneur, et bénis ? ces dons que nous recevons de ta bonté pour nourriture. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Benedic, Domine, nos et haec tua dona, quae de tua largitate sumus sumpturi. Per Christum Dominum nostrum. Amen.

(De Ben., 785)

Dieu qui nous as fait parvenir au début de ce jour, sauve-nous aujourd’hui par ta puissance : que nos cœurs ne s’abandonnent pas au péché mais que, par nos pensées, nos paroles et nos actes, nous cherchions la justice du Royaume. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

(LH, Lundi de la 2e semaine aux Laudes).

Écoute-nous, Seigneur, Père saint, Dieu tout-puissant et éternel, et daigne nous envoyer du ciel ton saint Ange, pour qu’il garde, soutienne, protège, visite et défende tous ceux qui sont présents en ce lieu. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Veni, Sancte Spiritus

Viens, Esprit-Saint, remplis le cœur de tes fidèles, allume en eux le feu de ton amour.

(LH, Pentecôte)

Visita, quaesumus Domine

Nous t’en supplions, Seigneur, visite cette maison, et repousse loin d’elle toutes les embûches de l’ennemi ; que tes saints anges viennent l’habiter pour nous garder dans la paix ; et que ta bénédiction demeure à jamais sur nous. Par le Christ notre Seigneur. Amen.

(Lit. des Heures, Complies du dimanche soir).