Archives de catégorie : Rosaire

Recueil de plusieurs indulgences

Extrait du Livre d’or des âmes du purgatoire

Recueil de plusieurs indulgences que tout Fidèle peut gagner, Et de celles qui sont attachées aux CHAPELETS ou ROSAIRES, nommés Brigittains, bénis par le Souverain Pontife, ou par celui à qui il en a accordé le pouvoir.

Résumé – Pense-bête des indulgences

1. Possible d’attacher l‘indulgence plénière du chemin de croix sur son crucifix
2. S’inscrire à la Confrérie du Saint-Rosaire
3. Porter son chapelet pieusement sur soi : 100 ans /jour
4. Faire Rosarié son chapelet : 2,025 jours/grain
5. Obtenir Indulgence plénière – Bénédiction des frères Croisier sur le chapelet
6. Indulgence Sainte-Brigitte

  • Indulgence plénière chaque fois qu’on s’approche des sacrements, si on récite trois chapelets par semaine, pour le triomphe de l’Église ;
  • 50 ans, une fois le jour, en récitant un chapelet dans une église où est établie la confrérie du saint Rosaire ;
  • 10 ans et 10 quarantaines, une fois le jour, en récitant un chapelet, étant au moins deux;
  • 7 ans et 7 quarantaines, à chaque jour du mois du Rosaire (octobre), en récitant un chapelet ;
  • 7 ans et 7 quarantaines, chaque semaine, en récitant trois chapelets durant la dite semaine.
  • 5 ans et 5 quarantaines, à chaque Je vous salue, Marie, si l’on prononce dévotement le nom de Jésus.

AVERTISSEMENT

Ne vous scandalisez pas, âmes lâches, de ce nombre étendu d’Indulgences, dont l’Église, notre mère commune, favorise ses enfants dans les jours de sa miséricorde. Cessez d’attaquer par vos blasphèmes ce que vous ignorez. Le mot Indulgence signifie pardon ou rémission. Toute Indulgence suppose nécessairement un péché commis : si l’on n’avait commis aucun péché, on n’aurait pas besoin d’Indulgence. Quoique le péché soit remis par la digne réception du Sacrement de Pénitence ; cependant, le châtiment que mérite le péché, n’est pas remis par l’absolution du Prêtre ; ce châtiment n’est remis dans cette vie, que par les pénitences proportionnées que les Confesseurs imposent, par celles qu’on pratique soi-même, et par les Indulgences qu’on s’efforce de gagner. Ce châtiment s’expie, après la mort, par les feux du Purgatoire. Plus vous êtes soigneux de gagner les Indulgences, plus vous abrégez les peines de l’autre vie.

L’Indulgence est donc la rémission de la peine temporelle due au péché, accordée entièrement ou en partie aux pénitents bien disposés ; car il y a deux sortes d’indulgences, l’Indulgence plénière et l’Indulgence limitée.

L’Indulgence plénière est la rémission entière de toute la peine temporelle due au péché ; de sorte que si vous êtes assez heureux de la gagner dans toute sa plénitude, vous entrez dans le Ciel sans passer même par les flammes du Purgatoire : mais qu’il est rare de la gagner dans toute sa plénitude ! Il faut pour cet effet, non seulement être exempt de tout péché mortel, mais encore de tout péché véniel, mais encore de la moindre affection au péché véniel. Qui peut se flatter de se trouver dans cet heureux état ? Ce qui doit consoler dans cette incertitude, c’est que si on ne gagne pas l’Indulgence dans toute sa plénitude, on en gagne au moins une partie ; il faut donc à cet effet y apporter les plus grandes dispositions.

L’Indulgence limitée est la rémission d’une partie de la peine temporelle due au péché, telles sont les Indulgences de quarante jours, de cent jours, de 100 ans, 200 ans, &c. J’entends quelqu’un s’écrier : Quelle folie ! D’accorder des Indulgences de cent ans, de deux cents ans ! Vivrai-je cent ans, deux cents ans ? Langage hérétique, puisque vous blâmez la pratique de l’Église, votre Mère. Sachez que quand l’Église favorise ses enfants de ces sortes d’Indulgences, c’est comme si elle leur disait : Vous méritez pour tel péché de faire pénitence pendant quarante jours, je vous en accorde la rémission si vous faites ce que je vous ordonne. Vous méritez pour tel péché de faire pénitence pendant cent ans, deux cents ans si vous viviez ; je vous en accorde le pardon. Combien, dont les péchés sont si énormes et si multipliés, que s’ils vivaient 1000 ans, 2000 ans, ils ne seraient pas encore à bout des pénitences qu’ils devraient faire pour effacer entièrement la peine temporelle due à leurs péchés !

Admirez donc la bonté libérale de l’Église, qui nous procure un moyen si sûr et si abondant ; car elle est dépositaire d’un trésor inépuisable, composé des mérites infinis de J. C., des satisfactions surabondantes de la Sainte Vierge, et d’un grand nombre de Saints, d’où les Indulgences tirent leur force, leur vertu et leur efficacité ; et l’Église, usant du pouvoir que J. C., son Chef invisible, lui a donné, en enrichit les Fidèles dans leur besoin. Ainsi, gagnant une Indulgence, nous participons dès-lors aux mérites infinis de J. C., aux satisfactions surabondantes de la Sainte Vierge et des Saints. Ce n’est pas au fond que l’intention de l’Église, en accordant des Indulgences, soit de diminuer les pénitences qu’on peut faire, mais elle a intention de suppléer au défaut de celles qu’on n’est pas en état de pratiquer. Ainsi, quoique je gagne une Indulgence, je ne suis pas pour cela dispensé de faire des pénitences convenables et proportionnées autant qu’il est en mon pouvoir. Ne perdons jamais l’occasion d’en profiter, elles nous entretiendront dans un esprit de ferveur ; elles suppléeront au défaut de pénitence que nous devons, mais que nous ne pouvons faire ; elles abrégeront les peines de l’autre vie.

Pour gagner les Indulgences plénières, il faut (suivant un Décret du 9 Décembre 1765, donné par Clément XIII) se confesser, quand même on ne se sentirait pas coupable d’un péché mortel, à moins qu’on ne soit dans l’usage de se confesser une fois la semaine ; car alors, quand la conscience ne reproche aucune faute mortelle, on peut gagner l’Indulgence sans recourir à son Confesseur. Il faut encore communier, à moins que le Bref de l’Indulgence ne l’exige pas. Il faut enfin remplir les autres conditions, et prier pendant quelque temps pour les fins prescrites par le Souverain Pontife, ou l’Évêque qui accorde l’Indulgence.

Pour satisfaire à ces fins, il suffit généralement de dire cinq Pater et cinq Ave, en se conformant à l’intention de celui qui accorde l’Indulgence.

Pour gagner les Indulgences partielles, c’est-à-dire, de sept ans, de cent ou de quarante jours, il faut également être en état de grâce, et faire ce qui est prescrit pour chacune en particulier.

Toutes ces différentes Indulgences n’ont point été réduites par les Souverains Pontifes Clément XIII et Clément XIV, successeurs des Papes qui les ont accordées.

Avant de commencer les bonnes œuvres ou prières qui sont marquées pour une Indulgence plénière ou partielle, il sera très-bon de les offrir à Dieu en ces termes, ou autres équivalents :

Je vous offre, ô mon Dieu, l’action (ou les prières) que je vais faire pour la gloire de votre Saint Nom, pour l’exaltation de votre Sainte Église, l’extirpation des schismes et des hérésies, la paix entre les Princes chrétiens ; en un mot, pour toutes les intentions de cette même Église. Je vous demande pardon, Seigneur, de tous mes péchés ; daignez me faire miséricorde, je vous en prie au nom du Sang précieux que vous avez répandu pour moi, des mérites de la Sainte Vierge et de tous les Saints. Ainsi soit-il. 5 Pater et 5 Ave pour gagner l’Indulgence plénière.

Indulgence que tout Fidèle peut gagner.

PREMIÈRE PARTIE.

I. Chaque Fidèle qui, après s’être confessé, assiste religieusement à l’Office de la Fête-Dieu, gagne quatre cents jours d’Indulgence pour la Messe ; autant, soit pour Matines, soit pour Vêpres ; cent soixante jours pour chacune des Petites Heures, et la moitié de ces Indulgences, s’il assiste aux mêmes Offices pendant l’Octave ; par conséquent deux cents jours pour la Messe, autant pour Matines ou pour Vêpres, et quatre-vingts jours pour chaque Petites Heures.

II. Ceux qui se saluent, l’un en disant laudetur Jesus Christus, ou loué soit Jésus-Christ ; et l’autre en répondant in soecula, dans tous les siècles, ou semper, toujours, ou amen, ainsi soit-il, gagneront cent jours d’Indulgences, en vertu des Brefs de Sixte IV, et de Benoît XIII. Ces deux Pontifes ont de plus accordé l’Indulgence plénière, pour l’article de la mort, à ceux qui auraient coutume de se saluer ainsi, pourvu que dans ces derniers moments ils invoquent et prononcent de cœur, s’ils ne le peuvent pas de bouche, ces noms sacrés de Jésus et de Marie ; enfin, ces deux Papes ont accordé les mêmes Indulgences, non seulement aux Prédicateurs, mais aux simples Fidèles qui introduiront cette pratique.

III. Le même Sixte IV a accordé trois cents jours d’Indulgences à ceux qui récitent dévotement les Litanies de Jésus, et deux cents à ceux qui disent celles de la Sainte Vierge.

IV. Ceux qui tous les vendredis récitent cinq fois le Pater et l’Ave, vers les trois heures après midi, pour demander à Dieu, outre les fins ordinaires, la conversion des Pécheurs, à peu près dans le temps où le Sauveur du monde est mort pour nous, gagnent une Indulgence de cent jours, que Benoît XIV attacha à cette sainte pratique, dès la première année de son Pontificat.

V. Innocent XII a accordé sept années et sept quarantaines d’Indulgence à ceux qui, un cierge ou un flambeau à la main, accompagnent le Saint Sacrement, lorsqu’on le porte aux malades ; trois années et trois quarantaines à ceux qui le font porter, ne pouvant le porter eux-mêmes, cinq années et cinq quarantaines à ceux qui l’accompagnent sans porter de lumières.

VI. Indulgences accordées à ceux et celles qui récitent de bouche et de coeur les Actes de Foi, d’Espérance et de Charité.

Le Pape Benoît XIV, considérant combien les Actes des trois Vertus Théologales sont nécessaires au salut, confirme par son décret du 28 Janvier 1756, la Bulle du Pape Benoît XII, du 15 Janvier 1728, par laquelle il accorde à tous les fidèles de l’un et de l’autre sexe, qui réciteront de bouche et de cœur, tous les jours, pendant le mois, les Actes de Foi, d’Espérance et de Charité ;

I°. Une Indulgence plénière qu’ils pourront gagner une fois le mois et le jour qu’ils choisiront, auquel s’étant confessé et ayant communié, ils prieront dévotement pour la concorde entre les Princes Chrétiens, pour l’extirpation de l’hérésie , pour l’exaltation de l’Église notre Sainte Mère. (Pour remplir l’intention du Souverain Pontife, il suffit de dire cinq Pater et cinq Ave.) Laquelle Indulgence ils pourront appliquer aux morts.

2°. Une Indulgence plénière à l’article de la mort.

3°. Une Indulgence de sept ans et sept quarantaines qu’ils pourront gagner une fois chaque jour, et qu’ils pourront appliquer aux morts. Le Pape Benoît XIV ajoute que l’on pourra gagner cette Indulgence de sept ans et de sept quarantaines, autant de fois chaque jour que l’on récitera les susdits actes, et que l’on pourra les appliquer aux morts.

Actes de Vertus Théologales, insérés dans la Bulle de Benoît XIV.

ACTE DE FOI.

Mon Dieu, je crois en vous, et tout ce que croit et enseigne votre Sainte Église ; je le crois, parce que c’est vous, ô mon Dieu, qui l’avez dit et révélé, et que vous êtes la souveraine vérité qui ne pouvez vous tromper, ni nous tromper.

ACTE D’ESPÉRANCE.

Mon Dieu, j’espère en vous, et mon salut éternel avec les grâces et les secours nécessaires pour y arriver ; je l’espère par les mérites de Jésus-Christ mon Sauveur, parce que vos miséricordes sont infinies, et que vous êtes fidèle à vos promesses.

ACTE DE CHARITÉ.

Mon Dieu, je vous aime de tout mon cœur, et par-dessus toutes choses, parce que vous êtes infiniment bon et infiniment aimable ; j’aime mon prochain comme moi-même, pour l’amour de vous, et parce que vous me le commandez.

Le Pape Benoît XIV fait remarquer que toutes ces Indulgences ne sont point attachées à une certaine formule, mais qu’on pourra se servir de celle que l’on voudra, pourvu que les motifs particuliers à chaque vertu y soient exprimés.

VII.Indulgences accordées à ceux ou celles qui récitent l’Angelus au son de la Cloche.

On nous avertit le matin, à midi et le soir, de réciter l’Angelus, pour remercier Dieu du bienfait de l’Incarnation, et pour invoquer la Sainte Vierge qui a eu tant de part à ce grand Mystère.

Le Pape Benoît XIII, a accordé par un Bref de 1724,

I. Cent jours d’Indulgence à tous ceux qui, le matin ou à midi, ou le soir, récitent dévotement, et à genoux, cette prière, au son de la cloche.

2. Une Indulgence plénière une fois le mois, en tel jour que l’on voudra choisir, pourvu que l’on se soit confessé, et qu’on ait communié en ce jour là, et qu’on prie pour la concorde entre les Princes, pour l’extirpation des hérésies, et pour l’exaltation de l’Église, notre Sainte Mère. Pour remplir l’intention du Souverain Pontife, il suffit dire cinq Pater et cinq Ave.

Le Pape Benoît XIV, en confirmant la même Indulgence, le 20 Avril 1742, a marqué que :

I. L’Angelus se dirait debout depuis les premiers Vêpres du Samedi, jusqu’au soir du Dimanche suivant.

2. Que pendant le temps Pascal on pourra réciter en la place de l’Angelus, le Regina coeli, avec le Verset et l’Oraison Deus qui per resurrectionem, &c.

3. Ceux qui ne savent pas le Regina coeli, diront l’Angelus à l’ordinaire, les uns et les autres debout.

4. Ceux qui ne savent ni l’un ni l’autre, diront une fois le Pater et l’Ave.

VIII. Indulgences accordées à ceux qui sont dans l’usage de faire l’Oraison;

La pratique de l’Oraison et de la Méditation a toujours été regardée comme le plus puissant moyen de se soutenir dans la vraie piété, et de revenir de ses égarements passés. Sans esprit d’Oraison, point d’esprit intérieur : sans esprit intérieur, qu’est-ce qu’un Chrétien ? C’est un airain sonnant, c’est une cymbale retentissante, c’est un vaisseau vide qui fait beaucoup de bruit, et qui ne produit rien ; c’est pourquoi les Souverains Pontifes, pénétrés des grands avantages de l’Oraison, et des grands maux qui suivent le défaut d’Oraison, ont encouragé les Fidèles à une si sainte pratique, accordant d’amples Indulgences à toutes les personnes qui s’y appliqueraient.

Le Pape Benoît XIV, ce grand Prince, qui dans l’espace de dix-sept ans, a gouverné l’Église avec tant de dignité, ce grand Pape, par sa Bulle donnée à Rome, à Ste.-Marie-Majeure, sous l’Anneau du Pêcheur, la sixième année de son Pontificat, le 16 Décembre 1746 ; Bulle adressée à tous les Primats, Patriarches, Archevêques et Évêques de l’Univers Chrétien. Le Pape s’exprime en ces termes :

Nos vénérables Frères, Salut et Bénédiction, &c.

I. Nous remettons, dans la forme ordinaire de l’Église, à tous et à chacun de ceux qui, dans les Églises, enseigneront en public ou en particulier la manière de méditer, de faire oraison de quelque façon que ce soit, aux personnes qui l’ignorent, comme à tous et à chacun de ceux qui assisteront à ces prières et instructions, sept années d’Indulgence et sept quarantaines, autant de fois que, dans un esprit de pénitence, il communieront et prieront pour l’union entre les Princes Chrétiens, pour l’extirpation des hérésies.

2. Nous accordons encore miséricordieusement en notre Seigneur, une fois chaque mois, Indulgence plénière à ceux et à celles qui, pendant un mois, feront tous les jours une demi-heure, ou au moins un quart d’heure, l’Oraison mentale, sans interruption ; qui, s’étant confessés, feront les prières, suivant l’intention du Souverain Pontife, laquelle Indulgence ils pourront aussi appliquer, par forme de suffrage, aux âmes des Fidèles trépassés.

DEUXIÈME PARTIE.

Indulgences accordées aux Chapelets ou Rosaires nommés Brigittains, bénis par le Souverain Pontife, ou par celui à qui il en a accordé le pouvoir.

INSTRUCTION PRÉLIMINAIRE.

HENRY VIII, Roi d’Angleterre, accablé par les différents troubles excités dans son royaume, chargea les Religieux de St.-Sauveur, dits de Ste.-Brigitte, qui vivaient en grande odeur de Sainteté, de faire des Prières extraordinaires pour obtenir du Dieu, par l’intercession de la Sainte Vierge, la paix et la tranquillité du royaume. Henry, reconnaissant de la signalée faveur qu’il croyait devoir aux Prières ferventes de ces Saints Religieux, voulut leur témoigner combien il y était sensible. Il leur demanda quelle preuve ils exigeaient de sa libéralité. Ces Saints Religieux, plus avides des biens spirituels que des biens temporels, supplièrent le Roi d’obtenir du Souverain Pontife la permission, primative à leur ordre, de bénir les Chapelets et Dizaines, avec l’application de quelques Indulgences. Le Pape Alexandre VI, à la prière du Roi, accorda à tous les Prieurs de l’Ordre de Saint-Sauveur, dits de Sainte-Brigitte, de bénir les Chapelets et Dizaines, en y appliquant les Indulgences suivantes :

Savoir : qu’on gagnerait cinq cents jours d’Indulgence, toutes les fois qu’on dira un Ave Maria sur chaque grain. Cette Bulle fut donnée en 1500.

Le Pape Léon X, par sa Bulle du 10 Juillet 1515, a réduit à cent jours d’Indulgence sur chaque Oraison Dominicale, sur chaque Salutation Angélique, sur chaque Symbole des Apôtres qu’on réciterait.

Outre l’Indulgence susdite de cent jours, le même Pape accorde l’Indulgence de sept années et de sept quarantaines à quiconque récitera le Rosaire entier de quinze dizaines, lorsqu’il est béni.

Il accorde encore la même Indulgence de sept ans et de sept quarantaines à ceux qui réciteront ensemble le même Rosaire ou Chapelet, comme si chacun avait récité ledit Chapelet en particulier et seul. Cette Bulle à perpétuité de Léon X, est conservée dans la maison des Pères Brigittains, à Cologne.

Le Pape Alexandre VII a fortifié et ratifié la même Bulle. Le pape Clément XI a confirmé la Bulle de Léon X en 1703.

Dans la suite, le Pape Innocent XI ayant encore réduit plusieurs Indulgences, on s’imagina que celle des Pères Brigittains n’avait plus de force ; les Pères de cet Ordre s’adressèrent à la sacrée Congrégation des Indulgences ; ils obtinrent un Décret de confirmation l’an 1595.

I. Pour gagner cette Indulgence, il faut avoir un Chapelet de cinq à six dizaines : il doit être béni par un Prieur de l’Ordre des Brigittains.

2. Il faut réciter les trois premiers Chapelets, suivant les intentions de notre Saint Père le Pape. Le premier pour le Pape, le second pour l’Église, le troisième pour celui qui l’a béni. Ensuite de quoi on gagne toutes les Indulgences applicables pour soi-même ou pour les âmes du Purgatoire, et non pour les vivants.

3. Il faut avoir le Chapelet entre les doigts, et tenir un des grains pour gagner l’Indulgence ; car le porter dans sa poche, sans le toucher, on ne gagnerait pas l’Indulgence.

4. On ne peut vendre ce Chapelet, il perdrait ses Indulgences. On ne peut en mourant le donner à d’autres, se réservant quelques Indulgences pour le repos de son âme ; et celui à qui on le laisse est obligé de dire les trois premiers Chapelets comme ci-dessus, avant de pouvoir gagner les Indulgences.

5. Si on perd un grain de son Chapelet, ledit Chapelet a toujours le même privilège ; il faudrait qu’on perdît la moitié dudit Chapelet, pour en être privé ; mais les grains qu’on remplace, s’ils ne sont bénis, n’ont pas d’Indulgence.

6. On peut se servir de deux Chapelets Brigittains, un à la maison, l’autre à l’Église, pourvu qu’on récite sur chacun les trois premiers Chapelets, comme ci-dessus.

Il y a en France, au Diocèse de Senlis, le Couvent de Saint-Sulpice-du-Désert, possédé par les Religieux de l’Ordre du Sauveur, dits de Sainte-Brigitte.

(Les Missionnaires de Saint-Laurent-sur-Sèvre, en Poitou, Diocèse de la Rochelle, ont obtenu du Pape Benoît XIII, par un Bref à perpétuité, donné le 20 Octobre 1728, la permission de bénir, pendant le cours de leur mission, les Chapelets-Brigittains.) Le motif sur lequel se fonde le Souverain Pontife, c’est qu’ils s’efforcent de soutenir et d’étendre partout la dévotion du St.-Rosaire. Ce Bref a été certifié véritable par les Sieurs Dauphin et Joseph Arot, banquiers expéditionnaires en Cour de Rome, à Rennes, le 12 Novembre 1729.
Indulgences accordées par le Pape Clément XI aux Couronnes ou Rosaires Brigittains.

Quiconque récitera ledit Chapelet, au moins de cinq dizaines chaque jour, pendant un an entier, choisira un jour au moins dans l’année, ayant un véritable regret de ses péchés, s’étant confessé et communié, priera pour la paix entre les Princes Chrétiens, pour l’extirpation des hérésies, et pour l’exaltation de l’Église, notre Sainte Mère, gagnera l’Indulgence plénière de tous ses péchés, avec le pouvoir de l’appliquer aux âmes des Fidèles trépassés. Clément XI, 22 Septembre 1714.
Indulgences accordées par le Pape Benoît XIV, aux mêmes Couronnes ou Rosaires Brigittains.

Celui qui aura coutume de réciter ledit Chapelet, au moins de cinq dizaines une fois la semaine, et s’étant confessé, et ayant communié le jour de la fête de Ste. Brigitte, visitera l’Église de sa Paroisse ou une autre Église, y priera Dieu, comme à l’article précédent, gagnera l’indulgence plénière de tous ses péchés.

2. Quiconque, à l’article de la mort, recommandera son âme à Dieu, étant confessé et ayant communié, ou s’il ne peut le faire, étant au moins contrit, dira Jésus au fond de son cœur, ne pouvant le dire de bouche, gagnera l’Indulgence plénière de tous ses péchés.

3. Celui qui aura coutume de réciter ledit Chapelet chaque jour, pendant un mois de suite, et étant confessé et ayant communié le jour qu’il aura choisi dans l’espace de ce mois, visitera une Église, et y priera Dieu comme ci-dessus, gagnera l’Indulgence plénière de tous ses péchés.

4. Quiconque, portant sur soi ledit Chapelet, priera à genoux, au son de la cloche, pour quelque agonisant, gagnera chaque fois l’Indulgence de quarante jours.

5. Quiconque ayant chez soi ledit Chapelet, et se repentant de ses péchés, fera l’examen de sa conscience et dira trois fois le Pater et l’Ave, gagnera l’Indulgence de vingt jours.

6. Celui qui, tenant le même Chapelet, assistera les jours de Fêtes ou les jours ouvriers à la Ste. Messe, ou entendra la parole de Dieu, ou accompagnera le Saint Viatique, quand on le porte aux malades, ou ramènera quelque pécheur dans la voie du salut, ou fera quel qu’autre œuvre pieuse en l’honneur de Notre-Seigneur Jésus-Christ, ou de la bienheureuse Vierge Marie, ou de Sainte Brigitte, et récitera trois Pater et trois Ave, gagnera l’Indulgence de cent jours.

7. Chacun peut gagner toutes ces Indulgences pour soi, ou les appliquer par manière de suffrage aux âmes du Purgatoire. (Benoît XIV, du 20 Mars 1742). La sacrée Congrégation des Indulgences et saintes Reliques, renouvelant le Décret du 26 Novembre 1714, défend à tous en général, et à chacun en particulier, de vendre ces Chapelets ou Rosaires, parce qu’ils sont bénis, ni de les prêter même sans déterminer de temps. Si on le fait, ils perdront les Indulgences qui y étaient attachées. Toutefois, par un autre Décret Apostolique, du 18 Février 1745, ces Indulgences auront leur valeur pour celui qui a prêté le Chapelet, et non pour celui qui l’a emprunté ; et que si l’on vient à perdre quelqu’un de ces Chapelets, on n’en puisse substituer d’autres à leur place, qu’ils n’oient été auparavant bénis par les susdits Pères, ou autres Prêtres qui en ont reçu le pouvoir.

Tout ceci est traduit de l’Italien, imprimé à Rome, l’an 1743, avec la permission de la sacrée Congrégation des Indulgences.
Indulgences Plénières.

I. A l’article de la mort, si, étant confessé et ayant communié, et dans le cas qu’on ne le puisse faire, si, étant vraiment contrit, on recommande son âme à Dieu, et si on invoque, sinon de bouche, au moins dans son cœur, le Saint Nom de Jésus.

2. Chaque année, aux Fêtes de Noël, des Rois, de Pâques, de l’Ascension, de la Pentecôte, de la Sainte Trinité, de la Fête Dieu, de la Purification de l’Annonciation, de l’Assomption, de la Nativité de la Sainte Vierge, de la Nativité de Saint Jean-Baptiste, des Saints Apôtres Pierre et Paul, André, Jacques, Jean, Thomas, Philippe, Jacques, Barthelemi, Matthieu, Simon, Jude, Matthias, Joseph, et le jour de la Fête de tous les Saints, pourvu que, répétant de ses péchés, on se confesse, on communie, et qu’on récite cinq Pater et cinq Ave, suivant les intentions de notre Saint Père le Pape.
Indulgences de plusieurs années.

I. Qui fera les mêmes choses aux autres Fêtes de Notre-Seigneur et de Notre-Dame, sept ans et sept quarantaines.

2. Les Dimanches et Fêtes de l’année, cinq ans et cinq quarantaines.

3. Aux jours ouvriers, cent jours.
Indulgences pour plusieurs jours.

I. Qui enseignera la Doctrine chrétienne, ou le Catéchisme à l’Église, à la maison, à ses parents, à ses domestiques, deux cents jours.

2. Qui visitera les prisonniers ou les malades dans les Hôpitaux et ailleurs, s’employant avec piété à leur soulagement spirituel et corporel, deux cents jours.

3. Qui, au son pour les morts, dira le De profundis, cent jours.

4. Qui, le vendredi, pensera dévotement à la Passion et à la Mort de Jésus-Christ, disant trois Pater et Ave, cent jours.

5. Qui, ayant un vrai repentir de ses péchés, avec un ferme propos de s’en corriger, fera l’examen de sa conscience, et dira avec dévotion trois Pater et trois Ave, ou qui fera les mêmes prières en l’honneur de la Sainte Trinité, ou cinq Pater et cinq Ave en l’honneur des cinq plaies de Notre-Seigneur Jésus-Christ, cent jours.

6. Qui priera dévotement pour les Agonisants, disant au moins un Pater et un Ave, cinquante jours.

7. Qui se préparera à dire la sainte Messe, ou à recevoir la Sainte Communion, ou à réciter l’Office divin, ou celui de la Sainte Vierge, cinquante jours.
Conditions requises pour gagner toutes ces Indulgences, que N. S. Père le Pape accorde aux Chapelets, Rosaires, Croix et Médailles bénis par sa Sainteté, ou par ceux à qui elle en a donné le pouvoir.

I. Il faut que ces Médailles soient d’or, d’argent, de cuivre ou d’autre pareil métal : point d’étain, de plomb, de matière fragile.

2. Qu’elles soient seulement des Saints canonisés ou insérés au Martyrologue Romain.

3. Que ces Médailles, aussi bien que les Croix ou Chapelets, ne passent pas la personne de ceux à qui elles auront été accordées ou par eux distribuées la première fois.

4. Qu’on ne les puisse donner à d’autres, ni donner, ni prêter, ni leur en substituer d’autres, si on vient à les perdre.

5. Il faut porter sur soi les Chapelets et Médailles portatives ; mais on peut garder dans sa chambre ou autre lieu décent de sa maison, les Croix, Crucifix et autres images d’Indulgences, en faisant devant elles les Prières prescrites.

6. S’il vient à manquer quelque chose à ces Médailles, les Indulgences cessent.

7. On ne peut avec une de ces Médailles, faire gagner en mourant l’Indulgence plénière.

8. On ne peut, par des Messes dites à un Autel où il y aura de ces Crucifix, gagner l’Indulgence.

9. On peut gagner ces Indulgences pour soi, et les appliquer aux âmes du Purgatoire.

10. Il n’est pas nécessaire de dire le Chapelet tout entier ; il suffit d’en dire la moitié au moins, ou ce que l’on pourra ; on gagne toujours sur le Credo, Pater et Ave, cent jours d’Indulgence sur chaque grain.

11. Ceux qui sont dans la Confrérie du Rosaire, ou qui sont obligés par pénitence de le réciter, satisfont à leur obligation, et gagnent l’Indulgence.

12. Les Croix, Médailles et Chapelets ne peuvent servir à faire gagner les Indulgences à autres personnes qu’à celles à qui ils ont été concédés pour la première fois.

Tout ceci est extrait du Formulaire des Indulgences, imprimé à Rome, l’an 1758.

PRIÈRE DE SAINT BERNARD

A LA TRÈS-SAINTE VIERGE.

Memorare, ô piissima Virgo Maria, non esse auditum à saeculo, quemquam ad tua currentem praesidia, tua implorantem auxilia, tua petentem suffragia, esse derelictum. Ego tali animatus confidentiâ, ad te Virgo, Virginum Mater, curro, ad te venio, coram te gemens peccator assisto ; noli, Mater Verbi, verba mea despicere, sed audi propitia et exaudi. Amen.

Monstra te esse Matrem, Qui pro nobis natus,
Sumat per te preces, Tulit esse tuus.
La même Prière en français.

Souvenez-vous, ô très-pieuse Vierge Marie, qu’on n’a jamais ouï dire qu’aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection, imploré votre secours, et demandé vos suffrages, ait été abandonné. Animé d’une pareille confiance, ô Vierge, Mère des Vierges, je cours et viens à vous, et gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne à vos pieds O Mère du Verbe, ne méprisez pas mes prières ; mais écoutez-les favorablement, et daignez les exaucer.

Faites voir que vous êtes notre Mère, et que celui qui, pour nous sauver, a bien voulu naître de vous, reçoive par vous nos prières.

Sileat misericordiam tuam, Virgo beata, si quis est qui invocatam te in necessitatibus suis, sibi meminerit defuisse. S. Bernard.
_________________________

L’Éminente sainteté de Marie, sa dignité de Mère de Dieu, la gloire dont elle jouit, le pouvoir qu’elle a reçu sur la terre et dans le Ciel, la tendresse qu’elle a pour tous les hommes, qu’elle regarde comme ses enfants, toutes ces qualités doivent inspirer à tous les Fidèles une vive et affectueuse dévotion pour elle. On ne peut trop les exhorter à lui adresser souvent la prière composée par S. Bernard. On peut assurer que depuis qu’elle est établie dans l’Église, elle a eu les plus heureux succès. Ce fut par elle que Saint François de Sales, fatigué depuis un mois par une cruelle idée de réprobation, recouvra dans un moment la paix que des torrents de larmes n’avoient pu lui procurer. Ce fut par elle que M. Bernard, si célèbre par sa tendresse pour les prisonniers, eut le bonheur de convertir un malheureux qui, condamné au supplice de la roue, ne voulait pas entendre parler de Dieu, ni des tourments qu’il prépare aux endurcis.

MARIA, ô nomen sub quod nemini desperandum ! S. Aug.

MARIE, ô Nom sous lequel personne ne doit désespérer.

La discussion de Jésus avec les Docteurs au Temple & Douleur de Marie à la disparition de Jésus

Je vois Jésus. C’est un adolescent. Vêtu d’une tunique qui me semble de lin blanc et lui descend jusqu’aux pieds. Il se drape par-dessus dans une étoffe rectangulaire d’un rouge clair. Il est tête nue avec des cheveux longs qui lui descendent à moitié des oreilles, plus foncés que lorsque je l’ai vu plus petit. C’est un garçon robuste, très grand pour son âge, mais dont le visage est vraiment enfantin.

Il me regarde et me sourit en me tendant les mains. Un sourire pourtant qui ressemble déjà à celui que je Lui vois adulte : doux et plutôt sérieux. Il est seul. Je ne vois rien d’autre en ce moment. Il est appuyé à un petit mur au-dessus d’une ruelle toute en montées et descentes, pierreuse avec au milieu un creux qui, par temps de pluie, se transforme en ruisseau. Pour l’heure il est à sec car la journée est belle.

Il me semble de m’approcher aussi du muret et de regarder à l’entour et en bas comme fait Jésus. Je vois un groupe de maisons rassemblées sans alignement. Il y en a de hautes, de basses et orientées dans tous les sens. Cela ressemble – la comparaison est pauvre mais assez juste – à une poignée de cailloux blancs jetés sur un terrain sombre. Les rues et ruelles apparaissent comme des veines au milieu de cette blancheur. Çà et là des arbres sortent d’entre les murs. Beaucoup sont en fleurs et beaucoup couverts de feuilles nouvelles. Ce doit être le printemps.

À gauche, par rapport à moi qui regarde, il y a une grande agglomération, disposée sur trois rangées de terrasses couvertes de bâtiments, et puis des tours, des cours et des portiques au centre desquels se dresse un bâtiment plus haut, majestueux, très riche, à coupoles rondes qui brillent au soleil comme si elles étaient couvertes de métal, cuivre ou or. Le tout est entouré d’une muraille crénelée, de créneaux à la façon de M comme si c’était une forteresse . Une tour plus haute que les autres à cheval sur une rue plutôt étroite et qui est en saillie domine nettement cette vaste agglomération. On dirait une sentinelle sévère.

Jésus regarde fixement cet endroit, puis il se retourne appuyant de nouveau le dos au muret comme il était d’abord, puis il regarde un petit monticule qui est en face de l’agglomération, un monticule couvert de maisons jusqu’à la base et ensuite dénudé. Je vois qu’une rue se termine là avec un arceau au-delà duquel il n’y a plus qu’une rue pavée de pierres quadrangulaires, irrégulières et mal assemblées. Elles ne sont pas exagérément grandes comme les pierres des routes consulaires romaines. Elles ressemblent plutôt aux pierres classiques des vieux trottoirs de Viareggio (je ne sais s’ils existent encore) mais mal assemblées. Une mauvaise route. Le visage de Jésus devient tellement sérieux que je me mets à chercher sur ce monticule la cause de cette mélancolie. Mais je ne trouve rien de spécial. C’est une hauteur dénudée. C’est tout. En revanche, je perds Jésus. En effet, quand je me retourne, il n’est plus là. Et je m’assoupis avec cette vision.

…Quand je me réveille, avec au cœur le souvenir de cette vision, après avoir retrouvé un peu de forces et de calme, car tout le monde dort, je me trouve dans un endroit que je n’ai jamais vu. Il y a des cours, des fontaines, des maisons, ou plutôt des pavillons que des maisons. Cela semble être en effet plutôt des pavillons que de maisons. Il y a là une foule nombreuse, habillée à l’ancienne mode hébraïque et beaucoup de cris. En regardant autour de moi, je me rends compte que je suis à l’intérieur de cette agglomération que Jésus regardait. Je vois en effet la muraille crénelée qui l’entoure, la tour qui fait sentinelle et l’imposant bâtiment qui se dresse au centre et sur lequel s’appuient les portiques très beaux et vastes où se trouve une foule occupée qui à une chose, qui à une autre.

Je me rends compte que je me trouve dans l’enceinte du Temple de Jérusalem. Je vois des pharisiens en longs vêtements flottants, des prêtres vêtus d’habits de lin avec une plaque de métal précieux au sommet de la poitrine et sur le front et d’autres points qui luisent çà et là sur les vêtements très amples et blancs que retient à la taille une ceinture de grand prix. Puis, il y en a d’autres, moins chamarrés qui doivent encore appartenir à la caste sacerdotale et qui sont entourés de disciples plus jeunes. Je vois que ce sont des docteurs de la Loi.

Je me trouve égarée au milieu de tous ces personnages, ne sachant pas bien ce que j’ai à faire là-dedans. Je m’approche d’un groupe de docteurs où a débuté une discussion théologique. Une grande foule s’en approche aussi.

Parmi les « docteurs » il y a un groupe à la tête duquel se trouve un certain Gamaliel avec un autre, âgé et presque aveugle, que soutient Gamaliel au cours de la discussion. Celui-là, je l’entends appeler Hillel (je mets l’H parce que je vois qu’il y a une aspiration au début du nom), il semble le maître ou le parent de Gamaliel parce que ce dernier le traite avec confiance et respect en même temps. Le groupe de Gamaliel a des vues plus larges, alors qu’un autre groupe, et c’est le plus nombreux, est dirigé par un certain Sciammaï et est caractérisé par une intransigeance haineuse et rétrograde que l’Évangile met si bien en lumière.

Gamaliel, entouré d’un groupe important de disciples, parle de la venue du Messie. S’appuyant sur la prophétie de Daniel, il soutient que le Messie doit être déjà né. En effet, depuis une dizaine d’années environ, les soixante-dix semaines indiquées par la prophétie sont accomplies, à dater du décret de reconstruction du Temple. Sciammaï le combat en affirmant que s’il est vrai que le Temple a été reconstruit, il n’est pas moins vrai que l’esclavage d’Israël n’a fait que croître et que la paix qu’aurait dû apporter avec lui Celui que les Prophètes appellent « le Prince de la paix » est bien loin d’exister dans le monde et spécialement à Jérusalem opprimée par un ennemi qui ose pousser sa domination jusqu’à l’enceinte du Temple dominée par la Tour Antonia remplie de légionnaires romains, prêts à apaiser avec leur épée tout soulèvement patriotique.

La discussion, pleine d’arguties, tire en longueur : chaque maître fait étalage d’érudition pas tant pour vaincre son rival que pour s’imposer à l’admiration des auditeurs. Cette intention est évidente.

Du groupe serré de ses fidèles sort une fraîche voix d’enfant : « C’est Gamaliel qui a raison. »

Mouvement de la foule et du groupe des docteurs. On cherche l’interrupteur. Mais pas besoin de le chercher; il ne se cache pas. Il se manifeste et s’approche du groupe des « rabbi ». Je reconnais mon Jésus adolescent. Il est sûr de Lui et franc, avec des yeux intelligents qui étincellent.

« Qui es-tu ? » Lui demande-t-on.

« Un fils d’Israël venu accomplir ce que la Loi ordonne. »

La réponse hardie et sûre d’elle-même le rend sympathique et Lui vaut des sourires d’approbation et de bienveillance. On s’intéresse au petit Israélite.

« Comment t’appelles-tu ? »

« Jésus de Nazareth. »

La bienveillance s’atténue dans le groupe de Sciammaï. Mais Gamaliel, plus bienveillant, poursuit le dialogue en même temps que Hillel. Ou plutôt c’est Gamaliel qui, respectueusement, dit au vieillard : « Demande quelque chose à l’enfant. «

« Sur quoi fondes-tu ta certitude? » demande Hillel. (Je mets les noms en tête des réponses pour abréger et rendre plus clair).

Jésus : « Sur la prophétie qui ne peut faire erreur sur l’époque et les signes qui l’ont accompagnée quand ce fut le moment de sa réalisation. C’est vrai que César nous domine. Mais le monde était tellement paisible et la Palestine si calme quand expirèrent les soixante-dix semaines qu’il fut possible à César d’ordonner un recensement dans ses domaines. Il ne l’aurait pas pu s’il y avait eu la guerre dans l’Empire et des soulèvements en Palestine. Comme ce temps était accompli, ainsi va se terminer l’autre intervalle de temps de soixante-deux semaines plus une depuis l’achèvement du Temple, pour que le Messie soit consacré et que se réalise la suite de la prophétie pour le peuple qui ne l’a pas accepté. Pouvez-vous avoir des doutes ? Ne vous rappelez-vous pas de l’étoile que virent les Sages d’Orient et qui alla justement se poser dans le ciel de Bethléem de Juda et que les prophéties et les visions, depuis Jacob et par la suite, indiquent ce lieu comme destiné à accueillir la naissance du Messie, fils du fils du fils de Jacob, à travers David qui était de Bethléem ? Ne vous rappelez-vous pas Balaam ? « Une Étoile naîtra de Jacob ». Les Sages d’Orient, auxquels la pureté et la foi gardaient ouverts les yeux et les oreilles, ont vu l’Étoile et compris son nom : « Messie » et ils sont venus adorer la Lumière allumée dans le monde. »

Sciammaï, le regard livide: « Tu dis que le Messie est né au temps de l’Étoile à Bethléem Ephrata ? »

Jésus : « Je le dis. »

Sciammaï : « Alors il n’existe plus. Tu ne sais pas, Enfant, qu’Hérode fit tuer tous les garçons de un jour à deux ans de Bethléem et des environs ? Toi qui connais si bien les Écritures, tu dois aussi savoir cela : « Un cri s’est élevé… C’est Rachel qui pleure ses enfants». Les vallées et les collines de Bethléem qui ont recueilli les pleurs de Rachel mourante sont restées remplies de ces pleurs, et les mères l’ont répété sur leurs fils massacrés. Parmi elles, il y avait certainement aussi la Mère du Messie. »

Jésus : « Tu te trompes, vieillard. Les pleurs de Rachel se sont changés en hosanna, parce que là où elle avait mis au jour « le fils de sa douleur », la nouvelle Rachel a donné au monde le Benjamin du Père céleste, le Fils de sa droite, Celui qui est destiné à rassembler les peuples sous son sceptre et à le libérer de la plus terrible servitude. »

Sciammaï : « Et comment, s’il a été tué ? »

Jésus : « N’as-tu pas lu, en parlant d’Élie ? Il fut enlevé dans un char de feu. Et le Seigneur Dieu ne pourra pas avoir sauvé son Emmanuel pour qu’il fût le Messie de son peuple ? Lui qui a ouvert la mer devant Moïse pour qu’Israël rejoignit à pieds secs son territoire, II n’aura pas pu ordonner à ses anges de sauver son Fils, son Christ, de la férocité de l’homme ? En vérité je vous le dis : le Christ vit et il est parmi vous et quand sera venue son heure, il se manifestera dans sa puissance. » Jésus, en disant ces paroles que je souligne, a dans la voix un éclat qui remplit l’espace. Ses yeux brillent encore davantage et comme mus par le pouvoir et la promesse, il tend le bras et la main droite comme pour un serment. C’est un enfant, mais il est solennel comme un homme.

Hillel : « Enfant, qui t’a enseigné ces paroles ? »

Jésus : « L’Esprit de Dieu. Je n’ai pas de maître humain. C’est la parole de Dieu que vous entendez par mes lèvres. »

Hillel : « Viens, parmi nous, que je te voie de près, ô Enfant ! Mon espérance se ravive au contact de ta foi et mon âme s’illumine au soleil de la tienne. »

Et on fait asseoir Jésus sur un siège élevé entre Gamaliel et Hillel et on Lui apporte des rouleaux pour qu’il les lise et les explique. C’est un examen en règle. La foule se presse et écoute.

La voix enfantine de Jésus lit : « Console-toi, ô mon peuple. Parlez au cœur de Jérusalem, consolez-la car son esclavage est fini… Voix de quelqu’un qui crie dans le désert: préparez les chemins du Seigneur… Alors apparaîtra la gloire du Seigneur… ».

Sciammaï: « Tu le vois. Nazaréen ! Ici on parle d’esclavage fini. Jamais comme à présent nous sommes esclaves. Ici on parle d’un précurseur. Où est-il ? Tu radotes ! »

Jésus: « Je te dis que c’est à toi plus qu’aux autres que t’invite le Précurseur. À toi et à tes semblables. Autrement tu ne verras pas la gloire du Seigneur et tu ne comprendras pas la parole de Dieu, parce que la bassesse, l’orgueil, la dissimulation t’empêcheront de voir et d’entendre. »

Sciammaï: « C’est ainsi que tu parles à un maître ? »

Jésus: « C’est ainsi que je parle, ainsi que je parlerai jusqu’à la mort. Car au-dessus de mon intérêt il y a celui du Seigneur et l’amour pour la Vérité dont je suis le Fils. Et j’ajoute pour toi, ô rabbi, que l’esclavage dont parle le Prophète et dont je parle Moi aussi, n’est pas celui que tu crois, et la royauté n’est pas celle à laquelle tu penses. Mais au contraire, c’est par les mérites du Messie que l’homme sera libéré de l’esclavage du Mal qui le sépare de Dieu et le caractère du Christ s’imprime sur les esprits libérés de tout joug et soumis à son règne éternel. Toutes les nations inclineront la tête, ô race de David, devant le Germe né de toi et devenu l’arbre qui couvre toute la terre et s’élève jusqu’au Ciel. Au Ciel et sur la terre toute bouche louera son Nom et tout genou fléchira devant le Consacré de Dieu, le Prince de la paix, celui qui enivrera de Lui-même toute âme fatiguée et rassasiera toute âme affamée, le Chef, le Saint qui conclura une alliance entre la terre et le Ciel. Non pas comme celle qui fut conclue avec les Pères d’Israël quand Dieu les fit sortir d’Égypte, en les traitant encore comme des serviteurs, mais en gravant la pensée de la Paternité céleste dans les esprits des hommes avec la Grâce nouvellement versée en eux par les mérites du Rédempteur par qui tous les bons connaîtront le Seigneur, et le Sanctuaire de Dieu ne sera plus abattu ni détruit. »

Sciammaï : « Mais, ne blasphème pas, Enfant ! Rappelle-toi Daniel. Il dit qu’après la mort du Christ, le Temple et la Cité seront détruits par un peuple et un chef qui viendra pour cela. Et Toi, tu soutiens que le Sanctuaire de Dieu ne sera plus abattu ! Respecte les Prophètes ! »

Jésus : « En vérité je te dis qu’il y a Quelqu’un qui est plus que les Prophètes et tu ne le connais pas, ni ne le connaîtras pas parce qu’il te manque de vouloir le connaître. Et je t’affirme que tout ce que j’ai dit est vrai. Il ne connaîtra plus la mort, le vrai Sanctuaire, mais comme Celui qui le sanctifie, il ressuscitera pour la vie éternelle et à la fin des jours du monde, il vivra au Ciel. »

Hillel : « Écoute, Enfant. Aggée dit : » …II viendra le Désiré des Nations. Grande sera la gloire de cette maison et de cette dernière plus que de la première». Il veut peut-être parler du même sanctuaire que Toi ? »

Jésus: « Oui, Maître, c’est cela qu’il veut dire. Ta droiture t’achemine vers la Lumière et Moi je te dis : quand le Sacrifice du Christ sera accompli, la paix viendra vers toi parce que tu es un Israélite sans malice. »

Gamaliel : « Dis-moi, Jésus. La paix dont parlent les Prophètes, comment peut-on l’espérer si la guerre vient détruire ce peuple? Parle et éclaire-moi aussi. »

Jésus : « Ne te souviens-tu pas. Maître, de ce que dirent ceux qui furent présents la nuit de la naissance du Christ ? Que les troupes angéliques chantèrent : « Paix aux hommes de bonne volonté ». Mais la volonté de ce peuple n’est pas bonne et il n’aura pas la paix. Il méconnaîtra son Roi, le Juste, le Sauveur parce qu’il attend un roi revêtu de la puissance humaine alors que Lui est le Roi de l’esprit. Ce peuple ne l’aimera pas, parce que le Christ prêchera ce qui ne plaît pas à ce peuple. Le Christ ne combattra pas des ennemis pourvus de chars et de cavalerie, mais les ennemis de l’âme qui inclinent vers des jouissances infernales le cœur de l’homme créé pour le Seigneur. Et cela, ce n’est pas la victoire qu’Israël attend de Lui. Il viendra, Jérusalem, ton Roi monté sur » l’ânesse et l’ânon », c’est à dire les justes d’Israël et les gentils. Mais l’ânon, je vous le dis, lui sera plus fidèle et le suivra précédant l’ânesse et grandira sur la route de la Vérité et de la Vie. Israël, à cause de sa volonté mauvaise, perdra la paix et souffrira en elle-même, pendant des siècles, ce qu’il a fait souffrir à son Roi réduit par eux à être l’Homme des Douleurs dont parle Isaïe. »

Sciammaï : « Ta bouche profère à la fois des enfantillages et des blasphèmes, Nazaréen. Réponds : et où est le Précurseur ? Quand l’avons-nous eu ? »

Jésus : « Il existe. Malachie ne dit-il pas : « Voici que j’envoie mon ange préparer devant Moi le chemin et immédiatement viendra à son Temple le Dominateur que vous cherchez et l’Ange du Testament que vous désirez ardemment » ? Donc, le Précurseur précède immédiatement le Christ. Il est déjà là, comme le Christ. S’il y avait des années entre celui qui prépare le chemin au Seigneur et le Christ, tous les chemins s’encombreraient et dévieraient. Dieu le sait et il a décidé que le Précurseur précède d’une seule heure le Maître. Quand vous verrez ce Précurseur, vous pourrez dire : « La mission du Christ est commencée ». À toi je dis : le Christ ouvrira beaucoup d’yeux et beaucoup d’oreilles quand Il viendra par ces chemins. Mais ce ne sont pas les tiens ni ceux de tes semblables, car vous lui donnerez la mort en échange de la Vie qu’il vous apporte. Mais quand, plus grand que ce Temple, plus haut que le Tabernacle enfermé dans le Saint des Saints, plus haut que la Gloire que soutiennent les Chérubins, le Rédempteur sera sur son trône et sur son autel, la malédiction pour les déicides et la vie pour les gentils couleront de ses mille et mille blessures. Car Lui, ô maître toi qui l’ignores, n’est pas, je le répète, Roi d’une domination humaine, mais d’un Royaume spirituel, et ses sujets seront uniquement ceux qui par leur amour sauront renaître en leur esprit et comme Jonas, après une première naissance, renaître sur d’autres rivages : « ceux de Dieu » à travers la régénération spirituelle qui viendra par le Christ qui donnera la vraie vie à l’humanité. »

Sciammaï et son entourage : « Ce Nazaréen est Satan ! »

Hillel et les siens : « Non. Cet enfant est un Prophète de Dieu. Reste avec nous, Petit. Ma vieillesse transmettra ce qu’elle sait à ton savoir et tu seras Maître du Peuple de Dieu. »

Jésus : « En vérité, je te dis que si beaucoup étaient comme toi, le salut arriverait à Israël. Mais mon heure n’est pas venue. Les voix du Ciel me parlent et, dans la solitude je dois les recevoir jusqu’à ce que mon heure arrive. Alors, avec mes lèvres et mon sang, je m’adresserai à Jérusalem, et mon sort sera celui des Prophètes lapidés et assassinés par elle. Mais, au-dessus de mon être, il y a celle du Seigneur Dieu, auquel je soumets Moi-même pour qu’il fasse de Moi l’escabeau de sa gloire, en attendant que Lui fasse du monde un escabeau pour les pieds du Christ. Attendez-Moi à mon heure. Ces pierres entendront de nouveau ma voix et frémiront à ma dernière parole.

Bienheureux ceux qui, en cette voix, auront écouté Dieu et croiront en Lui par son entremise. À ceux-là le Christ donnera son Royaume dont votre égoïsme rêve qu’il sera tout humain alors qu’il est céleste. Pour l’avènement de ce Royaume, Moi, je dis: « Voici ton serviteur, Seigneur, venu pour faire ta Volonté. Réalise-la entièrement, car je brûle de l’accomplir ». «

Et ici se termine la vision de Jésus avec son visage enflammé d’ardeur spirituelle, tourné vers le ciel, les bras ouverts, debout au milieu des docteurs stupéfaits.

Samedi 29 janvier 1944

J’aurai ici à vous dire deux choses qui vous intéresseront certainement, et que j’avais décidé d’écrire dès mon réveil. Mais puisqu’il y en a d’autres plus pressantes, j’écrirai plus tard.

Voici ce que je voulais dire au début :

Vous me demandiez aujourd’hui comment j’avais pu savoir les noms de Hillel et Gamaliel et celui de Sciammaï. C’est la voix que j’appelle « seconde voix » c’est elle qui me dit ces choses. C’est une voix encore moins sensible que celle de mon Jésus et des autres qui me dictent. Celles-là ce sont des voix, je vous l’ai déjà dit et je vous le répète, que mon entendement spirituel les perçoit comme si c’était des voix humaines. Je les perçois suaves ou indignées, riantes ou tristes, exactement comme quelqu’un qui me parlerait tout près. Tandis que cette « seconde voix » au contraire c’est comme une lumière, une intuition qui parle en mon esprit. Je dis « en » mon esprit et non pas « à » mon esprit. C’est une indication.

Ainsi comme je m’approchais du groupe des gens qui discutaient, sans savoir quel était cet illustre personnage qui, à côté d’un vieillard parlait avec tant de chaleur, « cette voix » intérieure me dit : « Gamaliel – Hillel » Oui, d’abord Gamaliel et ensuite Hillel, je n’ai aucun doute. Pendant que je me demandais qui étaient ceux-ci, ce moniteur intérieur m’indiqua le 3ème individu antipathique tout juste au moment où Gamaliel l’appelait par son nom. C’est ainsi que j’ai pu savoir qui était celui-là qui avait l’aspect d’un pharisien. Aujourd’hui, ce moniteur intérieur me fait comprendre que je voyais l’univers après sa mort. Il en est ainsi très souvent dans les visions. C’est lui qui me fait comprendre certains détails que par moi-même je ne saisirais pas, et qu’il est nécessaire de comprendre. Je ne sais si je me suis bien expliquée. Mais je laisse cela de côté parce que Jésus commence à me parler.

Source

Douleur de Marie à la disparition de Jésus

Douleur de Marie à la disparition de Jésus

Catéchèse du mardi 22 février 1944 (veille du mercredi des cendres)

Jésus dit :

« Petit Jean, prends patience. Il s’agit d’autre chose. Et traitons cette autre chose pour faire plaisir à ton Directeur, et compléter l’ouvrage. Je veux que ce travail soit remis demain, mercredi des Cendres. Je veux que tu aies fini ce travail fatigant parce que… je veux te faire souffrir avec Moi.

Revenons en arrière, très en arrière. Revenons au Temple où, à l’âge de 12 ans, je suis en train de discuter. Revenons même sur les chemins qui mènent a Jérusalem et de Jérusalem au Temple.

Tu vois la douleur de Marie lorsque se réunirent les groupes d’hommes et de femmes. Elle voit que je ne suis pas avec Joseph. Elle ne s’emporte pas en durs reproches envers son époux. Toutes les femmes l’auraient fait. Elles l’auraient fait pour beaucoup moins, oubliant que l’homme est toujours le chef dans la famille.

Mais la douleur qui se manifeste sur le visage de Marie transperce le cœur de Joseph plus qu’aucun reproche. Elle ne s’abandonne pas. Marie, à des scènes dramatiques. Pour beaucoup moins, d’autres femmes l’eussent fait pour qu’on les remarque et pour s’attirer de la pitié. Mais sa douleur contenue est si évidente avec le tremblement qui la saisit, la pâleur de son visage, ses yeux si grands ouverts qu’elle émeut plus qu’une scène de pleurs et de cris.

Elle ne sent plus la fatigue ni la faim. Pourtant, l’étape avait été longue et depuis si longtemps elle n’avait rien pris ! Mais elle laisse tout. Et la couchette que l’on préparait et la nourriture qui va être distribuée. Elle revient sur ses pas. C’est le soir et la nuit descend. Peu importe. Chaque pas la ramène vers Jérusalem. Elle arrête les caravanes, les pèlerins, elle les interroge. Joseph la suit et l’aide. Une journée de marche à rebours, et puis l’angoissante recherche à travers la Cité.

Où, où peut être son Jésus ? Et Dieu permet qu’elle ne sache pas, pendant de si longues heures, où me chercher. Chercher un enfant au Temple n’avait pas de sens. Que pouvait bien faire un enfant au Temple ? Tout au plus s’il était perdu à travers la ville et s’était ramené là, à l’intérieur, porté par ses petits pas, sa voix plaintive aurait appelé la maman et attiré l’attention des adultes, des prêtres, qui auraient pensé à rechercher les parents avec des écriteaux mis aux portes. Mais pas d’écriteaux. Personne en ville ne savait rien de cet enfant. Beau ? Blond ? Robuste ? Mais il y en a tant dont on peut le dire ! C’était trop peu pour pouvoir affirmer : « Je l’ai vu, il était ici ou là » !

Puis, après trois jours, symbole des trois jours de sa future angoisse, voilà que Marie à bout de forces pénètre dans le Temple, parcourt les cours et les vestibules. Rien. Elle court, elle court la pauvre Maman, là où elle entend une voix enfantine. Et même les agneaux avec leurs bêlements lui semblent la voix de la créature qu’elle cherche. Mais Jésus ne pleure pas. Il enseigne. Voilà que Marie entend, au-delà d’un groupe de personnes, la chère voix qui dit : « Ces pierres frémiront… ». Elle tâche de se frayer un chemin à travers la foule et elle y réussit finalement. Le voilà, le Fils, les bras ouverts, tout droit au milieu des docteurs.

Marie est la Vierge prudente, mais, cette fois, le chagrin la fait sortir de sa réserve. C’est une digue qui abat tout obstacle. Elle court vers son Fils, l’embrasse en le soulevant de son siège et en le posant à terre. Elle s’écrie : « Oh ! pourquoi nous as-tu fait cela ? Depuis trois jours nous marchons à ta recherche. Ta Maman se meurt de chagrin, Fils. Ton père est épuisé de fatigue. Pourquoi, Jésus ? ».

On ne demande pas de « pourquoi » à Celui qui sait. Le « pourquoi » de sa façon d’agir. A ceux qui sont appelés on ne demande pas « pourquoi » ils laissent tout pour suivre la voix de Dieu. J’étais la Sagesse et je savais. J’étais « appelé » à une mission et je la remplissais. Au-dessus du père et de la mère de la terre, il y a Dieu, le Père Divin. Ses intérêts dépassent les nôtres, ses affections passent avant toutes les autres. Je le dis à ma Mère. Je termine l’enseignement aux docteurs par l’enseignement à Marie, Reine des docteurs. Et elle ne l’a jamais plus oublié. Un rayon de soleil lui est revenu au cœur, tandis qu’elle me tient par la main, humble et obéissant, mais mes paroles lui sont restées au cœur.

Beaucoup de jours ensoleillés ou nuageux passeront sous le ciel, pendant ces vingt et une années où je serai encore sur la terre. Beaucoup de joies et beaucoup de peines et de pleurs passeront, les uns après les autres, en son cœur pendant les vingt et une autres années qui suivront, mais elle ne demandera plus : « Pourquoi, mon Fils, nous as-tu fait cela ? «

Apprenez cette leçon, vous, hommes arrogants.

Source

Présentation de Jésus au Temple

Je vois partir d’une petite maison très modeste un couple de personnes. D’un petit escalier extérieur descend une très jeune mère avec, entre ses bras, un bébé dans un lange blanc.

Je reconnais, c’est notre Maman. C’est toujours elle, pâle et blonde, agile et si gentille en toutes ses démarches. Elle est vêtue de blanc, avec un manteau d’azur pâle qui l’enveloppe. Sur la tête un voile blanc. Elle porte son Bébé avec tant de précautions. Au pied du petit escalier, Joseph l’attend auprès d’un âne gris. Joseph est habillé de marron clair, aussi bien pour l’habit que pour le manteau. Il regarde Marie et lui sourit. Quand Marie arrive près de l’âne, Joseph se passe la bride sur le bras gauche, et prend pour un moment le Bébé qui dort tranquille pour permettre à Marie de mieux s’installer sur la selle. Puis, il lui rend Jésus et ils se mettent en marche.

Joseph marche à côté de Marie en tenant toujours la monture par la bride et en veillant qu’elle marche droit et sans trébucher. Marie tient Jésus sur son sein et, par crainte que le froid ne puisse Lui nuire, elle étend sur Lui un pli de son manteau. Ils parlent très peu, les deux époux, mais ils se sourient souvent.

La route qui n’est pas un modèle du genre se déroule à travers une campagne que la saison a dépouillée. Quelque autre voyageur se rencontre avec les deux ou les croise, mais c’est rare.

Puis voici des maisons qui se découvrent et des murs qui enserrent une ville. Les deux époux entrent par une porte, puis commence le parcours sur le pavé très disjoint de la ville. La marche devient beaucoup plus difficile, soit à cause du trafic qui fait arrêter l’âne à tout moment, soit parce que sur les pierres et les crevasses qui les interrompent il a de continuelles secousses qui dérangent Marie et l’Enfant.

La route n’est pas plane : elle monte bien que légèrement. Elle est étroite entre les hautes maisons aux entrées aussi étroites et basses et aux rares fenêtres sur la rue. En haut, le ciel se montre avec tant de morceaux d’azur de maison à maison ou de terrasse à terrasse. En bas sur la rue, il y a des gens qui crient et croisent, d’autres personnes à pied ou à âne, ou conduisant des ânes chargés et d’autres, en arrière d’une encombrante caravane de chameaux. À un certain endroit passe avec beaucoup de bruits de sabots et d’armes une patrouille de légionnaires romains qui disparaissent derrière une arcade qui enjambe une rue très étroite et pierreuse.

Joseph tourne à gauche et prend une rue plus large et plus belle. J’aperçois l’enceinte crénelée que je connais déjà tout au fond de la rue.

Marie descend de l’âne près de la porte où se trouve une sorte d’abri pour les ânes. Je dis « abri » parce que c’est une espèce de hangar ou mieux d’abri couvert jonché de paille avec des piquets munis d’anneaux pour attacher les quadrupèdes. Joseph donne quelque argent à un garçon qui est accouru, pour acheter un peu de foin et il tire un seau d’eau à un puits rudimentaire situé dans un coin, pour la donner à l’âne.

Puis, il rejoint Marie et ils entrent tous deux dans l’enceinte du Temple.

Ils se dirigent d’abord vers un portique où se trouvent ces gens que Jésus fustigea plus tard vigoureusement : les marchands de tourterelles et d’agneaux et les changeurs. Joseph achète deux blanches colombes. Il ne change pas d’argent. On se rend compte qu’il a déjà ce qu’il faut.

Joseph et Marie se dirigent vers une porte latérale où on accède par huit marches, comme on dirait qu’ont toutes les portes, en sorte que le cube du Temple est surélevé au-dessus du sol environnant. Cette porte a un grand hall comme les portes cochères de nos maisons en ville, pour en donner une idée, mais plus vaste et plus décoré. La il y a à droite et à gauche deux sortes d’autels c’est-à-dire deux constructions rectangulaires dont au début je ne vois pas bien a quoi elles servent. On dirait des bassins peu profonds car l’intérieur est plus bas que le bord extérieur surélevé de quelques centimètres.

Je ne sais si c’est Joseph qui a appelé : voila qu’accourt un prêtre. Marie offre les deux pauvres colombes et moi qui comprends leur sort, je détourne mon regard. J’observe les ornements du très lourd portail, du plafond, du hall. Il me semble pourtant voir, du coin de l’œil, que le prêtre asperge Marie avec de l’eau, Ce doit être de l’eau, car je ne vois pas de tache sur son habit. Puis, Marie, qui, en même temps que les colombes, avait donné au prêtre une petite poignée de monnaie (j’avais oublié de le dire), entre avec Joseph dans le Temple proprement dit, accompagnée par le prêtre.

Je regarde de tous côtés. C’est un endroit très orné. Sculptures à têtes d’anges avec rameaux et ornements courent le long des colonnes, sur les murs et le plafond. Le jour pénètre par de longues et drôles fenêtres, étroites, sans vitres naturellement et disposées obliquement sur le mur. Je suppose que c’est pour empêcher d’entrer les averses.

Marie s’introduit jusqu’à un certain endroit, puis s’arrête. À quelques mètres d’elle il y a d’autres marches et au-dessus une autre espèce d’autel au-delà duquel il y a une autre construction.

Je m’aperçois que je croyais être dans le Temple et au contraire j’étais au dedans des bâtiments qui entourent le Temple proprement dit, c’est-à-dire le Saint, et au-delà duquel il semble que personne, en dehors des prêtres, ne puisse entrer. Ce que je croyais être le Temple n’est donc qu’un vestibule fermé qui, de trois côtés, entoure le Temple où est renfermé le Tabernacle. Je ne sais si je me suis très bien expliquée, mais je ne suis pas architecte ou ingénieur.

Marie offre le Bébé, qui s’est éveillé et tourne ses petits yeux innocents tout autour, vers le prêtre, avec le regard étonné des enfants de quelques jours. Ce dernier le prend sur ses bras et le soulève à bras tendus, le visage vers le Temple en se tenant contre une sorte d’autel qui est au-dessus des marches. La cérémonie est achevée. Le Bébé est rendu à sa Mère et le prêtre s’en va.

Il y a des gens, des curieux qui regardent. Parmi eux se dégage un petit vieux, courbé qui marche péniblement en s’appuyant sur une canne, Il doit être très vieux, je dirais plus qu’octogénaire. Il s’approche de Marie et lui demande de lui donner pour un instant le Bébé. Marie le satisfait en souriant.

C’est Siméon, j’avais toujours cru qu’il appartenait à la caste sacerdotale et au contraire, c’est un simple fidèle, à en juger du moins par son vêtement. Il prend l’Enfant, l’embrasse. Jésus lui sourit avec la physionomie incertaine des nourrissons. Il semble qu’il l’observe curieusement, parce que le petit vieux pleure et rit à la fois et les larmes font sur sa figure des dessins emperlés en s’insinuant entre les rides et retombant sur la barbe longue et blanche vers laquelle Jésus tend les mains : C’est Jésus, mais c’est toujours un petit bébé et, ce qui remue devant lui, attire son attention et lui donne des velléités de se saisir de la chose pour mieux voir ce que c’est. Marie et Joseph sourient, et aussi les personnes présentes qui louent la beauté du Bébé.

J’entends les paroles du saint vieillard et je vois le regard étonné de Joseph, l’émotion de Marie, les réactions du petit groupe des personnes présentes, les unes étonnées et émues aux paroles du vieillard, les autres prises d’un fou rire. Parmi ces derniers se trouvent des hommes barbus et de hautains membres du Sanhédrin qui hochent la tête. Ils regardent Siméon avec une ironique pitié.

Ils doivent penser que son grand âge lui a fait perdre la tête.

Le sourire de Marie s’éteint en une plus vive pâleur, lorsque Siméon lui annonce la douleur. Bien qu’elle sache, cette parole lui transperce l’âme. Marie s’approche davantage de Joseph pour trouver du réconfort; elle serre passionnément son Enfant sur son sein et, comme une âme altérée, et le boit les paroles d’Anne qui, étant femme, a pitié de la souffrance de Marie et lui promet que l’Éternel adoucira l’heure de sa douleur en lui communiquant une force surnaturelle : « Femme, Celui qui a donné le Sauveur à son peuple ne manquera pas de te donner son ange pour soulager tes pleurs. L’aide du Seigneur n’a pas manqué aux grandes femmes d’Israël et tu es bien plus que Judith et que Yaël. Notre Dieu te donnera un cœur d’or très pur pour résister à la mer de douleur par quoi tu seras la plus grande Femme de la création, la Mère. Et toi, Petit, souviens-toi de moi à l’heure de ta mission. »

Ici s’arrête pour moi la vision.

Source

L’adoration des mages – C’est « l’Évangile de la foi »

Mon conseiller intérieur me dit :

«Ces contemplations que tu vas recevoir et que je vais te présenter, appelle-les “ les Évangiles de la foi ” car, pour toi comme pour les autres, ils viendront mettre en lumière la puissance de la foi et de ses fruits, et vous confirmer dans votre foi en Dieu.»

Je vois la petite ville de Bethléem, toute blanche et rassemblée comme une couvée de poussins sous la lumière des é toiles. Deux rues principales s’y coupent à angle droit, l’une venant de l’extérieur du bourg – c’est la grand-route qui continue plus loin, – l’autre qui le traverse d’un bout à l’autre, mais pas au-delà. D’autres ruelles sillonnent cette bourgade, sans la moindre trace d’un plan d’urbanisme tel que nous le concevons ; elles s’adaptent plutôt aux différences de niveaux du sol et aux maisons édifiées çà et là, au gré des accidents du sol et des caprices des constructeurs. Tournées parfois vers la droite, parfois vers la gauche, ou encore de biais par rapport à la rue qui les borde, ces maisons l’obligent à ressembler à un ruban sinueux au lieu d’être rectiligne entre un point et un autre.

De temps en temps, on rencontre une petite place, soit pour un marché, soit pour une fontaine, ou encore – parce que les bâtiments sont construits au petit bonheur –, un espace libre sur lequel on ne peut rien construire.

À l’endroit où, à ce qu’il me semble, je dois m’arrêter plus particulièrement, se trouve précisément l’une de ces places irrégulières. Elle devrait être carrée ou du moins rectangulaire. Elle se présente au contraire sous la forme d’un trapèze si bizarre qu’on dirait un triangle coupé au sommet. Du côté le plus long – la base du triangle – se dresse un bâtiment large et bas. C’est le plus important du village. Du dehors, c’est une muraille lisse et nue sur laquelle s’ouvrent deux portes cochères actuellement bien fermées. À l’intérieur en revanche, de nombreuses fenêtres au premier étage donnent sur la cour carrée, tandis que, au-dessous, des portiques entourent des cours jonchées de paille et de détritus, avec des vasques pour abreuver les chevaux et les autres animaux. Les colonnes rustiques des portiques portent des anneaux pour attacher les bêtes et, sur un côté, se trouve un vaste hangar pour abriter troupeaux et montures. Je comprends qu’il s’agit de l’auberge de Bethléem.

Sur deux autres côtés de même longueur se trouvent des maisons et des maisonnettes, les unes précédées d’un petit jardin et d’autres pas, car certaines ont la façade tournée vers la place, et d’autres, vers l’arrière. Sur le côté plus étroit, face au caravansérail, se dresse une unique maisonnette avec, au milieu de la façade, un escalier extérieur qui donne accès aux chambres de l’étage habité. Comme c’est la nuit, elles sont toutes fermées et, vu l’heure, les rues sont désertes.

Je vois s’intensifier la clarté de la nuit qui descend d’un ciel semé d’étoiles, toujours si belles dans le ciel d’Orient, si vives et grandes qu’elles en paraissent toutes proches ; on a l’impression qu’on pourrait aisément les atteindre, les toucher du doigt, ces fleurs qui brillent sur le velours du firmament… Je lève les yeux pour comprendre quelle est la source de cette intensité de lumière. Une étoile d’une taille insolite qui la fait ressembler à une petite lune s’avance dans le ciel de Bethléem. Par là même, les autres paraissent s’éclipser et lui céder le passage comme des servantes sur le parcours d’une reine, tant son éclat les surpasse et les fait disparaître.

Son noyau ressemble à un énorme saphir, éclairé de l’intérieur par un soleil ; il en sort une traînée lumineuse où prédomine un bleu céleste, mais où se fondent les blonds des topazes, les verts des émeraudes, l’éclat irisé des opales, les clartés sanguines des rubis et le doux scintillement des améthystes. On retrouve toutes les pierres précieuses de la terre dans cette traînée qui balaye le ciel d’un mouvement rapide et ondulant comme si elle était vivante. Mais la couleur prédominante qui semble pleuvoir du globe de l’étoile, c’est la teinte paradisiaque de saphir clair qui vient colorer d’un bleu argenté les maisons, les rues et le sol de Bethléem, ce berceau du Sauveur. Elle n’a plus rien de la pauvre bourgade qui, pour nous, est plus petite qu’un village rural. C’est une cité fantastique de conte de fées où tout est d’argent. Même l’eau des fontaines et des vasques ressemble à du diamant liquide.

C’est en rayonnant avec encore plus d’éclat que l’étoile s’arrête sur la petite maison qui se trouve du côté le plus étroit de la place. Ni ses occupants ni les villageois ne la voient, parce qu’ils dorment dans leurs maisons bien closes. Cependant, les palpitations lumineuses de l’astre s’accélèrent, son sillage ondule et tourbillonne plus fort en traçant presque des demi-cercles dans le ciel, qui s’illumine tout entier sous l’effet de cette poussière d’étoiles qu’elle entraîne, ce filet de pierres précieuses qui resplendissent de mille couleurs sur les autres étoiles, comme pour leur communiquer un message de joie.

La maison tout entière est baignée de ce feu liquide de joyaux. Le toit de la petite terrasse, l’escalier de pierre grise, la petite porte, tout ne forme qu’un bloc d’argent pur saupoudré d’une poussière de diamants et de perles. Aucun palais royal sur terre n’a jamais eu et n’aura jamais d’escalier pareil à celui-ci, fait pour recevoir le passage des anges et pour servir à la Mère, qui est Mère de Dieu. Ses petits pieds de Vierge immaculée peuvent se poser sur cette éclatante blancheur, ses petits pieds destinés à se poser sur les marches du trône de Dieu. Mais la Vierge ignore tout. Elle veille à côté du berceau de son Fils et prie. Son âme recèle des splendeurs qui surpassent celles dont l’étoile embellit toutes choses.

Un cortège s’avance dans la rue principale : chevaux harnachés et d’autres guidés à la main, dromadaires et chameaux, les uns montés, les autres chargés de bagages. Le bruit des sabots ressemble à de l’eau qui clapote en heurtant les pierres d’un torrent.

Parvenus sur la place, tous s’arrêtent. Sous le rayonnement de l’étoile, ce cortège est d’une splendeur fantastique : les ornements des riches montures, les vêtements des cavaliers, les visages, les bagages, tout resplendit en ravivant et en unissant au scintillement de l’étoile l’éclat du métal, du cuir, de la soie, des fourrures et des joyaux. Les yeux rayonnent, les bouches rient, car une autre splendeur s’est allumée dans les cœurs, celle d’une joie surnaturelle.

Pendant que les serviteurs se dirigent vers le caravansérail avec les animaux, trois personnages de la caravane descendent de leur monture respective, qu’un serviteur emmène aussitôt, et marchent vers la maison.
Ils se prosternent, face contre terre, et baisent le sol. Ce sont trois personnages puissants, leurs riches vêtements le prouvent. À peine descendu de son chameau, l’un d’eux, à la peau très foncée, se drape dans un superbe vêtement de soie blanche. Son front est ceint d’un cercle d’or et de sa ceinture pend un poignard ou une épée dont la garde s’orne de pierres précieuses. Les deux autres sont descendus de leurs magnifiques chevaux. L’un d’eux est revêtu d’une tunique rayée, très belle, où domine le jaune. Cet habit est comme un long domino garni d’une capuche et d’un cordon qui semblent faits tout d’une pièce en filigrane d’or tant ils sont ornés de brocart. Quant au troisième, il porte une chemise de soie bouffante qui sort d’un long et large pantalon serré aux pieds. Il s’est enveloppé dans un châle très fin, véritable jardin fleuri tant sont vives les fleurs qui le décorent entièrement. Sur la tête, il porte un turban retenu par une chaînette faite entièrement de chatons de diamants.

Ayant vénéré la maison où se trouve le Sauveur, ils se relèvent et vont au caravansérail, que les serviteurs, après y avoir frappé, ont fait ouvrir.

Ici s’arrête ma vision.

Elle reprend trois heures plus tard par la scène de l’adoration des mages à Jésus.

Il fait jour, désormais. Un beau soleil brille dans le ciel de l’après-midi.

Un serviteur des mages traverse la place et gravit l’escalier de la petite maison. Il entre, ressort, et retourne à l’auberge.

Les trois sages sortent, suivis chacun de son serviteur. Ils traversent la place. Les rares passants se retournent pour regarder ces personnages majestueux qui marchent lentement, avec solennité. Un bon quart d’heure est passé entre l’entrée du serviteur et celle des Mages, ce qui a permis aux habitants de la petite maison de se préparer à recevoir leurs hôtes.

Ces derniers sont habillés encore plus richement que la veille au soir. Les soieries resplendissent, les pierres précieuses étincellent, un grand panache de plumes de grand prix couvertes d’écailles encore plus précieuses oscille sur la tête de celui qui a un turban.

L’un des serviteurs porte un coffre orné de marqueteries dont les fermetures sont en or buriné ; le deuxième une coupe très travaillée, surmontée d’un couvercle encore mieux ciselé ; le troisième, une espèce d’amphore large et basse, en or elle aussi, bouchée par une fermeture en forme de pyramide garnie d’un brillant au sommet. Ces objets doivent être lourds, car les serviteurs les portent avec effort, surtout celui qui est chargé du coffre.

Les trois visiteurs montent l’escalier et entrent. Ils pénètrent dans une pièce qui va de la rue à l’arrière de la maison. On aperçoit le petit jardin qui se trouve derrière par une fenêtre ouverte au soleil. Des portes s’ouvrent dans les deux autres murs, d’où les propriétaires observent : un homme, une femme, et trois ou quatre enfants entre deux âges.

Marie est assise, l’enfant sur son sein, et Joseph se tient debout auprès d’elle. Mais elle se lève elle aussi et s’incline quand elle voit entrer les trois mages. Elle est entièrement vêtue de blanc. Elle est si belle dans le simple vêtement immaculé qui la recouvre de la base du cou aux pieds, des épaules à ses fins poignets, si belle avec sa tête couronnée de tresses blondes, son visage rosi par l’émotion, ses yeux qui sourient avec douceur, sa bouche qui s’ouvre pour saluer : «Que Dieu soit avec vous !», que les trois hommes en restent un instant interdits. Puis ils s’avancent, se prosternent à ses pieds et la prient de s’asseoir.

Eux non, ils ne s’asseyent pas, bien que Marie les en prie. Ils restent à genoux, appuyés sur leurs talons. Les trois serviteurs se tiennent en retrait, eux aussi à genoux, tout de suite derrière le seuil. Ils ont déposé devant eux les objets qu’ils portaient, et attendent.

Les trois sages contemplent l’Enfant, qui, à ce qu’il me semble, doit avoir de neuf mois à un an, tant il est éveillé et robuste.

Il se tient assis sur le sein de sa Mère, sourit et gazouille avec une voix de petit oiseau.

Comme sa Mère, il est entièrement vêtu de blanc et porte des sandalettes à ses pieds minuscules. Un petit vêtement tout simple : une tunique d’où sortent de beaux petits petons remuants, de petites mains potelées qui voudraient bien tout attraper, et surtout un très joli visage où resplendissent des yeux bleu foncé ; sa bouche fait des fossettes des deux côtés quand il rit, découvrant des dents minuscules. Les boucles de ses cheveux font penser à une poussière d’or tant elles sont brillantes et vaporeuses.

Le plus âgé des sages parle au nom de tous.

Il explique à Marie que, une nuit du dernier mois de décembre, ils ont vu, dans le ciel, apparaître une nouvelle étoile d’un éclat inhabituel. Jamais aucune carte du ciel n’avait mentionné cet astre et nul n’en avait jamais parlé. On ne connaissait pas son nom, parce qu’il n’en avait pas. Née du sein de Dieu, cette étoile s’était épanouie pour apprendre aux hommes une vérité bénie, un secret de Dieu. Mais les hommes ne s’en étaient guère souciés, parce que leur âme était plongée dans la boue. Ils ne levaient pas les yeux vers Dieu et ne savaient pas lire les paroles qu’il trace – qu’il en soit éternellement béni – avec des astres de feu sur la voûte des cieux.

Eux, ils l’avaient vue et s’étaient efforcés d’en comprendre le sens. C’est de bon cœur qu’ils avaient perdu le peu de sommeil qu’ils accordaient à leurs membres et en oubliaient de manger pour se plonger dans l’étude du zodiaque. Or les conjonctions des planètes, le temps, la saison, le calcul des heures passées et des combinaisons astronomiques leur avaient appris le nom et le secret de l’étoile. Son nom était “Messie”, et son secret : “Être le Messie venu au monde.” Ils avaient donc pris la route pour l’adorer, à l’insu les uns des autres. Par monts et par vaux, à travers déserts et fleuves, voyageant de nuit, ils avaient marché en direction de la Palestine, vers où l’étoile les guidait. Pour chacun, de trois points différents de la terre, elle allait dans cette direction. Et puis ils s’étaient rencontrés, de l’autre côté de la mer Morte. C’est là que la volonté de Dieu les avait réunis, et ils avaient continué ensemble, en se comprenant, bien que chacun parle sa propre langue, et en comprenant et pouvant parler la langue du pays traversé, par quelque miracle de l’Éternel.

Ensemble, ils étaient allés à Jérusalem, puisque le Messie devait être le roi de Jérusalem, le roi des Juifs. Mais l’étoile s’était cachée sur le ciel de cette ville ; ils avaient senti leur cœur se briser de douleur et s’étaient examinés pour savoir s’ils avaient démérité de Dieu. Mais, leur conscience les rassurant, ils s’étaient adressés au roi Hérode pour lui demander dans quel palais était né le roi des Juifs qu’ils étaient venus adorer. Ayant convoqué les prêtres et les scribes, le roi leur avait demandé où devait naître le Messie, et ils avaient répondu:

«À Bethléem de Judée.»

Les mages étaient donc venus à Bethléem et l’étoile était réapparue à leurs yeux, une fois quittée la cité sainte. La veille au soir, son éclat s’était accru – le ciel entier était embrasé – puis, unissant la lumière des autres étoiles à son propre rayonnement, elle s’était arrêtée au-dessus de cette maison. Ils avaient compris que c’était là que se trouvait le Nouveau-né divin. Et maintenant ils l’adoraient et lui offraient leurs pauvres cadeaux et, par-dessus tout, leur cœur qui ne cesserait jamais de bénir Dieu de la grâce qu’il leur avait accordée et d’aimer son Nouveau-né, dont ils voyaient la sainte humanité. Ils allaient ensuite en rendre compte au roi Hérode, car lui aussi désirait l’adorer.

«Voici à la fois l’or qu’il convient à un roi de posséder, l’encens comme il convient à Dieu, et voilà, Mère, voilà la myrrhe, puisque ton Nouveau-né n’est pas seulement Dieu mais homme, et connaîtra donc l’amertume de la chair et de la vie humaine ainsi que la loi inévitable de la mort. Notre amour aurait préféré ne pas te dire ces mots et penser que sa chair est éternelle à l’instar de son Esprit. Mais, Femme, si nos cartes ne se trompent pas, et plus encore nos âmes, ton Fils est le Sauveur, le Christ de Dieu qui devra, pour sauver la terre, prendre sur lui le mal du monde dont l’un des châtiments est la mort. Cette résine est destinée à cette heure-là, pour que ses chairs – qui sont saintes – ne connaissent pas la pourriture de la corruption et gardent leur intégrité jusqu’à leur résurrection. Que par nos cadeaux il se souvienne de nous et sauve ses serviteurs en leur donnant son Royaume.

Pour l’instant, et pour être sanctifiés par lui, que sa Mère offre son Enfant à notre amour. Qu’en baisant ses pieds la bénédiction céleste descende sur nous».

Marie, qui a dominé l’effroi provoqué par les paroles du savant et a dissimulé par un sourire la tristesse de l’évocation funèbre, leur offre l’enfant. Elle le pose dans les bras du plus âgé, qui l’embrasse et reçoit des caresses, puis il le passe aux deux autres.

Jésus sourit et joue avec les chaînettes et les franges des trois hommes, et il regarde avec curiosité l’écrin ouvert, rempli d’une matière jaune et luisante. Il rit quand il voit que le soleil forme un arc-en-ciel en tombant sur le couvercle de la myrrhe.

34.9 – Puis les trois personnages rendent l’Enfant à Marie et se lèvent. Marie en fait de même. Le plus jeune donne un ordre à son serviteur, qui sort, et les uns et les autres s’inclinent. Les mages parlent encore un peu, comme s’ils ne pouvaient se résoudre à quitter cette maison. Des larmes d’émotion brillent dans les yeux. Finalement, ils se dirigent vers la sortie, accompagnés par Marie et Joseph.

L’Enfant a voulu descendre et donner la main au plus âgé des trois, et il marche comme cela, une main dans la main de Marie, l’autre dans celle du sage, qui se penche pour le retenir. Jésus a le pas encore incertain d’un enfant et il rit en frappant du pied le rayon de lumière que le soleil dessine par terre.

Parvenus sur le seuil – il ne faut pas oublier que cette pièce prenait toute la longueur de la maison – les trois visiteurs prennent congé en s’agenouillant encore une fois pour baiser les pieds de Jésus. Marie, penchée sur son Fils, prend sa petite main et, en la guidant, lui fait faire un geste de bénédiction sur la tête de chacun des mages. C’est déjà un signe de croix que tracent les petits doigts de Jésus guidés par Marie.

Après cela, les trois mages descendent l’escalier. La caravane est déjà prête, elle les attend. Le harnachement des chevaux brille sous le soleil couchant. Les gens se sont rassemblés sur la petite place pour observer ce spectacle insolite.

Jésus bat des mains en riant. Sa Mère l’a soulevé et appuyé contre un large parapet qui borde le palier. Elle le maintient par un bras sur sa poitrine pour l’empêcher de tomber. Joseph est descendu avec les trois personnages et tient l’étrier à chacun pendant qu’ils montent à cheval ou à chameau.

Désormais, maîtres et serviteurs sont tous en selle. L’ordre de marche est donné. Les trois hommes se penchent jusque sur le cou de leur monture en un dernier salut. Joseph s’incline, Marie en fait de même et guide de nouveau la main de Jésus en un geste d’adieu et de bénédiction.

Source Jésus dit :

«Et maintenant ? Que vous dire, ô âmes qui sentez mourir votre foi ?

Rien ne pouvait apporter à ces sages d’Orient la certitude de la vérité. Rien de surnaturel. Ils n’avaient que leurs calculs d’astronomie et leur réflexion qu’une vie intègre rendait parfaite. Et pourtant ils ont eu foi, foi en tout : dans la science, dans leur conscience, dans la bonté de Dieu.

Par la science, ils ont cru au signe de la nouvelle étoile qui ne pouvait être que “celle” que l’humanité attendait depuis des siècles : le Messie. Par ailleurs, ils ont eu foi en la voix de leur conscience qui recevait des “voix” célestes et leur disait : “C’est l’étoile qui indique l’avènement du Messie.” Grâce à leur bonté, ils ont cru avec foi que Dieu ne les tromperait pas et que, puisque leur intention était droite, il allait les aider de mille façons à atteindre leur but.

Et ils y sont parvenus. Parmi tant de personnes qui étudient les signes, eux seuls ont compris ce signe-là, car eux seuls avaient au fond du cœur le désir de connaître les paroles de Dieu avec une intention droite, dont le but principal était de rendre aussitôt à Dieu honneur et louange.

Ils ne recherchaient pas quelque intérêt personnel. Au contraire, ils vont au-devant de fatigues et de dépenses, sans demander la moindre compensation humaine. Ils demandent seulement à Dieu de se souvenir d’eux et de les sauver pour l’éternité.

De même qu’ils ne pensaient à aucune compensation humaine future, ils n’ont aucune préoccupation humaine lorsqu’ils entreprennent ce voyage. Vous, vous auriez coupé les cheveux en quatre de mille manières :

“Comment vais-je pouvoir faire un tel voyage dans des pays et parmi des peuples d’une autre langue ? Va-t-on me croire ou m’emprisonner comme espion ? Quelle aide m’apportera-t-on pour traverser déserts, montagnes et fleuves ? Et la chaleur ? Les vents des hauts plateaux ? Les fièvres qui règnent dans les régions marécageuses ?

Les fleuves gonflés par les pluies ? Les différences de nourriture, de langues ? ” Et ainsi de suite.

C’est comme cela que, vous, vous raisonnez. Mais pas eux. Eux, ils disent avec une sincère, une sainte audace : “Toi, mon Dieu, tu lis dans les cœurs et tu vois quel est notre but. Nous nous remettons entre tes mains. Accorde-nous la joie surnaturelle d’adorer ta deuxième Personne faite chair pour le salut du monde.”

Cela suffit. Ils se mettent en route à partir des Indes lointaines, des chaînes de montagnes de Mongolie sur lesquelles planent seulement les aigles et les vautours, où Dieu parle par le tumulte des vents et des torrents, où il écrit de mystérieuses paroles sur les pages illimitées des névés, des terres où le Nil naît puis coule, tel une veine bleu vert, à la rencontre du cœur de la Méditerranée couleur d’azur. Ni pics, ni forêts, ni sables, ni océans desséchés plus dangereux que les mers, rien n’arrête leur marche. L’étoile brille sur leurs nuits, elle les empêche de dormir. Quand on cherche Dieu, les habitudes animales doivent céder le pas aux impatiences et aux nécessités surnaturelles.

L’étoile les amène du nord, de l’orient et du midi et, par un miracle de Dieu, elle s’avance pour tous trois vers un même point comme, par un autre miracle, elle les réunit après un tel parcours à cet endroit. Un troisième miracle leur donne, anticipation de la sagesse de la Pentecôte, le don de se comprendre et de se faire comprendre comme au Paradis, où l’on ne parle qu’une seule et même langue, celle de Dieu.

Un seul moment d’effroi les assaille lorsque l’étoile disparaît.

Dans leur humilité – parce qu’ils sont réellement grands –, ils n’imaginent pas que cela puisse être dû à la méchanceté d’autrui et que les hommes corrompus de Jérusalem ne méritent pas de voir l’étoile de Dieu. Ils pensent avoir eux-mêmes démérité de Dieu et font leur examen de conscience, tremblants, contrits et déjà prêts à demander pardon.

Mais leur conscience les rassure. Les âmes habituées à la méditation ont une conscience extrêmement sensible, affinée par une attention constante, par une introspection aiguë qui a fait de leur vie intérieure un miroir sur lequel se reflètent les moindres traces des événements quotidiens.

Ils s’en sont fait une maîtresse, une voix qui les avertit et se fait entendre, je ne dis pas à la moindre erreur, mais à un simple regard vers l’erreur, vers l’humain, vers la complaisance pour leur moi. Par conséquent, quand ils se remettent en face de cette maîtresse, de ce miroir sévère et limpide, ils savent qu’elle ne mentira pas. Or, à cet instant, elle les rassure et ils reprennent courage.

“Ah, qu’il est doux de sentir que rien en nous ne s’oppose à Dieu ! Qu’il regarde avec bienveillance l’âme de son enfant fidèle et la bénit… Ce sentiment provoque un accroissement de la foi et de la confiance, de l’espérance, de la force et de la patience. Certes, en ce moment c’est la tempête. Mais elle passera, puisque Dieu m’aime et sait que je l’aime, et jamais son aide ne me fera défaut.” Ainsi parlent ceux qui ont en eux la paix que donne une conscience droite qui dirige souverainement chacun de leurs actes.

J’ai dit qu’ils étaient “humbles parce qu’ils étaient réellement grands”. Dans votre vie, que se passe-t-il au contraire ? Un individu n’est jamais humble, du fait qu’il est grand, mais parce qu’il est vaniteux et tire sa puissance de son influence et de votre sotte idolâtrie. Il y a des malheureux qui, pour la simple raison qu’ils sont majordomes d’un puissant, huissiers d’un bureau, fonctionnaires dans une administration, bref au service de celui qui leur a procuré cette place, prennent des poses de demi-dieux. Comme ils font pitié !…

Mais eux, les trois, parce qu’ils étaient sages, étaient réellement grands. D’abord par leurs vertus surnaturelles, ensuite par leur science, enfin par leur richesse. Mais ils se considèrent comme moins que rien : poussière sur la poussière de la terre par rapport au Dieu Très-Haut qui crée les mondes par un sourire et les sème comme des grains de blé pour rassasier les yeux des anges par des colliers d’étoiles.

Ils se considèrent comme moins que rien par rapport au Dieu très-haut qui a créé la planète sur laquelle ils vivent et lui a donné une extraordinaire variété. En Sculpteur infini d’œuvres sans limites, il y a disposé d’un coup de pouce, ici un chapelet de douces collines, là une ossature de dômes et de sommets en guise de vertèbres de la terre, de ce corps démesuré qui a pour veines les rivières, pour bassins les lacs, pour cœur les océans, pour vêtements les forêts, pour voiles les nuages, pour ornements les glaciers de cristal, pour bijoux les turquoises et les émeraudes, les opales et les béryls de toutes les eaux qui, avec les bois et les vents, chantent un grand chœur de louanges à leur Seigneur.

Mais malgré leur sagesse, ils se sentent moins que rien face au Dieu très-haut dont cette sagesse provient et qui leur a donné un regard plus pénétrant que celui de leurs yeux pour voir les réalités : c’est le regard de l’âme qui sait reconnaître en toute chose des paroles qu’aucune main humaine n’a écrites, mais qui ont été gravées par la pensée de Dieu.

Malgré leurs richesses, ils se sentent moins que rien, un atome en comparaison de la richesse du Maître de l’univers, qui sème métaux et pierres précieuses sur les astres et les planètes, ainsi que des richesses en profusion inépuisable dans le cœur de ceux qui l’aiment.

Arrivés devant une pauvre maison dans la plus insignifiante des villes de Juda, ils ne hochent pas la tête en disant : “C’est impossible !” : ils s’inclinent, s’agenouillent, s’humilient de tout leur cœur et adorent.

Dieu est là, derrière ce misérable mur, ce Dieu qu’ils ont toujours invoqué sans jamais oser – même de très loin – espérer pouvoir le voir ; mais ils l’invoquent pour le bien de l’humanité tout entière, et pour “leur” propre bien éternel. Ah, ils n’espéraient que cela : pouvoir le voir, le connaître, le posséder dans la vie qui ne connaît plus ni aubes ni crépuscules !

Il est là, derrière ce pauvre mur. Qui sait si son cœur d’enfant, qui est toujours le cœur de Dieu, n’entend pas le cœur de ces trois hommes qui, prosternés dans la poussière de la rue, s’écrient : “Saint, Saint, Saint ! Béni soit le Seigneur notre Dieu. Gloire, gloire, gloire et bénédiction” ? Ils se le demandent avec un cœur tremblant d’amour.

Pendant la nuit et le matin suivant, c’est par la plus vive des prières qu’ils préparent leur âme à communier à l’Enfant-Dieu. Ils ne vont pas vers cet autel qu’est le sein virginal portant l’Hostie divine comme vous y allez, vous, l’esprit habité de préoccupations matérielles. Ils oublient sommeil et nourriture et, s’ils portent leurs plus beaux atours, ce n’est pas par vanité humaine, mais pour faire honneur au Roi des rois. Les dignitaires entrent à la cour des souverains avec leurs plus beaux vêtements.

Les mages ne devraient-ils donc pas s’avancer vers ce Roi en habits de fête ? Et quelle fête, pour eux, pourrait être plus grande que celle-ci ?

Dans leurs contrées lointaines, ils ont dû maintes et maintes fois se parer pour des hommes qui étaient leurs égaux, pour les fêter et leur faire honneur. Il est donc juste de prosterner aux pieds du Roi suprême pourpre et joyaux, soies et plumes précieuses, de déposer à ses pieds, à ses doux petits pieds, les fibres de la terre, les parfums de la terre, les métaux de la terre, les pierres précieuses de la terre – tout cela est son œuvre – pour qu’elles aussi, ces richesses de la terre, adorent leur Créateur. Et ils seraient heureux si ce petit Bébé leur ordonnait de s’allonger sur le sol pour offrir un tapis vivant à ses premiers pas d’enfant et leur marchait sur le corps, lui qui a quitté les étoiles pour eux, qui ne sont que poussière, poussière, poussière.

Ils sont humbles, généreux, obéissants aux “voix” du Très-Haut qui leur enjoignent d’apporter des cadeaux au Roi nouveau-né. C’est ce qu’ils font. Ils ne disent pas : “Il est riche et n’a besoin de rien, il est Dieu et ne connaîtra pas la mort.” Ils obéissent. Ils subviennent sans affectation à la pauvreté du Sauveur. Qu’il sera utile, cet or, pour ceux qui demain seront des fugitifs ! Quel sens revêt donc cette myrrhe pour celui qui sera bientôt mis à mort ! Quelle piété dans cet encens pour celui qui devra respirer la puanteur de la luxure des hommes qui s’exhale autour de son infinie pureté !

Ils sont humbles, généreux, obéissants et respectueux les uns des autres. Les vertus engendrent toujours d’autres vertus. Après les vertus qui s’adressent à Dieu, voici celles qui s’adressent aux autres. Le respect, qui devient charité. Il appartient au plus âgé de parler au nom de tous, de recevoir en premier le baiser du Sauveur et de le conduire par la main. Les autres pourront encore le voir, mais pas lui : il est âgé, et le jour de son retour à Dieu s’approche. Il le verra, le Christ, après sa mort cruelle, et il le suivra dans le sillage des sauvés pour retourner au ciel. Mais il ne le verra plus sur cette terre. Alors, il lui restera pour viatique la tiédeur de la petite main qui s’est confiée à la main ridée.

Il n’y a aucune envie chez les autres, mais un respect plus grand pour le vieux sage. Il a certainement plus de mérites qu’eux, et depuis plus longtemps. L’Enfant-Dieu le sait.

Si celui qui est la Parole du Père ne sait pas encore parler, son geste est parole. Bénie soit son innocente parole qui désigne celui-là comme son préféré !

Mais, mes enfants, il y a deux autres enseignements à tirer de cette vision.

C’est d’abord l’attitude de Joseph qui sait rester à “sa” place. Il est présent en tant que gardien et protecteur de la Pureté et de la Sainteté, mais il n’en usurpe pas les droits. C’est Marie qui, avec son Jésus, reçoit les hommages et à qui les mages s’a dressent. Joseph s’en réjouit pour elle et ne s’afflige pas d’être une figure secondaire. Joseph est un juste, il est le Juste. Et il est toujours juste, même à ce moment-là. Les vapeurs de la fête ne lui montent pas à la tête. Il reste humble et juste.

Il se réjouit des cadeaux. Non pas pour lui-même, mais parce qu’il pense qu’ils lui serviront à rendre plus agréable la vie de son épouse et de son doux enfant. Il n’y a aucune cupidité en Joseph. C’est un travailleur et il continuera à travailler. Mais il se réjouit qu’eux, ses deux amours, connaissent un peu d’aisance et de confort. Ni les mages ni lui ne savent que ces dons serviront à une fuite et à une vie d’exil au cours desquelles ces richesses s’évaporeront comme des nuages chassés par le vent, puis au retour dans leur patrie. Ils auront alors tout perdu, clients et meubles. Il ne leur restera que les murs de leur maison, protégée par Dieu parce que c’est là qu’il s’est uni à la Vierge et s’est fait chair.

Joseph est humble, lui, le gardien de Dieu et de la Mère de Dieu et Épouse du Très-Haut, jusqu’à présenter l’étrier à ces vassaux de Dieu.

C’est un pauvre charpentier, car la violence des hommes a dépouillé les héritiers de David de leurs possessions royales. Mais il est toujours de race royale et a les manières d’un roi. C’est aussi de lui qu’il a été dit : “Il était humble parce qu’il était réellement grand.”

Dernier enseignement, doux et expressif :

C’est Marie qui prend la main de Jésus, qui ne sait pas encore bénir, et la guide pour faire ce geste saint.

C’est toujours Marie qui prend la main de Jésus et la guide.

Aujourd’hui encore. Aujourd’hui, Jésus sait bénir. Mais il arrive que sa main transpercée retombe, lasse et découragée, parce qu’il sait qu’il est inutile de bénir. Vous détruisez ma bénédiction.

Elle retombe encore sous l’effet de l’indignation, parce que vous me maudissez. C’est alors Marie qui contient cette indignation en déposant un baiser sur ma main. Ô le baiser de ma Mère, qui saurait y résister ? Puis, de ses doigts délicats, mais avec un amour si impérieux, elle saisit mon poignet et me force à bénir.

Je ne puis repousser ma Mère. Mais il vous faut aller à elle pour qu’elle soit votre avocate. Elle est ma Reine avant d’être la vôtre, et son amour pour vous a des indulgences que même le mien ne connaît pas. Sans paroles, mais avec les perles de ses larmes et l’évocation de ma croix dont elle me fait tracer le signe en l’air, elle plaide votre cause et m’exhorte :

“Tu es le Sauveur. Sauve !”

Voilà, mes enfants, “l’Évangile de la foi” dans l’apparition de la scène des mages. Méditez et imitez, pour votre bien.»

Source

L’Annonciation

– Voici ce que je vois : Marie, adolescente – quinze ans tout au plus, se tient dans une petite pièce rectangulaire. C’est une vraie chambre de jeune fille. Contre l’un des deux longs murs se trouve le lit, une espèce de couche basse sans bords, couvert de nattes ou de tapis. Comme ces lits sont rigides et ne forment pas de creux comme souvent les nôtres, ils donnent l’impression d’être étendus sur une table ou une claie à roseaux.

Sur l’autre mur, il y a une étagère avec une lampe à huile, des rouleaux de parchemin, et un travail de couture soigneusement plié qu’on pourrait prendre pour de la broderie.

De côté, vers la porte ouverte sur le jardin mais couverte d’un voilage qui bouge sous un léger vent, la Vierge est assise sur un tabouret bas. Elle file du lin très blanc et doux comme de la soie. Ses petites mains, à peine moins claires que le lin, font tourner agilement le fuseau. Son visage juvénile, très beau, est un peu penché, avec un léger sourire, comme si elle caressait ou suivait quelque douce pensée.

Tout est très silencieux dans la maison et dans le jardin. Une grande paix règne aussi bien sur le visage de Marie que dans la pièce. La paix et l’ordre. Tout est propre et bien rangé. Cette pièce, à l’aspect et au mobilier très humbles, est aussi nue qu’une cellule monacale, mais elle a quelque chose d’austère et de royal dû à la propreté et au soin avec lequel sont disposés les étoffes sur le lit, les rouleaux, la lumière et, près de la lampe, le petit broc en cuivre qui renferme une gerbe de rameaux en fleurs, de pêcher ou de poirier, je ne sais trop. Ce sont sûrement des arbres fruitiers, dont les fleurs sont d’un blanc légèrement teinté de rose.

Marie se met à chantonner à voix basse, puis hausse un peu le ton. Sans être un chant à haute voix, c’est déjà une voix qui vibre dans la petite pièce et l’on sent vibrer son âme. Je n’en comprends pas les paroles, ce doit être de l’hébreu. Mais comme elle ré pète de temps en temps : «Jéhovah», je devine qu’il doit s’agir d’un cantique sacré, peut-être d’un psaume. Marie se rappelle probablement les chants du Temple. Ce doit être pour elle un doux souvenir, car elle ramène sur son sein ses mains qui tiennent le fil et le fuseau, puis elle lève la tête et l’appuie contre le mur ; son visage prend des couleurs et ses yeux, perdus dans je ne sais quelle douce pensée, brillent sous l’effet de larmes retenues qui les font paraître plus grands. Et pourtant ces yeux rient, sourient à la pensée qu’ils suivent et qui soustrait la chanteuse à ce qui l’entoure. Le visage de Marie, rose et encadré par les tresses qu’elle porte relevées en couronne sur la tête, ressort sur son vêtement blanc très simple. On dirait une belle fleur.

Son chant se fait prière :

«Seigneur, Dieu très-haut, ne tarde pas davantage à envoyer ton Serviteur apporter la paix sur la terre. Suscite le temps favorable et la vierge pure et féconde pour l’avènement de ton Christ. Père, Père saint, accorde à ta servante d’offrir sa vie à cette intention. Accorde-moi de mourir après avoir vu ta lumière et ta justice sur la terre, et avoir su que la Rédemption est accomplie. Père saint, donne à ton peuple celui en qui les prophètes espéraient. Envoie le Rédempteur à ta servante. A l’heure où mon séjour sur terre s’achèvera, que ta demeure s’ouvre à moi, parce que ses portes auront déjà été ouvertes par ton Christ pour tous ceux qui auront espéré en toi. Viens, viens, Esprit du Seigneur, viens chez tes fidèles qui t’attendent. Viens, Prince de la paix ! »

Marie reste plongée dans sa prière.

La tenture bouge plus fort, comme si quelqu’un faisait un courant d’air par derrière ou la tirait pour l’écarter. Une lumière aussi blanche qu’une perle associée à de l’argent pur éclaire les murs légèrement jaunes, avive les couleurs des tissus, rend plus surnaturel le visage levé de Marie.

Dans la lumière, et sans même que la tenture se soit ouverte sur le mystère qui s’accomplit – d’ailleurs, elle ne bouge plus, elle pend, bien droite sur ses montants, comme s’il s’agissait d’un mur qui isole l’intérieur de l’extérieur –, l’archange se prosterne.

Nécessairement, il lui faut prendre une apparence humaine, mais elle transcende l’humain. De quelle chair est formée cette figure superbe, éclatante ? De quelle substance Dieu l’a-t-il matérialisée pour la rendre perceptible aux sens de la Vierge ? Dieu seul peut posséder de telles essences et les utiliser de manière aussi parfaite. Ce sont bien un visage, un corps, des yeux, une bouche, des cheveux et des mains comme les nôtres, mais sans notre matière opaque. C’est une lumière qui a pris la couleur de la chair, des yeux, des cheveux, des lèvres, une lumière qui bouge, sourit, regarde et parle.

«Je te salue, Marie, pleine de Grâce, je te salue ! »

La douce musique de sa voix ressemble à des perles lancées sur un métal précieux.

La Vierge tressaille et baisse les yeux. Elle tressaille encore plus lorsqu’elle voit cet être éclatant agenouillé à un mètre d’elle environ, les mains croisées sur la poitrine, qui la regarde avec une infinie vénération.

Marie se dresse sur ses pieds et se serre contre le mur. Elle pâlit et rougit tour à tour. Son visage exprime stupeur et effroi. Inconsciemment, elle serre les mains sur son sein et les rentre dans ses longues manches.

Elle se penche presque pour cacher le plus possible son corps, en un geste de douce pudeur.

«Non, ne crains pas. Le Seigneur est avec toi ! Tu es bénie entre toutes les femmes.»

Mais Marie a encore peur. D’où vient cet être extraordinaire ? Est-ce un envoyé de Dieu ou du Trompeur ?

«Ne crains pas, Marie, répète l’archange. Je suis Gabriel, l’ange de Dieu. Mon Seigneur m’a envoyé à toi. Ne crains pas, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Tu vas concevoir un fils dans ton sein, tu l’enfanteras et tu lui donneras le nom de “Jésus”. Il sera grand, on l’appellera Fils du Très-Haut (ce qu’il sera effectivement) ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père, il règnera éternellement sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. Toi, la sainte Vierge bien-aimée du Seigneur, sa fille bénie, toi qui es appelée à être la mère de son Fils, comprends quel Fils tu vas engendrer.

– Comment cela peut-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? Est-ce que le Seigneur Dieu n’accueille plus l’offrande de sa servante et ne veut pas que je sois vierge par amour de lui ?

– Ce n’est pas par l’action d’un homme que tu seras mère, Marie. Tu es la Vierge éternelle, la Sainte de Dieu. L’Esprit Saint descendra en toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi celui qui naîtra de toi sera dit saint et Fils de Dieu. Tout est possible au Seigneur notre Dieu. Elisabeth, la femme stérile, a conçu dans sa vieillesse un fils qui sera le prophète de ton Fils, celui qui lui préparera le chemin. Le Seigneur a levé son opprobre et son souvenir restera uni à ton nom parmi les peuples, comme le nom de son enfant à celui de ton Fils saint ; jusqu’à la fin des temps, les nations vous diront bienheureuses en raison de la grâce du Seigneur qui vous a été accordée, et tout spécialement à toi, ainsi qu’aux nations par ton intermédiaire. Élisabeth en est déjà à son sixième mois, et le poids qu’elle porte fait monter en elle la joie, et plus encore quand elle connaîtra la tienne. Rien n’est impossible à Dieu, Marie, pleine de grâce. Que dois-je dire à mon Seigneur ? Qu’aucune pensée ne te trouble. Il veillera sur tes intérêts si tu lui fais confiance. Le monde, le ciel, l’Eternel attendent ta réponse !»

A son tour, Marie croise les mains sur sa poitrine, s’incline profondément, et dit :

«Voici la servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon sa parole.»

L’Ange étincelle de joie. Il adore, parce que il voit sûrement l’Esprit de Dieu s’abaisser sur la Vierge, prosternée pour donner son accord. Puis il disparaît, sans faire bouger la tenture qu’il laisse tirée sur ce saint mystère.

Source

Prière préparatoire du Rosaire (Ajout personnel)

Mon Dieu, je veux t’adorer avec la Toute Puissance de ta divine Volonté; te glorifier avec toute la sagesse de ta divine Volonté et t’aimer avec tout l’amour de ta divine Volonté. O divine volonté, puisque tu sais multiplier les actions à l’infini, je t’offre ce chapelet comme si tout le monde l’avait fait et je distribue à tout le monde les fruits de cette prière pour obtenir le salut de tous. Amen.


Je vous salue Sainte Marie, Mère de Dieu, Blanc Lys de La glorieuse et toujours paisible Trinité. Je vous salue, Rose Éclatante du Paradis: ô vous de qui a voulu naître le Roi des cieux, abreuvez nos âmes des effusions de la divine grâce. Amen.


Saints Archanges, venez à mon secours avec vos puissants chœurs des Anges:

  • Saint Michel Archange et Saint Gabriel Archange, Apprenez-moi à garder la Foi, à combattre avec votre humilité, à vaincre dans le silence et l’obéissance à Dieu, à aimer et à être fidèle comme Marie;
  • Saint Raphaël Archange, venez à mon aide et faites grandir en moi votre force et votre amour. Faites en sorte que l’amour de Dieu et de l’Immaculée règnent dans mon cœur et triomphent de la haine et de l’impureté répandues dans le monde;
  • Saint Uriel Archange communiquez-moi la chaleur de votre couronne de feu. Venez à mon secours et apprenez-moi à agir comme Jésus lorsqu’il était sur la terre parmi les hommes;
  • Saint Sealtiel Archange, Apprenez-moi à prier comme le Seigneur a prié et comme Il nous l’a enseigné;
  • Saint Barachiel Archange, venez me tirer de ma torpeur ! Aidez-moi à faire le bien et à croître dans l’amour de Dieu et de Marie;
  • Saint Jehudiel Archange, Accompagnez-moi dans le combat contre les terribles attaques de l’Enfer, qui menacent d’anéantir l’Église. Éloignez toute jalousie de mon cœur et faites en sorte, par l’accomplissement de la Volonté Divine, que je devienne une vivante louange à la gloire de Dieu.

Amen.