Archives de mot-clé : Divine volonté

La cité mystique de Dieu – Chapitre XIV

Comme le Très-Haut manifesta aux saints anges le temps déterminé et convenable de la conception de la très-sainte Vierge, et de ceux qu’il destina pour sa garde.

189. Toutes les choses qui doivent être sont décrétées et déterminées avec leurs propriétés et leurs circonstances du tribunal de la volonté divine, comme dans un principe inévitable et dans la cause universelle de tout ce qui est créé, sans qu’aucune y soit oubliée, ni qu’après avoir été déterminée, elle puisse être empêchée par aucune puissance créée. Tout l’univers et tout ce qu’il contient dépend de ce gouvernement ineffable, qui survient et qui concourt à tout avec les causes naturelles, sans avoir jamais manqué ni même pouvoir manquer d’un seul point au nécessaire. Dieu a fait tout ce qui est créé, et il le soutient par sa seule volonté; il dépend de lui de conserver l’être qu’il a donné à toutes choses, ou de le leur ôter, les réduisant au néant, d’où il les a tirées. Mais comme il les créa toutes pour sa gloire et pour celle du Verbe incarné, il s’est employé dès le commencement de la création à ouvrir et à disposer les voies par où le même Verbe devait descendre pour prendre chair humaine et pour converser avec les hommes, afin de les conduire à Dieu et de leur apprendre à le chercher, à le connaître, à le craindre et à le servir, à l’aimer, à mériter d’en jouir et de le louer éternellement.

190. Son saint nom a été admirable par toute la terre , et glorifié en la plénitude et en la société des saints, qu’il avait choisis pour en faire un peuple su Verbe incarné, qui en devait être le chef . Lorsque tout était en la dernière et convenable disposition en laquelle sa divine providence l’avait voulu mettre, et que le temps qu’elle avait déterminé pour créer cette merveilleuse femme, qui apparut su ciel revêtue du soleil , s’approchait; voulant réjouir et enrichir la terre par sa venue, la très-sainte Trinité pour exécuter son dessein décréta ce que je déclarerai par mes faibles expressions et par mes simples conceptions touchant ce que j’en ai découvert.

191. Nous avons déjà dit comment, à l’égard de Dieu, rien n’est ni passé ni futur, parce que tout est présent à son entendement divin et infini, connaissant toutes choses par un acte très-simple. Mais les réduisant à nos manières d’exprimer et à notre faible façon de concevoir, nous considérons que sa Majesté divine regarda les décrets quelle avait faits de créer une digne et proportionnée Mère dont le Verbe dût prendre chair humaine, car l’accomplissement de ses décrets est infaillible. Le temps convenable et déterminé étant donc déjà arrivé, les trois divines personnes dirent en elles-mêmes: «Il est temps que nous commencions l’ouvrage de notre bon plaisir, et que nous créions cette pure créature et cette âme a bienheureuse qui nous doit être chère sur toutes les autres. Ornons-la de riches dons, et déposons en elle seule les plus grands trésors de notre grâce. Puisque toutes les autres à qui nous avons donné l’être ont été ingrates et rebelles à notre volonté, s’opposant à l’intention que nous avions, qu’elles se conservassent dans le premier et heureux état auquel nous créâmes les premiers hommes, qu’ils s’y sont opposés par leur péché, et puisqu’il n’est pas convenable que notre volonté soit entièrement frustrée, créons en toute sainteté et perfection cette créature, en laquelle le désordre du premier péché n’ait aucune part. Créons une âme selon nos désirs, un fruit de nos attributs, a nu prodige de notre pouvoir infini, sans que la tache du péché d’Adam la souille ni l’approche Faisons un ouvrage qui soit l’objet de notre toute-puissance et un modèle de perfection que nous présenterons à nos enfants comme la fin du projet que nous eûmes en la création. Et puisqu’ils ont tous prévariqué en la volonté libre du premier homme et par le péché qu’il a commis , que cette seule créature soit le dépôt par lequel ceux qu’il a perdus par sa désobéissance soient restaurés; qu’elle soit l’unique image et ressemblance de notre divinité, et qu’elle soit pendant toutes les éternités le chef-d’œuvre de nos complaisances et de nos délices. Nous déposerons en elle toutes les prérogatives et toutes les grâces que nous destinions en notre première et conditionnelle volonté pour les anges et pour les hommes s’ils se fussent maintenus dans leur premier état. Mais puisqu’ils les ont perdues, renouvelons-les en cette créature, et nous ajouterons à ces dons plusieurs autres. Ainsi le décret que nous fîmes ne sera pas entièrement frustré de ses fins, mais il sera plutôt accompli dans toute sa perfection en la personne de notre élue et unique . Car ayant déterminé pour les créatures ce qui était le plus saint, et ayant prévenu ce qui leur était le plus avantageux, le plus parfait et le plus louable, faveurs dont elles se sont rendues indignes, il faut tourner le torrent de notre bonté vers notre bien-aimée, et l’exempter de la loi ordinaire de la génération de tous les mortels, afin que la semence venimeuse du serpent n’ait aucune part en elle. Je veux descendre du ciel dans son sein, et me revêtir de la nature humaine, que je prendrai de sa propre substance.

192. Il est juste que la Divinité, qui est inépuisable en bonté, choisisse une matière très-pure et très-nette pour se renfermer et pour se couvrir, et qui n’ait jamais été souillée par le péché. Notre équité et notre providence demandent ce qui est le plus décent, le plus parfait et le plus saint, et cela s’exécutera, puisqu’il n’est aucune chose qui puisse résister à notre volonté . Le Verbe qui se doit faire homme, étant le rédempteur et le maître des hommes, doit fonder et établir la très-parfaite loi de grâce, et y enseigner à obéir et à honorer le père et la mère , comme des causes secondes de l’être naturel. Et le Verbe divin doit être le premier à l’exécuter, honorant celle qu’il a choisie pour sa Mère par la protection de son bras tout-puissant, qui l’anoblira et l’honorera, en la prévenant par ce qu’il y a de plus admirable, de plus saint et de plus excellent dans toutes les grâces et dans tous les a trésors de ses dons, entre lesquels le plus singulier sera l’honneur et la grâce de ne la pas assujettir à nos ennemis ni à leur malice: ainsi elle doit être exempte de la mort du péché.»

193. «Le Verbe aura enterre une Mère sans père, comme il a su ciel un Père sans mère. Et afin qu’il a y ait sine due correspondance et une juste proportion et convenance en appelant Dieu Père, et cette femme Mère, nous voulons que toute l’égalité et correspondance possible s’observe entre Dieu et la créature, afin qu’en aucun temps le dragon infernal ne puisse se glorifier d’avoir été supérieur à la femme à qui Dieu a obéi comme à sa véritable Mère. Cette dignité d’être délivrée du péché est due et proportionnée à celle qui doit être Mère du Verbe, et lui sera d’un plus grand ornement et d’un plus grand profit, car c’est un plus grand bien d’être sainte que d’en être seulement Mère; ainsi toute la sainteté et toute la perfection doivent accompagner la dignité de Mère de Dieu. Et la chair humaine dont il se doit revêtir doit être éloignée et séparée du péché; et devant en elle racheter les pécheurs, il ne doit pas racheter sa propre chair, comme il rachètera les autres, puisque étant unie à la Divinité, elle doit être rédemptrice; et pour ce sujet nous la préservons par avance, puisque nous avons déjà prévu et accepté a en cette même chair et en cette nature les mérites infinis du Verbe; et nous voulons que pendant a toute l’éternité le Verbe incarné soit glorifié en son tabernacle et en la glorieuse habitation de l’humanité qu’il en a reçue.»

194. «Elle sera fille du premier homme, mais quant à la grâce singulière, elle sera libre et exempte de son péché; et quant à la nature, elle sera très-parfaite et formée par une providence spéciale. Mais parce que le Verbe incarné doit être le maître qui enseignera l’humilité et la sainteté, et qui ne les établira que par les travaux et les peines qu’il doit souffrir, pour confondre la vanité et les apparences trompeuses des mortels, faisant a élection de cet apanage comme d’un trésor que nous estimons le plus; nous voulons aussi que celle qui doit être sa Mère en ait sa bonne part, qu’elle soit unique et singulière en la patience, admirable dans a les souffrances, et qu’elle nous offre avec son Fils unique un sacrifice de douleur, qui sera agréablement reçu de notre volonté et d’une plus grande a gloire pour elle.»

195. Ce fut le décret que les trois personnes divines manifestèrent aux anges bienheureux, qui exaltèrent et adorèrent leurs très-hauts et impénétrables jugements. Et comme la Divinité est un miroir volontaire qui manifeste dans la même vision de gloire, quand il lui plait, de nouveaux mystères aux bienheureux, elle leur fit cette nouvelle démonstration de sa grandeur, pour leur découvrir l’ordre admirable et l’accord merveilleux de ses œuvres. Et tout ceci suivit ce que nous avons dit aux chapitres précédents, sur ce que Dieu fit en la création des anges, quand il leur proposa qu’ils devaient honorer et reconnaître le Verbe incarné et sa très-sainte Mère pour leurs supérieurs. Car le temps qu’il avait destiné pour la conception de cette grande Reine étant arrivé, il n’était pas convenable que le Seigneur, qui dispose toutes choses avec poids et mesure , le célât. Il ne m’est pas possible de ne pas ternir et de ne pas obscurcir par des termes humains et des expressions si bornées, la connaissance que le Très-Haut m’a donnée de mystères si profonds et si relevés; mais je ne laisserai pas de dire, autant que ma faiblesse me le permettra, ce que je pourrai touchant les grands secrets que le Seigneur découvrait aux anges dans cette occasion.

196. «Le temps est déjà arrivé, ajouta sa Majesté divine, auquel notre providence avait déterminé de donner le jour à notre plus agréable et chère créature, la restauratrice du premier péché du genre humain, celle qui doit écraser la tête du dragon , celle que cette mystérieuse femme représenta, et qui apparut en notre présence comme un très-grand signe , et celle qui donnera la chair humaine au Verbe éternel. Cette heure si fortunée pour les mortels s’est approchée, en laquelle nous leur devons distribuer les trésors de notre divinité, et par ce moyen leur ouvrir les portes du ciel. Que la rigueur de notre justice s’arrête dans les châtiments qu’elle a exercés jusqu’à présent sur les a hommes, et que l’attribut de notre miséricorde se fasse connaître, en enrichissant les créatures par les richesses de la grâce et de la gloire éternelle que le Verbe incarné leur méritera.»

197. «Que le genre humain reçoive un réparateur, un maître, un médiateur, un frère et un ami, qu’il soit la vie des morts, le salut des infirmes, la consolation des affligés, le soulagement, le repos et le compagnon des persécutés. Que les prophéties de nos serviteurs et les promesses que nous leur avons faites de leur envoyer un Sauveur pour les racheter, s’accomplissent. Et afin que le tout s’exécute selon notre bon plaisir, et pour commencer l’ouvrage de ce mystère caché dès le commencement du monde, faisons élection, pour former notre bien-aimée Marie, du sein d’Anne, notre humble servante, afin qu’elle y soit conçue, et que sa très-heureuse âme y soit créée. Et quoique sa génération et sa formation doivent être selon l’ordre commun de la naturelle propagation, ce sera néanmoins par un ordre différent de grâce, selon la disposition de notre immense pouvoir.»

198. «Vous savez déjà comme l’ancien serpent, depuis le signe qu’il vit de cette merveilleuse femme, rôde autour de toutes pour les dévorer; que depuis la première que nous créâmes, il poursuit par ses tromperies et par ses embûches celles qu’il connaît être les plus parfaites en leur vie et en leurs œuvres, dans l’espérance qu’il a de rencontrer entre toutes celle dont on le menaça qu’elle a le foulerait aux pieds et lui écraserait la tète. Il a n’est pas douteux que quand il reconnaîtra, par e les grandes diligences qu’il y apportera, la sainteté u singulière de cette très-pure et très-innocente créature, tous les soins et tous les efforts qu’il emploiera pour la persécuter ne soient aussi grands que l’estime qui il en concevra. L’orgueil pourtant de ce dragon sera bien plus grand que sa force ; ainsi il est de notre volonté que vous veilliez sur notre sainte cité, et protégiez d’une manière toute particulière ce tabernacle du Verbe incarné, pour la garder, la secourir et la défendre contre nos ennemis, et pour l’éclairer, la fortifier et la consoler avec un soin et un respect digne de son mérite, pendant qu’elle sera parmi les mortels.»

199. Tous les anges bienheureux se montrèrent avec une profonde humilité, et comme prosternés devant le trône de la très-sainte Trinité, soumis à cette proposition que le Très-Haut leur fit, et tout prêts à exécuter son divin commandement. Chacun d’eux désirait avec une sainte émulation d’être envoyé, et s’offrait à un si heureux emploi: faisant tous su Très-Haut des hymnes et des cantiques nouveaux de louanges, de ce que l’heure arrivait en laquelle ils voyaient l’accomplissement d’une chose qu’ils avaient demandée avec tant d’ardeur durant plusieurs siècles. Je connus dans cette occasion que, depuis cette grande bataille que saint Michel eut su ciel avec le dragon et ses alliés, qui furent ensuite précipités dans les ténèbres éternelles , les légions de saint Michel restant victorieuses et confirmées en grâce et en gloire, ces esprits bienheureux commencèrent alors à demander l’exécution des mystères de l’incarnation du Verbe, qui leur furent révélés, et persévérèrent à réitérer leurs demandes jusqu’à ce que Dieu leur manifestât l’heure de l’accomplissement de leurs désirs.

200. Les esprits célestes reçurent par cette nouvelle révélation une nouvelle joie et une gloire accidentelle, et dirent au Seigneur: «Très-Haut et incompréhensible Seigneur de toutes choses, vous êtes digne de tout honneur, de toute louange et d’une gloire éternelle, et nous sommes créés pour exécuter votre divine volonté. Employez-nous, Seigneur tout-puissant, à tout ce qui regardera vos merveilleux ouvrages et vos grands mystères, afin qu’en tous et en tout votre très-juste bon plaisir s’accomplisse.» Dans ces affections et dans ces souhaits, les princes célestes ne se croyaient pas dignes de cet honneur, et ils auraient souhaité, s’il eût été possible, d’être plus purs et plus parfaits, pour être plus dignes de garder et de servir cette Reine admirable.

201. Le Très-Haut détermina et assigna ceux qui devaient s’occuper à un ministère si relevé; et il fit choix de cent dans chaque chœur, pour faire le nombre de neuf cents, outre lesquels il en destina douze pour servir leur Reine en forme corporelle et visible avec plus d’assiduité, et leur imprima des signes on des devises de la rédemption: ce sont les douze dont il est fait mention dans l’Apocalypse, qui gardaient les portes de la cité, et j’en parlerai dans la déclaration que je ferai ci-après ce chapitre. Le Seigneur en assigna dix-huit autres des plus relevés, afin qu’ils montassent et descendissent par la mystique échelle de Jacob dont nous avons déjà parlé, pour faire les ambassades de la Reine au grand Roi, et du Seigneur à cette même Reine; car elle les envoyait plusieurs fois au Père éternel pour être dirigée dans toutes ses actions selon les mouvements du Saint-Esprit, n’en faisant aucune que par son ordre et conformément à sa divine volonté, en sorte qu’elle n’aurait pas fait la moindre chose sans l’avoir consulté auparavant. Et quand elle n’était pas instruite par une spéciale illustration, elle envoyait ces anges bienheureux au Seigneur pour lui représenter son doute et le désir qu’elle avait de faire ce qui était le plus agréable à sa très-sainte volonté, et pour recevoir ses commandements, comme nous dirons dans la suite de cette histoire.

202. Par-dessus le nombre de tous ces anges dont nous venons de faire mention’, le Très-Haut choisit encore soixante-dix des plus relevés séraphins et des plus proches du trône de la Divinité, afin qu’ils conférassent et communiquassent avec la Reine du ciel, de la même manière qu’ils communiquent et parlent entre eux, et que les supérieurs éclairent les inférieurs. Cet avantage fut accordé à la Mère de Dieu (quoiqu’elle fût supérieure en dignité et en grâce à tous les séraphins), parce qu’elle était voyageuse et inférieure par sa nature. Et quand le Seigneur s’absentait d’elle quelquefois en suspendant sa présence sensible, comme nous verrons: ci-après, ces soixante-dix séraphins l’illustraient et la consolaient, et elle leur communiquait les affections de son ardent amour et les tendres soucis que l’absence de son trésor lui causait. Le nombre de soixante-dix, dont elle fut favorisée, répond aux soixante-dix années de sa très-sainte vie, qui ne fut pas de soixante, comme je le dirai en son lieu. Ce nombre a rapport à ces soixante courageux qui gardaient le lit du roi Salomon, comme il est écrit dans le troisième chapitre des Cantiques, qu’on choisissait entre les plus vaillants d’Israël et les plus expérimentés en la guerre, ayant leurs épées à la ceinture pour le préserver pendant la nuit des surprises des ennemis.

203. Ces princes et ces forts capitaines jurent destinés pour la garde de leur Reine, et choisis parmi les premiers des ordres hiérarchiques: parce qu’en cette ancienne bataille qui se donna dans le ciel entre les esprits humbles et le superbe dragon, ils furent armés par le Roi souverain de l’univers, afin qu’ils combattissent et vainquissent Lucifer et tous les apostats qui le suivirent, avec l’épée de sa vertu et de sa parole divine . Et parce que dans ce fameux combat ces suprêmes séraphins se distinguèrent par un grand zèle pour l’honneur du Très-Haut, comme de braves et adroits cal haines en l’amour divin, ces armes de la grâce leur étant données parla vertu du Verbe incarné, dont ils défendirent l’honneur, combattant pour leur chef et leur Seigneur aussi bien que pour sa très-sainte Mère, dont les intérêts se trouvent inséparables des siens; c’est pourquoi il est dit qu’ils gardaient le lit de Salomon et ne l’abandonnaient jamais, et qu’ils avaient leurs épées à la ceinture , endroit qui désigne la génération humaine, et en elle l’humanité de notre Seigneur Jésus-Christ, conçue dans le lit virginal de Marie, de sa propre substance et de son sang le plus pur.

204. Les autres dix séraphins, qui restent pour achever le nombre de soixante-dix, furent aussi des plus relevés de ce premier ordre, qui témoignèrent plus de zèle pour l’honneur de la divinité et de l’humanité du Verbe et de sa très-sainte Mère: et, quoique ce combat des auges fidèles fût fort court, il y eut assez d’instants pour toutes ces opérations. Les principaux chefs de cette sainte milice qui se signalèrent te plus dans cette première épreuve furent comme récompensés par cet honneur particulier qu’ils reçurent, d’être encore chefs parmi ceux qui devaient garder leur Reine et leur Maîtresse. Ils font tous ensemble le nombre de mille anges, en comptant les séraphins avec les autres des ordres inférieurs; de manière que cette Cité de Dieu était suffisamment garnie pour se défendre contre les légions infernales.

205. Pour mieux ordonner cet invincible escadron on y mit à la tète le prince de la milice céleste, saint Michel; lequel, bien qu’il ne fût pas toujours présent à la Reine, lui manifestait néanmoins sa présence et l’accompagnait souvent. Le Très-Haut le lui destina, afin que, comme principal et extraordinaire ambassadeur de notre Seigneur Jésus-Christ, il s’employât dans quelques affaires mystérieuses de la très-sainte Vierge. Le prince saint Gabriel y fut aussi employé, afin qu’il descendit, par l’ordre du Père éternel, pour les légations et les mystères qui regardaient cette princesse du ciel. Et ce fut ce que la très-sainte Trinité ordonna pour sa défense et pour sa garde ordinaire.

206. Tout ce dénombrement se fit par une grâce spéciale du Seigneur; car j’eus connaissance qu’il y garda quelque ordre de justice distributive, parce que son équité et sa providence eurent égard aux opérations et à, la volonté avec lesquelles les anges bienheureux reçurent les mystères de l’incarnation du Verbe et de sa très-sainte Mère, qui leur furent révélés au commencement: les mouvements de leurs affections et de leurs inclinations n’étant pas égaux à obéir à la divine volonté et à recevoir les mystères qui leur furent proposés, la grâce tic produisant pas entiers tous les mémos effets: ce qui fut cause que les uns s’y soumirent par une dévotion spéciale, connaissant l’union des deux nature, la divine et l’humaine, en la personne du Verbe, cachée sous l’humble voile d’un corps humain, et élevée à titre chef de toutes les créatures. L’affection des autres se mouvait d’admiration de ce que le Fils unique du hère céleste voulait bien se faire passible et avoir ont si grand amour pour les hommes que de s’offrir à mourir pour eux. Les autres se distinguèrent par les louanges qu’ils rendirent au Très-Haut de ce qu’il devait créer une femme d’une excellence si admirable, qu’elle serait élevée en-dessus de tons les esprits célestes, et dont le Créateur prendrait chair humaine. Selon donc tous ces mouvements et leurs proportions, que le Tout Puissant voulut récompenser d’une gloire accidentelle, il destina ces anges fidèles pour les mystères de Jésus-Christ et de sa très-pure Mère, de la manière que seront récompensés ceux qui se signaleront en cette présente vie en quelque vertu, comme les docteurs, les vierges, et les autres parleurs auréoles.

207. Lorsque ces esprits: bienheureux se manifestaient corporellement, selon cet ordre, à la Mère de Dieu, comme je le dirai dans la suite, ils lui découvraient et lui représentaient par des devises et par des caractères lumineux les divers mystères, soit de l’incarnation, soit de la passion de notre Seigneur Jésus-Christ, et plusieurs autres qui représentaient cette même Reine, ses grandeurs et sa dignité: quoiqu’elle ne les pénétrât pas quand ils commencèrent de les lui manifester, parce que le Très-Haut commanda à tous ces anges qu’ils ne lui déclarassent pas qu’elle dit être Mère de son Fils unique jusqu’à ce que le temps déterminé par sa divine sagesse fût arrivé; mais pourtant qu’ils l’entretinssent toujours des mystères de l’incarnation et de la rédemption des hommes, pour la conserver dans ses ferventes demandes. Les langues humaines sont incapables, et mes paroles sont trop faibles pour manifester une lumière aussi relevée et; une connaissance aussi sublimes que celles que j’en ai reçues.